Aller au contenu principal

Attention aux carences en potasse sur prairies !

Une prairie sur deux a un déficit en potasse, tel est le constat d’une récente enquête d’Avenir Conseil Elevage dans le Nord.

 La fertilisation PK des prairies n’est pas toujours suffisante malgré l’apport d’effluents d’élevage. © V. Gruber
La fertilisation PK des prairies n’est pas toujours suffisante malgré l’apport d’effluents d’élevage.
© V. Gruber

Dans l’Avesnois, une étude réalisée par Avenir Conseil Elevage au cours du printemps 2019, sur 150 parcelles, montre que la moitié des prairies de plus de deux ans souffre d’un déficit en potasse, ce qui limite certainement les rendements. « Pourtant la moitié de ces parcelles avait reçu des effluents d’élevage, précise Xavier Boivin, du service fourrages de l’Ecel. A l’inverse, dans la majorité des cas, l’indice phosphore est satisfaisant. » Ce constat n’est pas isolé. En Lorraine notamment, le groupe Herbe et Prairie a suivi 121 parcelles de 2014 à 2016, et les indices de nutrition avaient révélé 60 % des prairies carencées en potasse et 30 % en phosphore.  

Risque de dégradation du rendement et de la flore

Les besoins en phosphore et potasse d’une prairie permanente dépendent directement de son mode d’exploitation. Les prairies à fort besoin phospho-potassique correspondent à celles exploitées en fauches multiples ou en fauche précoce suivie de pâture.

« L’analyse de terre ne permet pas d’avoir une vision juste des réserves de phosphore et potassium des prairies longue durée. Pour déterminer au plus juste les besoins, il faut effectuer une analyse de l’herbe au printemps, indique le conseiller. Elle rend compte non seulement de la disponibilité de ces éléments dans le sol mais également de l’aptitude de la plante à les prélever. »

Concrètement, cette analyse peut être réalisée sur prairies permanentes ou sur prairies temporaires implantées depuis au moins deux ans (quand le système racinaire est installé). Cet outil de pilotage des fertilisations phosphatée et potassique des prairies coûte 35-40 €. Pour être fiable, le prélèvement de feuilles doit être fait sur 25 à 30 points dans une zone représentative de la parcelle, en coupant l’herbe à environ 5 cm et en retirant les légumineuses. Il est à réaliser en pleine pousse, avant la première exploitation.

Le saviez-vous ?

Dans la plante, le potassium favorise la synthèse des glucides et leur transport vers les organes de réserve. Il participe aussi aux transferts d'eau et à la fabricatin des protéines. Il favorise également la résistance à la sécheresse, aux gelées…

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière