Aller au contenu principal

À TRÉVAREZ DANS LE FINISTÈRE
ALIMENTER LES VACHES UNE FOIS PAR SEMAINE FAIT GAGNER 30 À 40 % DU TEMPS D’AFFOURAGEMENT

Le passage à une distribution hebdomadaire des fourrages a permis d’économiser 30-40 % du temps passé autour de l’alimentation par rapport à un affouragement quotidien. Sans entraîner de modification des performances laitières.

Dans l’essai, la fréquentation
des cornadis a été importante,
sans saturer la place.
Dans l’essai, la fréquentation
des cornadis a été importante,
sans saturer la place.
© A. Conté

La réduction de la fréquence d’alimentation des vaches laitières a été testée à la station expérimentale de Trévarez sur deux hivers. L’économie sur le travail d’alimentation a été estimée à 32 %. « Sur un troupeau de 60 vaches, on peut espérer un gain de 30 à 40 %, soit 1h30 à 3 heures par semaine selon la situation de départ », rapporte Yvon Sèité des chambres d’agriculture de Bretagne.

PAS PLUS DE BUTYRIQUES

Deux lots de 20 vaches ont été constitués. « L’un était affouragé une fois par semaine à l’aide d’une désileuse-cube, et les cubes de maïs ensilage étaient repoussés par un poussefourrage une à deux fois par jour. L’autre était alimenté une fois par jour à l’auge par une mélangeuse, et la ration repoussée manuellement deux à trois fois dans la journée. » Ces deux lots recevaient une même ration à base d’ensilage de maïs, avec le concentré au DAC.

Les quantités ingérées et la production laitière sont restées semblables pour les deux lots. « Les comptages cellulaires et le nombre de mammites se révèlent proches. Par contre, le TB apparaît significativement moins élevé dans le lot pousse-fourrage. » L’une des questions soulevées par le changement de mode d’alimentation portait sur l’évolution de la teneur en spores butyriques du lait. « Nous n’avons pas observé de différence significative, même si chaque année les résultats sont apparus plus élevés pour le lot pousse-fourrage. » Enfin, l’essai n’a pas non plus révélé de comportement très agressif dans le lot pousse-fourrage, malgré une moindre place à l’auge, seulement un peu plus de coups de tête. ■

Enquête en élevages : Attention aux butyriques !

Quatorze élevages bretons réduisant la fréquence d’alimentation des vaches laitières ont été enquêtés. « Contrairement à l’essai de Trévarez, nous avons observé sur ces élevages une tendance à l’augmentation des butyriques dans le lait suite à la mise en place des auges mobiles, évoque Yvon Sèité des chambres d’agriculture de Bretagne. En moyenne sur douze mois, elles sont passées de 575 à 726 spores/ml. Sur ce critère, la situation s’est dégradée dans 8 élevages sur 14. »

En revanche, aucune différence n’est constatée sur la lipolyse, les germes et les cellules. D’autre part, plus de 50 % de temps a été gagné sur l’affouragement, comparé à une distribution quotidienne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
Ludovic Serreau, du Gaec des Chesnaies, en Indre-et-Loire, a conçu une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad. © E. Bignon
Une dérouleuse de clôture « maison » montée sur quad
En Eure-et-Loir, le Gaec des Chesnaies est passé en pâturage tournant dynamique. Ludovic Serreau a conçu une astuce qui facilite…
Installé en juillet dernier, le tracker solaire à cellules bifaces pourrait permettre d’économiser 3 944 euros d’électricité par an. © F. Mechekour
[Autonomie en électricité] Le Gaec Philippeau a investi dans un tracker solaire 
Le Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, a investi 40 000 euros dans un tracker solaire de 75 m2 pour une…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière