Aller au contenu principal

Office de l´Elevage/Statistiques
Au 1er avril 2006, 97 970 exploitations laitières en France

La taille des exploitations atteint désormais près de 242 000 litres, une augmentation liée à l´accroissement du nombre de sociétés.


Selon l´Office de l´élevage, il restait au 1er avril 2006 2,7 % exploitations laitières de moins qu´un an plus tôt. La barre des 100 000 est franchie avec 97 970 livreurs et vendeurs directs. Les exploitations livrant en laiterie (et titulaires de moins de 20 % de quantité de référence « vente directe ») se chiffrent à 94 928 avec une référence moyenne de 242 000 litres.
La baisse du nombre de livreurs se ralentit par rapport à 2005
La baisse du nombre de livreurs semble donc se ralentir en 2006 alors que 2005 avait connu une diminution importante (- 6,1 %) suite à la revalorisation du barême de l´aide à la cessation laitière (Acal). La restructuration retrouve un rythme proche de celui des dix dernières années hors 2005. A noter que le taux de diminution du nombre d´exploitations n´a jamais été aussi faible depuis dix ans pour les zones de montagne (il est même légèrement plus faible qu´ailleurs). Au total, 29 % des exploitations détiennent entre 200 et 300 000 litres de lait. Près de 27 % des exploitations ont plus de 300 000 litres de lait. La classe des 240-300 000 litres qui était jusqu´alors en progression semble se stabiliser. Ceci parait traduire, d´après l´Office de l´élevage, une élévation du seuil considéré comme viable pour la reprise d´ateliers laitiers.
L´augmentation de l´importance des sociétés laitières se poursuit dans la continuité de la tendance observée depuis 2005 : progression nette des EARL (hausse de 140 % en onze ans), stabilité des Gaec et autres formes sociétaires, et baisse des exploitations individuelles (57 % en onze ans). Au niveau du litrage, les Gaec affichent une progression supérieure à la moyenne nationale (+ 14 600 litres contre en moyenne 10 000 litres). Et en 2006, le quota détenu par les Gaec (39 %) dépasse pour la première fois celui détenu par les exploitants individuels. Au total, les formes sociétaires produisent 65 % du quota national.
Diminution du nombre de livreurs entre 2006 et 1995 (Source Office de l´élevage)
La restructuration est moins marquée dans le Nord-Est.

L´analyse du rythme de la restructuration des exploitations laitières entre 1995 et 2006 amène à distinguer trois grandes zones :
. Une zone de restructuration moyenne à modérée : le Nord-Est (hors Alsace et Est de la Bourgogne). Le rythme est bien inférieur à la moyenne nationale (qui est de -36 % sur onze ans)
. Une zone de restructuration moyenne : le Nord-Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Est de la Basse Normandie), le Centre-Sud et les Alpes.
. Une zone de restructuration importante : le Sud-Ouest, le centre-Nord-Ouest, le centre Sud-Est et l´Alsace. Le rythme est supérieur à la moyenne nationale. Certains départements voient le rythme de déprise laitière s´accélérer sur les deux dernières années. Ils sont situés principalement dans le Sud-Ouest et dans la région Rhône-Alpes. L´Aisne et le Haut-Rhin sont également concernés.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Magalie Lelong. « Grâce aux robots, je peux consacrer plus de temps aux vaches. Je les connais aussi bien que quand j’étais en salle de traite. »
« Avec un robot, c’est 360 jours de bonheur par an »
Au Gaec de la Rue, dans la Manche. Ayant 700 000 litres de lait en plus à produire et 160 vaches à traire, les associés ont opté…
Quelle que soit la longueur de coupe, elle doit être franche pour ne pas défibrer le maïs, et les grains doivent être pulvérisés pour optimiser leur digestion et limiter le gaspillage d’amidon.
Gare aux effets de mode sur la longueur de coupe des ensilages de maïs
Brins courts, brins longs… Le choix de la longueur de coupe est propre à chaque élevage. Il n’y a pas de recommandation…
L'aide couplée aux UGB bovins lait et mixtes sera de 57 €/UGB, avec un plafond de 40 UGB.
Elevage laitier : Où va la PAC version française ?
Entrer dans les écorégimes sera un enjeu fort pour tous les agriculteurs. Voici les grandes lignes du Plan stratégique français (…
Les trois associés, Hélène et Flavien Servot et Maguy Maury, peuvent gérer seuls le fonctionnement des robots.
Deux robots et du pâturage pour 136 vaches
Le Gaec de la Berquerie, dans la Manche, a conçu son bâtiment et son système pour que les vaches soient toujours libres d’aller…
La collecte laitière française reculait moins la première semaine de mars : -1,3 % par rapport à 2020.  © J. Chabanne
Prix du lait : la Coopération laitière prévoit une hausse de 13 à 15 €/1000 l sur 2021
«Nous prévoyons une hausse du prix du lait payé aux producteurs adhérents des coopératives de 13 à 15 euros les 1000 litres pour…
Le blé égyptien offre aussi une valeur alimentaire intéressante.  © Semental
Le blé égyptien surprend par sa productivité

De la famille des sorghos, le blé égyptien est une espèce qui part vite en végétation et est très…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière