Aller au contenu principal

Production d´électricité éolienne
Au Gaec d´Aupiac, une opération très rentable


Une étude des vents, subventionnée par l´Ademe (Agence de l´environnement et de la maîtrise de l´énergie) à hauteur de 7100 euros, a largement confirmé le potentiel du site de Merdellou, dans l´Aveyron. L´investissement global réalisé par Jacques et Jean-Paul Fanjaud, éleveurs au Gaec d´Aupiac, s´élève à 600 000 euros. La totalité a été financée par un prêt mais les deux exploitants ont apporté en garantie un capital de 100 000 euros, rémunéré à 5 % d´intérêts par an. Le projet est couvert par une assurance bris et perte d´exploitation, un contrat de maintenance et une garantie de « productible ». Des provisions sur le compte d´exploitation sont toutefois prévues car les franchises des assurances sont assez importantes. Les premiers mois d´exploitation laissent prévoir un chiffre d´affaires annuel supérieur à la prévision, de l´ordre de 115 000 euros par an, duquel il faudra déduire 88 000 euros de remboursement du prêt et 10 000 euros de charges diverses (maintenance, assurances).
Un potentiel de 20 mégawatts
Les deux frères se reversent un loyer de 3000 euros pour la parcelle. En intégrant celui-ci, le résultat devrait atteindre 17 000 euros. Sans compter la rémunération du capital apporté en garantie. Un revenu exonéré d´impôt sur les sociétés pendant cinq ans car la commune est en zone de revitalisation rurale. A partir de la sixième année, le chiffre d´affaires baissera mais le remboursement du prêt décroîtra aussi ; l´objectif est de dégager un résultat de 15 000 euros.
« Une superbe opération, estime Jacques Fanjaud. Nos capitaux - le montant de garantie - sont placés à 20 % par an. En comptant une location à 6 euros le kW installé, les charges de foncier, maintenance et assurances ne dépassent pas 2 % par an du capital investi. La norme est plutôt de 3,5 %. »

Jacques et Jean-Paul ne comptent pas en rester là. Leur site recèle un potentiel de 20 mégawatts (MW) et la communauté de communes a lancé la procédure de zone de développement éolien (ZDE). En effet, tout nouveau projet, s´il veut bénéficier du tarif préférentiel de rachat doit s´inscrire dans une ZDE. La mise en valeur de leur site supposerait un investissement de 30 millions d´euros. Trop pour eux seuls. Ils peuvent encore envisager un projet de petit éolien plus important (1 à 2 MW). Pour le reste, « il faut trouver un partenaire pour 15 à 20 mégawatts ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière