Aller au contenu principal

Antoine Thibault, éleveur, évoque ses dettes : émotion sur twitter

Dans une série de messages sur Twitter, l’éleveur laitier plus connu sous le pseudonyme d’AgriSkippy a brisé un tabou dans l’agriculture : évoquer ses difficultés financières. Elles viennent de se tarir avec la dernière échéance d’un prêt trésorerie. Une situation que partagent beaucoup d’éleveurs émus par son témoignage.

Eleveur laitier
Emu, l’éleveur laitier normand qui a gagné 600 abonnés depuis sur le réseau social, s’étonne d’une si forte réaction.
© Compte twitter Agriskippy

Voilà trois mois qu’Antoine Thibault, éleveur laitier plus connu sous le pseudo d’AgriSkippy sur Twitter, réfléchissait à cette publication.

Le 20 janvier dernier, il poste ce tweet : « chaque 20 janvier est une victoire, chaque 20 janvier est dur à passer, chaque 20 janvier je rembourse 12 800 euros d’un emprunt de plus de 60 000 (le prix d’un petit tracteur) contracté pour payer… des dettes. Et aujourd’hui c’est la dernière échéance ». Un message vu 500 000 fois, partagé 1200 fois et ayant reçu 6800 likes. Emu, l’éleveur laitier normand qui a gagné 600 abonnés depuis sur le réseau social, s’étonne d’une si forte réaction. L’objectif de cette communication : partager sur les réseaux sociaux les difficultés financières que connaissent nombre d’éleveurs laitiers malgré un travail acharné. Et surtout expliquer à ses nombreux abonnés non agriculteurs un pan de la réalité d’un métier sur lequel les éleveurs s’épanchent peu.

Comment en est-il arrivé là ? « Quand depuis 2009, pire année du prix du lait, (rappelez vous la grève du lait et les épandages blancs au Mont saint Michel) on a 2 années moyennes où l’on boucle juste les comptes et une très mauvaise de déficit, les pertes cumulées deviennent énormes », explique-t-il dans un thread sur Twitter. « Je galère à boucler les fins de mois depuis 2010 », confie-t-il voyant dans cette échéance du 20 janvier dernier un « gros soulagement ».

J’ai souvent payé plus d’intérêts d’emprunt que mon propre salaire 

Fin 2014, l’éleveur finit de rembourser son emprunt de reprise mais « en 2015-2016 je me suis pris une claque monumentale alors que j’essaie d’être plutôt bon techniquement », se remémore-t-il. Les banques refusent de le soutenir et il est à deux doigts d’engager une procédure pour agriculteur en difficulté. « Alors que je n’ai pas fait de grosses erreurs », commente-t-il. Bien qu’installé sur « une ferme difficile, avec des contraintes de sol, de climat, d’arbres et de haies », il confie que « la fierté en prend un coup ».

Le métier d’éleveur demande beaucoup d’investissement : en 20 ans, Antoine Thibault confie avoir injecté plus de 550 000 euros en matériel bâtiments, ne se jugeant pas pour autant suréquipé.

« J’ai souvent payé plus d’intérêts d’emprunt que mon propre salaire », confesse l’éleveur sur twitter, reconnaissant avoir néanmoins réussi à passer d’un salaire de 900 à 2500 euros par mois « au fil des ans et des enfants ».
 

Hommage à ceux qui n’ont pas résisté à la pression

Aujourd’hui « après 20 ans de métier, 20 ans à rechercher à optimiser, toujours dans les meilleurs de mon groupe lait, cette période est derrière moi. Je n’ai quasi plus de dettes fournisseurs ni de prêt trésorerie, mais 20 ans c’est long, très long » témoigne encore Antoine Thibault sur Twitter. Il termine son thread avec une pensée émue pour ses collègues (« plus de mille anonymes à être tombés depuis 2010 », selon lui) qui n’ont pas supporté cette pression et ont mis fin à leurs jours.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Tanguy Pinel et Adeline Fontaine. « Notre objectif de produire 800 000 litres de lait sur une stalle avec un maximum de pâturage est conforté par la flambée des matières premières. »
« Nos vaches produisent 41 kg de lait au robot avec 45 % d’herbe pâturée »
Au Gaec Le Bois Denial, en Ille-et-Vilaine, le niveau d’étable est passé de 9 500 kg à plus de 12 000 kg après le passage au…
De gauche à droite : Audrey Bourolleau, fondatrice d'Hectar, et Julie Renoux, vétérinaire conseil pour la Laiterie des Godets.
Quel modèle propose Hectar à la laiterie des Godets ?
Le projet Hectar, fondé par Audrey Bourolleau et Xavier Niel, a inauguré le 17 mai sa ferme pilote La Laiterie des Godets, conçue…
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
Guerre en Ukraine : La hausse des charges des exploitations laitières pourrait atteindre plus de 60 euros pour 1 000 litres en moyenne
La flambée des prix des concentrés, des engrais ainsi que de l’énergie pourraitentraîner une hausse des charges allant, pour une…
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Le prix des vaches laitières de réforme monte, mais pas le nombre d'abattages
Jusque début avril, les éleveurs de vaches laitières ont préféré retenir des vaches pour profiter de la hausse du prix du lait et…
C'est en Belgique, Irlande, Pays-Bas et Allemagne que le prix de mars a le plus augmenté par rapport à mars 2021.
Le prix du lait français à la traîne en Europe

L’observatoire européen des prix du lait

Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Le prix du lait bio rejoint celui du lait conventionnel
Ce printemps, le prix du lait bio moyen tourne autour de 400 € les mille litres, comme le prix du lait conventionnel. Avec…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière