Aller au contenu principal

Production d´électricité éolienne
Au Gaec d´Aupiac, une opération très rentable


Une étude des vents, subventionnée par l´Ademe (Agence de l´environnement et de la maîtrise de l´énergie) à hauteur de 7100 euros, a largement confirmé le potentiel du site de Merdellou, dans l´Aveyron. L´investissement global réalisé par Jacques et Jean-Paul Fanjaud, éleveurs au Gaec d´Aupiac, s´élève à 600 000 euros. La totalité a été financée par un prêt mais les deux exploitants ont apporté en garantie un capital de 100 000 euros, rémunéré à 5 % d´intérêts par an. Le projet est couvert par une assurance bris et perte d´exploitation, un contrat de maintenance et une garantie de « productible ». Des provisions sur le compte d´exploitation sont toutefois prévues car les franchises des assurances sont assez importantes. Les premiers mois d´exploitation laissent prévoir un chiffre d´affaires annuel supérieur à la prévision, de l´ordre de 115 000 euros par an, duquel il faudra déduire 88 000 euros de remboursement du prêt et 10 000 euros de charges diverses (maintenance, assurances).
Un potentiel de 20 mégawatts
Les deux frères se reversent un loyer de 3000 euros pour la parcelle. En intégrant celui-ci, le résultat devrait atteindre 17 000 euros. Sans compter la rémunération du capital apporté en garantie. Un revenu exonéré d´impôt sur les sociétés pendant cinq ans car la commune est en zone de revitalisation rurale. A partir de la sixième année, le chiffre d´affaires baissera mais le remboursement du prêt décroîtra aussi ; l´objectif est de dégager un résultat de 15 000 euros.
« Une superbe opération, estime Jacques Fanjaud. Nos capitaux - le montant de garantie - sont placés à 20 % par an. En comptant une location à 6 euros le kW installé, les charges de foncier, maintenance et assurances ne dépassent pas 2 % par an du capital investi. La norme est plutôt de 3,5 %. »

Jacques et Jean-Paul ne comptent pas en rester là. Leur site recèle un potentiel de 20 mégawatts (MW) et la communauté de communes a lancé la procédure de zone de développement éolien (ZDE). En effet, tout nouveau projet, s´il veut bénéficier du tarif préférentiel de rachat doit s´inscrire dans une ZDE. La mise en valeur de leur site supposerait un investissement de 30 millions d´euros. Trop pour eux seuls. Ils peuvent encore envisager un projet de petit éolien plus important (1 à 2 MW). Pour le reste, « il faut trouver un partenaire pour 15 à 20 mégawatts ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Olivier Granjard, éleveur dans le Rhône © A. Batia
 « Nous avons beaucoup moins de vaches debout dans les logettes »
Au Gaec Granjard dans le Rhône, la modification de la hauteur de la barre au garrot a eu un impact positif sur le bien-être, la…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière