Aller au contenu principal

[Antibiotiques] La baisse des traitements intrammammaires continue

© F. Mechekour

En 2019, l’exposition globale des bovins aux antibiotiques a diminué de 25,5 % par rapport à 2011 et de quasiment 10 % par rapport à 2018 a annoncé l’Anses le 18 novembre lors d’un colloque. Depuis le début du suivi national en 2011, le nombre de traitements intramammaires par vache laitière a diminué de 31,4 %. Il a reculé de 15,4 % par rapport à 2018.

Sur l’année 2019 le nombre de traitements intramammaires est estimé à 71,9 traitements pour 100 vaches laitières en période de lactation et à 41,6 traitements pour 100 vaches au tarissement. Les médicaments administrés au tarissement représentaient plus de 43 % des traitements intramammaires en 1999 contre 36,6 % en 2019.

Baisse des antibiotiques « critiques »

Le nombre de traitements intramammaires à base de Céphalosporines de dernières générations (antibiotique d’importance critique) a baissé de 98,9 % entre 2013 et 2019, malgré une augmentation constatée l’année dernière « L’augmentation observée entre 2018 et 2019 peut s’expliquer par un décalage des chiffres de ventes déclarés pour l’année 2018 pour certains médicaments et n’est pas nécessairement représentative d’une modification de l’utilisation de ces traitements intramammaires », précise l’Anses dans son rapport annuel. L’exposition des bovins à la colistine, un autre antibiotique dit critique, a également reculé de plus de 52 % par rapport à 2014/2015, soit au-delà de l'objectif fixé (- 50 %).

Une consommation globale divisée par deux     

Les plans Ecoantibio I et II mis en place en France portent leurs fruits. Toutes espèces animales confondues, la consommation d’antibiotiques est passée de 910 tonnes en 2011 (année de référence) à 422 tonnes en 2019, soit une baisse de 53 %. Cette consommation a notamment baissé de 10,5 % entre 2018 et 2019. Chez les bovins, les ventes et l’exposition des animaux aux antibiotiques (prise en compte de la posologie, la durée du traitement…) s’inscrivent dans cette dynamique (respectivement - 35,9 % et - 25,5 % par rapport à 2011).

Pour rappel, le plan Ecoantibio 2012/2016 visait une réduction de 25 % de l’usage des antibiotiques en 5 ans. L’objectif global a été atteint : - 37 % en 5 ans. Le plan Ecoantibio 2017/2021 vise à inscrire dans la durée la baisse de l’exposition des animaux aux antibiotiques avec un objectif spécifique à la colistine : baisse de 50 % de l’exposition des animaux à cet antibiotique en 5 ans en filière bovine, porcine et avicole

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Lucie Prunier, de la ferme de la Talboisière, dans l'Orne
« Où sont les porteurs de projet en élevage laitier ? »
Lucie Prunier, de l'EARL de la Talboisière, à Saint Jean des bois, dans l'Orne, n’arrive pas à trouver son futur associé, après…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière