Aller au contenu principal
Font Size

Arla Foods vise 270 millions de litres « marketés » lait de pâturage

Positionné entre le lait de grande consommation et le lait bio, le "lait de pâturage" devrait doubler ses volumes en 2017.

La désignation "lait de pâturage" n'est pas protégée et peut donc être adaptée selon les exigences d'une laiterie ou d'un client.
© Arla

Le pâturage n’est pas seulement un levier pour réduire les coûts, c’est aussi une opportunité pour la filière laitière d’aller chercher de la valeur ajoutée. La coopérative danoise Arla Foods l’a bien compris en lançant dès 2013 le « lait de pâturage ». Ce lait se positionne comme un produit de niche, placé entre le lait de grande consommation et le lait biologique. « La demande est d’abord venue de la grande distribution pour répondre aux attentes des consommateurs vers plus de naturalité », a décrit Marc Nidercorn d’Arla Foods lors des journées AFPF à Paris le 21 mars dernier. De 25 millions de litres collectés fin 2013, les volumes mis en marché par cette filière sont passés à 120 millions en 2016. « En 2017, le besoin est estimé à 270 millions de litres, combiné à l’obligation de 'sans OGM' depuis fin 2016. » Réparti sur trois sites de production, ce lait est commercialisé sous forme de lait frais, lait UTH et spécialités fromagères.

Un complément de prix de 5 €/1 000 kg et 120 jours de pâturage

« Ce lait provient exclusivement de vaches pâturant au minimum 120 jours par an (entre mai et octobre) et au moins six heures par jour. Le cahier des charges impose aussi une surface minimale disponible au pâturage : le chargement global ne doit pas dépasser dix vaches par hectare de surface totale pâturée sur l’année. Et la part de maïs fourrage ne peut excéder 50 % de l’ensemble des fourrages grossiers. » Un cahier de pâturage doit être tenu à jour. Un audit est réalisé par une organisation de contrôle indépendante.

Un cahier des charges rédigé par l’interprofession néerlandaise

Le cahier des charges du « lait de pâturage » a été rédigé par l’interprofession néerlandaise et n’est pas propre à Arla. D’autres laiteries européennes peuvent l’appliquer ; c’est notamment le cas de Friesland Campina. Le terme « lait de pâturage » n’est pas protégé et, selon les exigences d’une laiterie ou d’un client, le cahier des charges applicable aux producteurs peut varier. Pour certains opérateurs, le pâturage signifie au minimum parcours. « Aussi longtemps qu’il n’y a pas de définition réglementaire de 'lait de pâturage', l’utilisation de ce terme reste une affaire de marketing, expose Marc Nidercorn. D’où l’idée de rester sur une définition des minimums à respecter. » Les producteurs engagés perçoivent un complément de prix de 5 €/1 000 kg, et cela sur l’ensemble du volume annuel produit. À quand un "lait de pâturage" made in France ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière