Aller au contenu principal

Alimentation des bovins
Ajouté aux rations acidogènes, le concentré liquide de Sodial a du bon

D´après un essai mené à Grignon, l´aliment concentré liquide fabriqué par Sodial permet d´améliorer les performances des laitières.


«L´ajout d´un kilo d´aliment concentré liquide à la ration quotidienne a permis d´augmenter l´ingestion des vaches d´un kilo de matière sèche(1) », note Marion Saadé de la ferme de l´Institut national agronomique de Paris Grignon. Le troupeau, à 9000 kg de moyenne, a en effet testé l´ACL fabriqué par Sodial. Le protocole expérimental est simple. Deux lots de cinquante vaches, appariés en fonction du numéro de lactation des animaux, de leur stade de lactation, ainsi que de leur niveau de production et des taux, ont été nourris avec une même ration très énergétique à base d´ensilage de maïs, de pulpes de betteraves surpressées et de drêches de brasserie. Un seul des deux lots a reçu le concentré liquide, composé de mélasse de canne, de fécules de pommes de terre, de levures de boulangerie et d´urée. « Distribué pendant deux mois en phase descendante de lactation, l´ACL a permis d´augmenter la production de 1,2 kg de lait par vache et par jour. »

Equilibre azote et énergie ultrafermentescibles
Mais qu´est-ce qui explique cet effet positif sur les rations acidogènes ? « L´ACL ne se contente pas de ramener dans la ration uniquement des sucres rapidement dégradables comme la mélasse, mais un équilibre entre sucre et azote très fermentiscible, souligne Emmanuel Bédier de Sodial. L´ACL stimule ainsi les bactéries du rumen, notamment la flore dégradant les fibres. »
D´après les résultats d´essai, le lot complémenté a augmenté sa consommation de foin au râtelier d´environ 20 %. La digestibilité ruminale s´est améliorée et par conséquent, la ration a été mieux valorisée.
Autre point important à noter : « Malgré l´augmentation de la production laitière, les vaches n´ont pas maigri pour autant, leur bilan énergétique s´est révélé globalement meilleur. » Toutefois, l´effet positif de l´ACL s´enregistre uniquement s´il vient en plus de la ration classique.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Olivier Thibault. « J’ai fait le choix du maïs grain humide pour limiter aussi la dépendance au concentré énergétique. » © E. Bignon
Prix du soja : « Je limite l’achat de correcteur en complémentant les vaches en acides aminés »
L’EARL de la Grandinière, en Mayenne, n’a pas attendu la flambée du prix des matières premières pour chercher des leviers de…
Maïs après destruction de prairie par une succession de passage d’outils de travail du sol. © Arvalis
Détruire une prairie sans labour ni glyphosate, c'est possible
Une enquête menée dans le cadre du projet Praigly auprès de dix fermes montre que des solutions mécaniques existent pour détruire…
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés et la prise en compte de la vitesse de dégradabilité des sources azotées. © E. Bignon
Prix du soja : Six leviers pour réduire le correcteur azoté
Comment faire face à la flambée du prix du tourteau de soja à plus de 400 €/t ? Avant de chercher à optimiser le prix d’achat du…
Vincent Philippeau, François Giard et Alain Philippeau, les trois associés. « Nous voulons continuer à faire pâturer nos vaches tout en maintenant un bon niveau de production pour ne pas devoir investir dans un nouveau bâtiment. » © F. Mechekour
[Élevage laitier] « Notre exploitation a des atouts pour attirer des jeunes »
Au Gaec Philippeau, dans le Maine-et-Loire, le chiffre trois s’applique au nombre d’associés, d’ateliers, de semaines de congés…
Le coût alimentaire du système plus pâturant est inférieur de 21 €/1 000 l, surtout grâce à la maîtrise du coût de concentré. © V. Brocard
À la ferme expérimentale de Trévarez : +50 000 euros en cinq ans pour le système plus pâturant
50 000 euros de revenu en plus en cumul sur cinq ans et des bilans azote et carbone un peu plus favorables pour le système plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière