Aller au contenu principal

Production d´électricité éolienne
Au Gaec d´Aupiac, une opération très rentable


Une étude des vents, subventionnée par l´Ademe (Agence de l´environnement et de la maîtrise de l´énergie) à hauteur de 7100 euros, a largement confirmé le potentiel du site de Merdellou, dans l´Aveyron. L´investissement global réalisé par Jacques et Jean-Paul Fanjaud, éleveurs au Gaec d´Aupiac, s´élève à 600 000 euros. La totalité a été financée par un prêt mais les deux exploitants ont apporté en garantie un capital de 100 000 euros, rémunéré à 5 % d´intérêts par an. Le projet est couvert par une assurance bris et perte d´exploitation, un contrat de maintenance et une garantie de « productible ». Des provisions sur le compte d´exploitation sont toutefois prévues car les franchises des assurances sont assez importantes. Les premiers mois d´exploitation laissent prévoir un chiffre d´affaires annuel supérieur à la prévision, de l´ordre de 115 000 euros par an, duquel il faudra déduire 88 000 euros de remboursement du prêt et 10 000 euros de charges diverses (maintenance, assurances).
Un potentiel de 20 mégawatts
Les deux frères se reversent un loyer de 3000 euros pour la parcelle. En intégrant celui-ci, le résultat devrait atteindre 17 000 euros. Sans compter la rémunération du capital apporté en garantie. Un revenu exonéré d´impôt sur les sociétés pendant cinq ans car la commune est en zone de revitalisation rurale. A partir de la sixième année, le chiffre d´affaires baissera mais le remboursement du prêt décroîtra aussi ; l´objectif est de dégager un résultat de 15 000 euros.
« Une superbe opération, estime Jacques Fanjaud. Nos capitaux - le montant de garantie - sont placés à 20 % par an. En comptant une location à 6 euros le kW installé, les charges de foncier, maintenance et assurances ne dépassent pas 2 % par an du capital investi. La norme est plutôt de 3,5 %. »

Jacques et Jean-Paul ne comptent pas en rester là. Leur site recèle un potentiel de 20 mégawatts (MW) et la communauté de communes a lancé la procédure de zone de développement éolien (ZDE). En effet, tout nouveau projet, s´il veut bénéficier du tarif préférentiel de rachat doit s´inscrire dans une ZDE. La mise en valeur de leur site supposerait un investissement de 30 millions d´euros. Trop pour eux seuls. Ils peuvent encore envisager un projet de petit éolien plus important (1 à 2 MW). Pour le reste, « il faut trouver un partenaire pour 15 à 20 mégawatts ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière