Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Apprenez à reconnaître les cinq stades cliniques de Mortellaro

Ne vous laissez pas rebuter par la complexité de la maladie. Comprendre et savoir identifier les formes actives et les formes réservoir est indispensable pour mettre en place une stratégie de lutte adaptée.

La dermatite digitée présente une multitude de formes cliniques et de localisations, qu’il est très important de reconnaitre pour différentes raisons. Tout d’abord pour le diagnostic : il faut être sûr de ne pas « laisser passer » une lésion de dermatite. Sans traitement, elle pourrait s’installer profondément, devenir chronique sur la vache concernée, pérenniser la maladie dans le troupeau, et plus tard recontaminer d’autres animaux.

Mais aussi pour interpréter et comprendre  l’évolution de cette maladie très « dynamique », très changeante, sur l’animal et dans le troupeau. Cette compréhension est indispensable à la mise en place de traitements adaptés et à l’orientation d’actions de prévention plus efficaces.

Les différentes formes cliniques correspondent à différents stades de la maladie et la durée d’évolution des lésions et la réaction des animaux jouent un rôle fondamental. Tout le monde s’accorde à décrire cinq « stades cliniques » de la dermatite digitée : M1, M2, M3, M4 et M4-1 (M pour Mortellaro).

Le stade M0 désigne les vaches saines sans lésion de dermatite digitée. Ce stade n’est pas toujours facile à retrouver chez les vaches laitières dans les troupeaux bien atteints. Ce devrait être le cas chez les génisses avant vêlage ! Des lésions peuvent apparaître quand les conditions favorables à la multiplication des tréponèmes sont réunies : humidité permanente, mauvaise hygiène, immunodépression, biosécurité défaillante (achats ou regroupements d’animaux infectés)…

cycle mortellaro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M1 :stade actif débutant ou précoce

Mortellero1

La lésion est bien circonscrite, avec un aspect « peau de fraise », rose ou gris, inférieure à 2 cm. Malgré sa taille réduite, elle est généralement douloureuse.

À ce stade, la guérison est encore possible (le retour direct en M0), mais dans la plupart des cas, ces lésions s’aggravent et s’étendent en M2. Certains animaux restent à ce stade sans jamais  évoluer en M2 (vieilles M1 ?). Il est également possible que ces lésions passent au stade chronique M4 directement, sans passer par M2.

 

 

 

 

M2 : stade aigu ulcératif… et douloureux

Mortellaro2

Ce sont ces lésions qui font boiter les vaches. Elles sont hyper-sensibles, hyper-douloureuses.

Elles sont assez faciles à reconnaître : ulcérations localisées de la peau au bord de la corne du sabot derrière, devant (photo 1)… ou autour des onglons accessoires (photo 2). Au début, la peau enflammée présente un aspect « peau de fraise » rose gris… puis au fur et à mesure que le temps passe, et à partir de 3 à 4 semaines d’évolution, s’installent une inflammation chronique et une prolifération de la peau en petits nodules en surélévation dans la peau (photo 3) ou en filaments (« poils géants ») (photo 4) avec un rebord blanc bien net ou hyperkératosique. Les M2 sont en général recouvertes de pus à l’odeur fétide très caractéristique. 

        Quand elles sont traitées efficacement, les M2 évoluent en M3. Mais elles peuvent aussi « refroidir » partiellement et rentrer dans un cycle vicieux et se transformer  en M4-1.

 

 

M3 : stade de cicatrisation « croûte noire »

Mortellaro3

Deux à cinq jours après un traitement local efficace, la lésion se recouvre d’une croûte noire, et devient insensible. Dans le meilleur des cas, elles cicatrisent complètement, guérissent et retournent en M0. Malheureusement une guérison seulement partielle en fait des M4, et elles peuvent retourner en M2 très douloureuses, quand le traitement ne fait plus d’effet.

 

 

 

 

 

 

 

 

M4 et M4-1 : le réservoir de la maladie

Mortellaro4

Le stade M4 est une lésion chronique non active ; elle est sèche et peu sensible. La peau est épaissie, avec des proliférations de « poils géants » si la durée d’évolution est importante. Ce type de lésions peut guérir en M0… ou se réactiver partiellement et présenter alors une M1 active rose et un peu douloureuse, en général en bordure…

Le stade M4-1 est une forme M1 active sur une lésion chronique M4, souvent sans rebords nets. La forme M4-1 peut s’aggraver et la zone active s’étendre et former une M2, ou regresser et la lésion redevient  M4.

Les formes M4 (et M4-1) sont au cœur  du problème de l’évolution de la dermatite digitée dans les troupeaux : elles sont le réservoir de la maladie, les tréponèmes y sont très profondement infiltrés dans l’épaisseur de la peau, parfois même sous forme enkystée. Elles sont donc très difficiles à traiter par les traitements locaux ou même généraux, et de plus assez difficiles à détecter, car pas ou peu douloureuses. Elles peuvent à tout moment, si les facteurs de risque de la maladie pèsent sur l’élevage, se transformer en formes M2  actives et douloureuses !

 
 

D’autres formes de M2 douloureuses importantes à reconnaître !

Mortellaro5

Les formes profondes appelées aussi « dermatite tunnel » : la dermatite colonise les lésions « mécaniques » du sabot, le plus souvent des ouvertures de la ligne blanche ou des décollements de la sole.

Contre toute attente, ces lésions guérissent facilement si le parage est suffisamment agressif et complet : il faut ôter tout ce qui est noir et infecté ! Ce qui nécessite parfois la pose d’un garrot avant le parage curatif et la confection d’un pansement compressif après… pour éviter les grosses hémorragies.

Le « super panaris » : assez rarement, mais régulièrement, la dermatite digitée peut devenir très ulcérative, voire nécrosante, et provoquer une sorte de phlegmon des tissus profonds du pied (comme un panaris mais en beaucoup plus grave), extrêmement difficile à guérir. On peut déplorer dans certains cas des espèces d’épidémies de « super panaris » dans les troupeaux où la dermatite est présente, suite à une immunodépression, un stress prolongé (nutritionnel, thermique…).

 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
Canicule : Les vaches n’apprécient pas le stress thermique
La chaleur n’est pas bonne pour les vaches, surtout les hautes productrices. Au-delà de la baisse de l’ingestion et de la…
Vignette
Quels équilibres sur les marchés mondiaux du lait à horizon 2030 ?
L'Union européenne, deuxième zone productrice de lait et exportatrice, devrait progresser plus lentement en collecte à l'avenir…
Vignette
La brumisation, un petit confort supplémentaire
Couplée à une ventilation efficace, la brumisation peut réduire la température de quelques degrés. Mais, l’effet réel des…
Vignette
« Le passage au bio a sauvé mon exploitation robotisée »
Nicolas Roybin a mené sa conversion au bio de main de maître, tout en maintenant la productivité du troupeau et en atteignant son…
Vignette
La France, pas une terre de lait ?

«On est face à un paradoxe français. Nos produits laitiers ne sont pas portés par…

Vignette
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière