Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Attention à ne pas trop réduire le concentré des vaches en monotraite temporaire

Une forte restriction du niveau d´alimentation pendant la monotraite semble rendre moins complet ou plus tardif le recouvrement de la production laitière, lors du retour à deux traites et à une distribution normale de concentré.


Quelles sont les conséquences sur la production de la réduction de l´apport de concentré à des vaches en monotraite, généralement pratiquée par les éleveurs ?
Pendant la période de monotraite, elle diminue leur production d´une quantité semblable à celle observée chez des vaches traites deux fois par jour, soit 1 kg de lait/UFL. Cette restriction accroît donc la perte de lait par rapport à la seule mise en oeuvre de la monotraite (qui varie de 25 % à plus de 40 % suivant les essais(1)).
La restriction de concentré accroît la perte de lait par rapport à la seule mise en oeuvre de la monotraite, à raison de 1 kg de lait par UFL. ©V. Bargain

Résultat d´un essai sur 55 vaches
Lorsque la traite biquotidienne est rétablie, une très forte réduction du niveau d´apport de concentré pendant la période de monotraite risque de retarder le recouvrement de la production, ou même d´accentuer l´effet rémanent sur la production de lait, systématiquement observé après quelques semaines de monotraite.
Telles sont les conclusions d´un essai réalisé par l´Inra, à Marcenat, et présenté aux 3R. L´essai a été conduit avec 5 lots de 11 vaches en début de phase descendante de la lactation : 2 lots de vaches traites deux fois par jour avec un niveau normal de concentré ou un niveau bas de concentré (3 kg de concentré en moins par jour), et 3 lots de vaches en monotraite avec un niveau de concentré normal, bas (- 3 kg/jour) ou très bas (- 6 kg/jour). La monotraite n´a pas eu d´effet sur la quantité de fourrages ingérée. Elle a diminué en moyenne la quantité de lait produite de 6 kg par jour, soit 25 %. Et elle a augmenté les taux butyreux (+2,7 g/kg) et protéique (+2,2 g/kg), ce qui est classiquement observé dans les essais antérieurs.

La réduction de concentré a provoqué des modifications des quantités de fourrages ingérées, de production de lait standard et de la composition du lait. Le bas niveau de concentré n´a réduit la production que de 0,8 kg mais celle de lait standard de 1,5 kg. Le niveau très bas de concentré a accentué cette baisse (respectivement -2,8 kg et -3,5 kg). La réduction du concentré a également dégradé l´évolution du poids vif des animaux et le bilan énergétique, mais pas l´état corporel.
Même réponse que pour des vaches traites deux fois par jour
La réponse a été identique à celle obtenue pour des vaches traites deux fois par jour alors que les chercheurs attendaient plutôt un effet réduit de l´apport de concentré en monotraite. Ce qui peut s´expliquer par le fait que la monotraite et la baisse du niveau d´alimentation diminuent la sécrétion du lait par des mécanismes partiellement différents.


(1) Dans la majorité des essais, les vaches en monotraite recevaient la même alimentation que les vaches en traite biquotidienne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Gildas Lannuzel (à gauche) avec son apprenti Jean-Baptiste Colin. « Après mon accident, l’équipement m’a permis de gérer 90 % des inséminations à distance sans diminuer les résultats de repro du troupeau. » © DR
[Détection des chaleurs] « J’utilise des boucles auriculaires et des colliers »
Dans le Finistère, Gildas Lannuzel détecte les chaleurs de ses 65 Holstein avec 30 boucles auriculaires. Pour les génisses, il a…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière