Aller au contenu principal

Agrilocal, la plateforme Internet pour la restauration collective

La commande publique des restaurants de collèges goûte aux produits locaux, grâce à une plateforme internet à l’initiative de conseils généraux. De la Drôme au Massif central, elle gagne du terrain.

Agrilocal63, en un an, c’est 106 produits différents commandés, dont 450 kg de fromages et 13 000 yaourts.
Agrilocal63, en un an, c’est 106 produits différents commandés, dont 450 kg de fromages et 13 000 yaourts.
© Conseil général du Puy-de-Dôme

Le Conseil général de la Drôme est le premier à avoir mis en place Agrilocal. Depuis, le logiciel et le principe ont été repris il y a un an par le Puy de Dôme, avec un franc succès. Agrilocal gagne à présent l’Allier, la Creuse et la Corrèze. Et le 13 novembre dernier, une association est lancée, de promotion et de développement au niveau national, pour que chaque département puisse s’emparer du dispositif.
Le principe est une plateforme internet, développée par le conseil général, en collaboration avec la chambre d’agriculture. Le service est gratuit, une simple inscription est nécessaire. La plateforme met en relation directe les producteurs et les gestionnaires de restauration collective des écoles primaires, collèges, maisons de retraite, établissements médico-sociaux, restaurants administratifs… Mutualisé avec le conseil régional d’Auvergne, Agrilocal63 permettra aux lycées d’accéder eux aussi à des produits locaux.

 

Un outil de promotion des produits locaux

 

Avec ce dispositif, le conseil général donne les moyens à la commande publique de favoriser l’approvisionnement de proximité, tout en respectant le code des marchés publics. Par la stimulation de la demande, la plateforme offre la possibilité aux agriculteurs d’accéder à des débouchés supplémentaires.
La famille Gourdy, « Cœur de fermier », transforme à la ferme entre 70 000 et 100 000 litres de lait en yaourts et fromages blancs (sur un quota de 650 000 litres). « La transformation est récente chez nous. Nos clients sont divers et les commandes via Agrilocal63 représentent entre 10 et 15 % des volumes annuels. Ce débouché est intéressant, car il valorise bien nos produits à moindre coût (travail, transport). De plus, c’est un moyen de nous faire connaître auprès des particuliers, par les enfants scolarisés ou le personnel des collectivités. Cette initiative nous permet en plus de participer à l’éducation du goût des enfants. Notre contrainte est souvent le prix, car nous ne sommes pas concurrentiels par rapport aux industriels (rapport 1 sur 4), mais nous faisons un effort de prix et les collectivités jouent le jeu de faire travailler les producteurs locaux sans attacher autant d’importance au prix. »
Le Gaec Battut transforme 200 000 litres de lait en fourme fermière de Rochefort-Montagne. « Nous travaillons depuis longtemps en vente directe aux particuliers, via des crèmeries, épiceries, minimarket. Agrilocal63 nous a ouvert de nouveaux débouchés, certes petits et ponctuels, mais qui nous permettent de faire découvrir à un jeune public, ce fromage très spécifique à notre petite région. »

Agrilocal63 s’ouvre au secteur privé

Artisans boulangers ou bouchers, entreprises agroalimentaires… seront intégrés au réseau, sous réserve de présenter des garanties en termes de traçabilité de leurs produits. Le réseau s’ouvre aussi à la restauration touristique, engagée dans des démarches qualité telles que Logis de France, Toques d’Auvergne…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Jean-Baptiste Decheppe. "Avant, on distribuait la ration le matin. Le problème, c'est que quand arrivait le soir, non seulement la ration était déconcentrée car les vaches avaient trié toute la journée, et en plus elles n’avaient pas forcément toujours suffisamment à manger durant la nuit. " © DR
« En distribuant la ration le soir, les bouses sont beaucoup plus homogènes »
Distribuer la ration le soir a eu un impact positif sur le troupeau. Jean-Baptiste Decheppe, éleveur dans le sud de la Meuse, en…
Ludovic Ménoret préfère se concentrer sur la production de lait plutôt que sur les cultures. © V. Bargain
« Seul sur mon exploitation laitière, je délègue tous les travaux de culture »
Installé en 2016, Ludovic Ménoret a choisi de déléguer presque tous les travaux des champs. Un fonctionnement qui permet de…
Les quatre associés du Gaec des Sources. « L’empreinte carbone nous servira d’indicateur dans l’amélioration de nos pratiques. » © E. Bignon
"Notre exploitation laitière va vendre des crédits carbone"
Commercialiser leur réduction d’émission de gaz à effet de serre sur le marché volontaire des crédits carbone : c’est ce que le…
Philippe et Cédric Divinia. "Depuis que l'on distribue la ration le soir, elle est mieux valorisée. Les vaches gaspillent moins d'énergie en déplacements fréquents, elles passent plus de temps couchées au calme à ruminer et donc à mieux digérer." © E. Bignon
« Changer le moment de la distribution a rendu le troupeau plus calme »
Le recours à la caméra timelapse a fait prendre conscience aux associés du Gaec des Vallons à Longessaigne dans le Rhône de l’…
400 vaches mortes : les éleveurs laitiers victimes des éoliennes attendent un ultime rapport
En Loire-Atlantique, deux élevages accusent les éoliennes toutes proches d’entraîner de graves troubles sur leurs animaux. Une…
Les quatre associés du Gaec Ferme du plateau. © B. Griffoul
Changement climatique : Un bâtiment pour 120 vaches poreux sur toutes ses faces
Au Gaec Ferme du plateau, dans la Loire, toutes les façades de la stabulation, située sur un site venté, laissent passer l’air et…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière