Aller au contenu principal

Contention
Au champ, préférer le couloir mobile à la cage

Un couloir mobile pouvant contenir plusieurs bovins permet d´intervenir au champ en toute sécurité.


Sur des exploitations au parcellaire dispersé, le couloir mobile évite de déplacer les animaux au siège d´exploitation pour les interventions. Il peut servir pour les traitements, les inséminations et aussi pour embarquer les animaux dans une bétaillère.
« Pour manipuler des bovins au champ, un couloir de contention de six à sept mètres de long pouvant contenir trois bovins est plus adapté qu´une simple cage où l´on ne peut bloquer qu´un seul animal, insiste François Raflegeau, formateur à l´Institut de l´élevage. Les animaux seront plus rassurés en se retrouvant à plusieurs dans un couloir. »
La cage peut éventuellement convenir pour des génisses laitières, qui sont dociles. Elle est plus adaptée pour des interventions comme le parage et permet d´accéder plus facilement sur les côtés de l´animal. On peut aussi l´équiper d´un système de pesée pour le contrôle de croissance et la pesée des génisses. « Il reste à voir si l´éleveur dispose du temps et des compétences pour des opérations comme le parage, sachant que les professionnels du parage disposent généralement de leur propre cage. »

En termes d´investissement, il faut compter 1500 ? pour une simple cage contre 4500 ? environ pour un couloir mobile d´une longueur de six à sept mètres.
« Je conseille de choisir un cornadis à blocage central, plutôt qu´un système à blocage latéral qui déséquilibre l´animal, explique le technicien. Les portes à blocage automatique marchent bien avec les animaux écornés. Pour des animaux non écornés, on préfèrera un système de blocage progressif ou réglable à la largeur du cou de l´animal et avec un panier avant. »
Un couloir à parois droites évite à l´animal de se coincer en cas de chute. ©Denis Lucas

Des barrières déplaçables par une seule personne
Comparé à des parois en V ou en Y, un couloir avec des parois droites évite à l´animal de se coincer s´il tombe. De même, un dispositif de largeur réglable permet de s´adapter à différents gabarits d´animaux.
L´entrée de l´animal dans le couloir doit se faire de préférence sur le côté. Cela l´empêche de reculer une fois entré. En plus, les bovins n´aimant pas les lignes droites, ils sont plus facilement attirés par une ouverture sur le côté.
Pour bloquer l´animal à l´arrière, une barre anti-recul automatique est plus sécurisante qu´une barre à installer manuellement. Une porte sur le côté du couloir permet ensuite d´accéder à l´arrière de l´animal.
« Les barrières du parc de rassemblement ne doivent pas faire plus de deux mètres de long pour pouvoir être manipulées facilement par une seule personne, remarque François Raflegeau. Des passages d´homme sont nécessaires sur ces barrières. » Les couloirs en acier galvanisé présentent une meilleure longévité. L´aspect brillant peut effrayer les animaux au départ, mais à l´usage, le galvanisé a vite tendance à se ternir.

En Cuma, penser à désinfecter le matériel
Si l´on choisit un modèle peint, le vert par exemple est à préférer aux couleurs vives.
« Les couloirs de contention peuvent être achetés en Cuma, à sept ou huit éleveurs par exemple. Ce principe a permis de vulgariser ces équipements dans les années quatre-vingt-dix, témoigne le formateur. Il ne faut pas de trop grandes distances entre les élevages (cinq kilomètres maximum) car un couloir de contention est long et pas facile à déplacer sur route. Il est aussi important que le matériel soit bien lavé et désinfecté entre les exploitations, comme pour une bétaillère ».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Jonathan Karcher, Gilles Urban et Gaëtan Karcher, associés du Gaec Hohrain depuis 2016. © C. Reibel
« Le lait de pâturage est un plus pour le bien-être de nos animaux comme pour nous »
Au Gaec Hohrain, à Mietesheim dans le nord du Bas-Rhin, Gilles Urban, Jonathan et Gaëtan Karcher ont saisi au bond en 2017 la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière