Aller au contenu principal

Alimentation
Attention aux excès d´iode dans la ration


L´apport en iode aux vaches laitières est largement déterminé par la teneur en iode de l´aliment minéral qui leur est distribué. Les fourrages, les concentrés et l´eau de boisson ne couvrent en effet que 15 à 25 % des besoins des laitières.
« En satisfaisant les besoins des animaux avec l´apport régulier d´un aliment minéral complémentaire, le taux d´iode dans le lait apparaît raisonnable au regard de la santé du consommateur », a indiqué Philippe Brunschwig de l´Institut de l´élevage lors d´une journée technique organisée par le Contrôle laitier de Loire-Atlantique en juin dernier.
Par contre, un apport d´iode alimentaire en excès, par souci de sécurité, n´est pas une bonne chose. « Non seulement, cette pratique n´améliore pas le statut des animaux, mais elle entraîne une dégradation de la qualité sanitaire du lait pour une certaine catégorie de consommateurs. »
Un excès chez les jeunes enfants peut en effet provoquer des troubles de fonctionnement thyroïdien.

Un apport d´AMV limité et régulier
Dans le lait, la teneur en iode évolue selon les saisons. Elle s´avère plus élevée en hiver qu´en été. « En France, des mesures réalisées en 2000 sur laits de consommation ont indiqué des teneurs de 166 microgrammes par litre l´hiver, contre 107 en été. Ces teneurs se révèlent par ailleurs moins élevées chez les élevages en système biologique. »
Apparemment, l´apport d´iode dans le lait par les produits d´hygiène de traite apparaît limité. Leur utilisation en post-trempage conduirait à un enrichissement moyen du lait de 25 microgrammes par litre. Le levier alimentaire reste à privilégier.
Le spécialiste conseille donc de « limiter les apports d´aliment minéral au strict nécessaire, sans excès, ni à-coups. »

Les plus lus

Éliane Riou. « Dans notre nouvelle TPA 2x16, nos mettons 1h15 pour traire 140 vaches à deux, hors lavage. Une traite rapide et fluide, sans effort physique, c’est 100 % de plaisir ! »
« Dans une salle de traite, ce sont les détails qui font toute la différence »
Au Gaec de Kermouster, dans le Finistère, les associés ont mûri leur projet pour limiter les efforts physiques à la traite grâce…
Olivier et Béatrice Piron. « Nous privilégions un système très simple avec peu de vaches, pour rester efficaces tout en veillant à l'aspect travail. »
« Avec nos 49 vaches laitières, prévention rime avec efficacité économique »
L’EARL Les chapelles, en Ille-et-Vilaine, se distingue avec un système intensif mêlant maïs toute l’année et herbe pâturée.…
Le choix de griffes plus légères et de tuyaux en silicone soulage les bras et les épaules.
« Rénover la salle de traite pour tenir jusqu’à la retraite ! »
Dans le Finistère, le Gaec du Bois Noir a agrandi et rééquipé sa salle de traite, en vue de réduire la durée et la pénibilité de…
Prix du lait : Sodiaal abandonne son prix B
À partir du 1er avril, le prix B disparaît chez Sodiaal. Un « prix unique » sera mis en place pour l’ensemble de la…
Alexis, 28 ans, et Cyril, 32 ans, avec leur père Didier Magnière, 61 ans. « Nous partageons une vraie passion pour la race Simmental et n’aimons pas trop faire du tracteur. »
« Nous avons remis à plat tout notre système de production laitier pour devenir autonomes »
En Côte-d’Or, le Gaec Magniere a repensé totalement son assolement et ses rotations. Il est devenu complètement autonome en…
Le Casdar Ergotraite inclut une analyse biomécanique des mouvements par « motion capture ».
Traite : des hauteurs de quais trop souvent inadéquates
La hauteur des planchers mammaires à la traite a un impact important sur la posture du trayeur et le risque de troubles musculo-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière