Aller au contenu principal
Font Size

Aides Pac: double peine pour les laitiers spécialisés de plaine

Les élevages concentrant les aides directes sur une surface limitée seront particulièrement impactés.

Le gouvernement renonce à majorer la surprime des 52 premiers hectares.
© S. Leitenberger

Avec les annonces du 27 juillet concernant la Pac, le ministre de l’Agriculture a réussi à se mettre tout le monde à dos. Même les bios qui ont pourtant le vent en poupe auprès du gouvernement ! Ceux qui vont être particulièrement pénalisés par les deux mesures qui ont été notifiées le 1er août à Bruxelles sont les éleveurs laitiers spécialisés de plaine. Notamment ceux de l’Ouest, du fait de la concentration des DPB sur une surface limitée.

La première mesure concerne le transfert de 4,2% des aides directes du 1er pilier vers le second pilier, soit environ 310 millions d’euros (4,2% sur 7,3 milliards d’euros d’aides directes). Ce transfert est censé combler un trou de près d'un milliard d'euros sur les aides du développement rural d'ici 2020 (ce qui est très contesté). L'ensemble des agriculteurs devra mettre la main à la poche pour permettre à l’Etat d’honorer les engagements pris par le précédent gouvernement sur l’ICHN, les MAEC, et le bio. Ce prélèvement vient s'ajouter au transfert annuel de 3,3% acté en 2013 pour financer la gestion des risques. Pour tout le monde, les DPB baisseront donc de 7,5% en 2018.

Les éleveurs laitiers seront fortement touchés par ce transfert en contribuant pour un tiers à cette ponction. En 2016, les aides  directes versées aux éleveurs laitiers de plaine s’élèvent en effet à 2,45 milliards € et celles versées aux laitiers de montagne à 557 millions €, soit un impact des 4,2% de 126 millions d’euros. A titre d’exemple, une exploitation de plaine spécialisée du réseau Inosys qui produit en moyenne 600 000 litres de lait avec 100 ha a touché 27 450 € d’aides directes en 2016: l’impact du 4,2% sera de 1150 €.

Les DPB baisseront de 7,5% en 2018

La deuxième mesure est le maintien du taux de prélèvement pour la surprime des 52 premiers hectares à 10%. Le gouvernement renonce à majorer ce taux, comme cela avait déjà été le cas l’année dernière. Initialement l’aide devait passer à 15% en 2017 pour atteindre 20% en 2018. La surprime restera donc à 50 €/ha en 2018 au lieu de 100€/ha, soit un manque de 2 600 € pour 52 ha. L’impact n’est pas le même pour tous les secteurs : d’après des données publiées l’année dernière, le maintien d’un taux de 10% au lieu de 15% a un impact négatif sur l'Otex bovins lait de - 12 M€,  positif sur l’Otex polyculture élevage de +5 M€, et très positif sur l’Otex grandes cultures de +34 M€.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
stabulation vaches laitières SCL Elevage du Pla
« Notre litière malaxée est en paille broyée »
A la SCL Elevage du Pla, à Momères, dans les Hautes-Pyrénées, les éleveurs ont sept ans de recul avec leur…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière