Aller au contenu principal

À TRÉVAREZ DANS LE FINISTÈRE
ALIMENTER LES VACHES UNE FOIS PAR SEMAINE FAIT GAGNER 30 À 40 % DU TEMPS D’AFFOURAGEMENT

Le passage à une distribution hebdomadaire des fourrages a permis d’économiser 30-40 % du temps passé autour de l’alimentation par rapport à un affouragement quotidien. Sans entraîner de modification des performances laitières.

Dans l’essai, la fréquentation
des cornadis a été importante,
sans saturer la place.
Dans l’essai, la fréquentation
des cornadis a été importante,
sans saturer la place.
© A. Conté

La réduction de la fréquence d’alimentation des vaches laitières a été testée à la station expérimentale de Trévarez sur deux hivers. L’économie sur le travail d’alimentation a été estimée à 32 %. « Sur un troupeau de 60 vaches, on peut espérer un gain de 30 à 40 %, soit 1h30 à 3 heures par semaine selon la situation de départ », rapporte Yvon Sèité des chambres d’agriculture de Bretagne.

PAS PLUS DE BUTYRIQUES

Deux lots de 20 vaches ont été constitués. « L’un était affouragé une fois par semaine à l’aide d’une désileuse-cube, et les cubes de maïs ensilage étaient repoussés par un poussefourrage une à deux fois par jour. L’autre était alimenté une fois par jour à l’auge par une mélangeuse, et la ration repoussée manuellement deux à trois fois dans la journée. » Ces deux lots recevaient une même ration à base d’ensilage de maïs, avec le concentré au DAC.

Les quantités ingérées et la production laitière sont restées semblables pour les deux lots. « Les comptages cellulaires et le nombre de mammites se révèlent proches. Par contre, le TB apparaît significativement moins élevé dans le lot pousse-fourrage. » L’une des questions soulevées par le changement de mode d’alimentation portait sur l’évolution de la teneur en spores butyriques du lait. « Nous n’avons pas observé de différence significative, même si chaque année les résultats sont apparus plus élevés pour le lot pousse-fourrage. » Enfin, l’essai n’a pas non plus révélé de comportement très agressif dans le lot pousse-fourrage, malgré une moindre place à l’auge, seulement un peu plus de coups de tête. ■

Enquête en élevages : Attention aux butyriques !

Quatorze élevages bretons réduisant la fréquence d’alimentation des vaches laitières ont été enquêtés. « Contrairement à l’essai de Trévarez, nous avons observé sur ces élevages une tendance à l’augmentation des butyriques dans le lait suite à la mise en place des auges mobiles, évoque Yvon Sèité des chambres d’agriculture de Bretagne. En moyenne sur douze mois, elles sont passées de 575 à 726 spores/ml. Sur ce critère, la situation s’est dégradée dans 8 élevages sur 14. »

En revanche, aucune différence n’est constatée sur la lipolyse, les germes et les cellules. D’autre part, plus de 50 % de temps a été gagné sur l’affouragement, comparé à une distribution quotidienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Sylvia Marty et Jean-François Cornic. « L’augmentation des taux et celle des effectifs compensent partiellement la baisse du litrage ; mais ce qui nous importe le plus, c’est la plus-value sur la qualité de vie. »
« Nous sommes passés en monotraite cinq ans après l’installation »
À la Ferme de la Meuh, dans le Morbihan, les vaches sont traites toute l’année une seule fois par jour. Depuis un an et demi, les…
En Europe, les prix du lait montent mais la collecte baisse encore
Les cotations des produits laitiers sont à des niveaux très élevés.
Il faut éviter les virages serrés en entrée et sortie de boviduc.
Le boviduc pour aller pâturer en toute sécurité plus loin et plus vite
Le coût du boviduc dépend de la largeur de la route, des réseaux enterrés et du besoin de terrassement. Si cela est possible, il…
Benoît Fontaine, associé du Gaec des deux vallées.
« Des chemins en béton : le meilleur investissement que j'ai fait ! »
Le Gaec des deux vallées, dans la Manche, est très satisfait de son chemin en béton de 780 mètres sur deux mètres de large, que…
Éric Chavrot, 51 ans, et Serge Drevet, 56 ans. « Le  bâtiment se prêtait à l’installation du robot ; le seul problème est la difficulté d’accès au pâturage. »
En Isère: « Nous cherchons à automatiser au maximum pour produire notre contrat de 625 000 litres de lait»
Le Gaec des Sources, à 550 mètres d’altitude en Isère, dégage un bon revenu malgré des annuités élevées liées à l’installation d’…
Outre-Manche, l’intérêt des éleveurs pour la pelouse synthétique tend à en augmenter le prix.
En Angleterre et Irlande, des chemins de pâturage solides et fonctionnels à moindre prix
Avec de grands troupeaux, les systèmes pâturants britanniques et irlandais doivent assurer la qualité des chemins à moindre coût.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière