Aller au contenu principal

Maîtres Laitiers : Améliorer la vie de la coopérative

Alors que le fonctionnement des coopératives est souvent questionné, Coop de France métiers du lait a mis en place un dispositif d’accompagnement pour l’améliorer, notamment un guide d’autoévaluation de la gouvernance. Maîtres Laitiers du Cotentin l’a testé. 

Maîtres Laitiers du Cotentin collecte 439 millions de litres de lait et détient 5 sites industriels. Ici, une visite de l’usine de Méautis. © Maîtres Laitiers du Cotentin
Maîtres Laitiers du Cotentin collecte 439 millions de litres de lait et détient 5 sites industriels. Ici, une visite de l’usine de Méautis.
© Maîtres Laitiers du Cotentin

En matière de gouvernance, Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) fait plutôt partie des bons élèves. Ce n’est pas un hasard si son président s’est retrouvé pilote d’un groupe de travail sur la vie de la coopérative et la relation avec les adhérents. « Ce groupe a été mis en place en 2012 pour quantifier et qualifier toutes les actions initiées par les coopératives pour mieux communiquer avec leurs adhérents. Le but était de les mutualiser, mais aussi de faire valoir notre modèle coopératif auprès de son environnement (administratifs, élus…) », précise Christophe Levavasseur, président de de MLC. En 2015, une charte recensant les engagements mutuels entre coopératives et associés coopérateurs a été élaborée. Chaque coopérative a été invitée à travailler et améliorer un ou deux points de la charte. « À titre d’exemple au niveau de MLC, nous avions initié une charte de l’administrateur définissant ses droits et devoirs (confidentialité, présence…). Chaque nouvel administrateur doit désormais la cosigner avec le président. "

Des outils spécifiques ont ensuite été conçus et testés par le groupe pour structurer davantage la vie coopérative et permettre au réseau de se mettre dans une posture d’amélioration continue. Ces derniers mois, ces outils ont été modélisés pour être mis à la disposition du réseau des coopératives laitières.

De la méthode pour évoluer plus vite

MLC a testé l’ensemble du dispositif. Notamment une autoévaluation de la gouvernance par les administrateurs. « Concrètement, les administrateurs ont répondu lors d’un conseil à cinquante questions portant sur les engagements de la charte, précise Laurent Hédou, directeur de la production laitière, en charge de l’animation de la gouvernance avec le président. Par exemple : ‘La coopérative s’engage-t-elle à permettre une présentation des comptes claire et argumentée à l’ensemble des associés coopérateurs ?’ Un code couleur vert/orange/rouge permet très vite de se situer : chez MLC, plus de 80 % des réponses se situaient dans le vert. La démarche donne un fil conducteur et permet d’impliquer pleinement les vingt et un administrateurs. » Pour Christophe Levavasseur, « c’est un exercice que devraient faire toutes les coopératives laitières. Il incite le président à se poser des questions sur la façon de piloter, l’aiguille pour exercer sa mission ».

Chez MLC, le bon taux de participation aux quatre rendez-vous annuels (réunions d’hiver 49 %, assemblées de section 53 %, AG 71 %, réunions des 133 délégués 79 %) témoigne de la proximité de la coopérative avec ses 1 188 sociétaires. Parmi les évolutions récentes, l’accompagnement des adhérents a été renforcé : au niveau individuel avec l’objectif d’une visite par an d’un technicien, et au niveau collectif avec des formations de deux jours sur cinq thématiques. « Le taux de participation, plus de 250 producteurs sur deux hivers, montre que cela répond vraiment à des attentes », souligne Christophe Levavasseur. Depuis cette année, les jeunes doivent suivre deux jours de formation pour comprendre les marchés…Un 'groupe Avenir' pour les producteurs voulant s’approprier le fonctionnement de la coopérative et comprendre son environnement a été lancé. La communication reste une priorité, avec l’envoi d’un bulletin mensuel et un extranet lancé en 2014. « Il est entré dans la vie de tous les jours. 93 % des sociétaires sont connectés. Nous faisons souvent des enquêtes par exemple sur les volumes de lait, l’organisation du travail, ou l’évolution des marchés et des pratiques… avant de définir nos lignes stratégiques. »

" Le but est aussi de mettre en avant la spécificité de notre modèle coopératif " - Christophe Levavasseur, président de MLC

Les engagements de la charte

 
° Expliquer les missions et responsabilités du conseil d’administration
° Choisir une approche claire et détaillée de la rémunération
° Rendre compte aux associés-coopérateurs
° Mettre en valeur le capital social
° Adopter des règles claires de sa transmission
° S’engager dans une démarche d’information sur les valeurs coopératives et sur la stratégie
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Damien Lacombe, président de Sodiaal
Sodiaal: un résultat courant 2020 tout juste à l’équilibre
La coopérative laitière annonce en 2020 un résultat courant consolidé à 1,3 millions d’euros, et un Ebitda au même niveau qu’en…
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
En dehors de la période hivernale, les veaux devront obligatoirement à partir de six semaines, avoir accès à une aire extérieure et/ou pouvoir pâturer.  © F. Mechekour
Le nouveau règlement européen bio se précise
Le règlement européen s’appliquera au 1er janvier 2022. Les changements les plus importants concernent les bâtiments.
Bcel Ouest, Evolution, GDS Bretagne et Copavenir fusionnent
Annoncée cet automne, la fusion entre Evolution, Bcel Ouest, GDS Bretagne et Copavenir sera effective à compter du 1 er…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière