Aller au contenu principal

Agrial harmonise sa politique laitière

Pour le prix du lait, le travail d’harmonisation et d’évolution du mode de calcul démarre tout juste. Pour les volumes, l’harmonisation est faite.

Suite à la fusion avec Eurial, les adhérents Eurial et ceux de la branche lait d’Agrial sont tous devenus adhérents Agrial (lire pages 64-65). La coopérative a harmonisé sa politique laitière concernant les volumes, avec les mêmes règles pour les 4 850 adhérents. La gestion annuelle des volumes est individuelle. Finie la mutualisation des sous et des surréalisations qui avait permis aux adhérents Agrial en dépassement de leur référence de ne pas subir de pénalités en 2015 et 2016. "C’est une règle plus claire, et qui permet d’ajuster de façon plus réactive la collecte aux besoins de la coopérative, pointent Pascal Lebrun, président de l’Organisation métier lait, et Jean-Luc Rabillard, président du conseil de surveillance de la branche lait. Fin 2015 et début 2016, nous étions en situation d’excédents. Ce n’est plus le cas en ce début d’année. Pour la campagne 2017-2018, les éleveurs peuvent livrer 103 % de leur référence sans dévalorisation. S’il s’avère que la coopérative a besoin de davantage, nous augmenterons le 'prêt' à 5 %."

Il n’y a pas de volume B. Pour inciter à livrer de façon linéaire sur l’année, la référence annuelle est répartie linéairement sur chaque trimestre. Les dépassements du troisième trimestre ne sont pas pris en compte. Le pourcentage en dépassement des autres mois est soumis à dévalorisation, s’il y a dépassement du droit commercial annuel en fin de campagne. "Nous réfléchissons à une prime à la régularité pour inciter celle-ci. L’autre enjeu important, c’est la prévision pour optimiser nos outils industriels et mieux déterminer les volumes que l’on peut attribuer."

Un prix qui tienne compte des valorisations d’Eurial

Concernant le prix, Agrial démarre le travail d’harmonisation qui est politiquement très sensible. "Notre objectif est d’être prêts pour 2018-2019. L’idée est d’avoir une seule grille de paiement à la qualité sanitaire et à la richesse du lait. L’objectif est aussi que la formule de prix reflète les valorisations d’Eurial, la branche industrielle laitière d’Agrial. Et qu’elle tienne compte de l’environnement concurrentiel. Au final, le lait sera payé différemment. Certains individuellement toucheront moins et d’autres plus, mais le lait ne sera pas payé moins dans son ensemble. Par rapport à nos valorisations, il est évident que nous ne payons pas assez la matière grasse et peut-être un peu trop la matière protéique. Une piste serait de mieux rémunérer la richesse, et mécaniquement de réduire le prix de base. Cette mécanique a été mise en place pour payer le lait bio. Enfin, nous démarrons un travail sur un prix garanti pour les jeunes. Cela existe en caprin ; c’est un prix minimum."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière