Aller au contenu principal

Agrial harmonise sa politique laitière

Pour le prix du lait, le travail d’harmonisation et d’évolution du mode de calcul démarre tout juste. Pour les volumes, l’harmonisation est faite.

Suite à la fusion avec Eurial, les adhérents Eurial et ceux de la branche lait d’Agrial sont tous devenus adhérents Agrial (lire pages 64-65). La coopérative a harmonisé sa politique laitière concernant les volumes, avec les mêmes règles pour les 4 850 adhérents. La gestion annuelle des volumes est individuelle. Finie la mutualisation des sous et des surréalisations qui avait permis aux adhérents Agrial en dépassement de leur référence de ne pas subir de pénalités en 2015 et 2016. "C’est une règle plus claire, et qui permet d’ajuster de façon plus réactive la collecte aux besoins de la coopérative, pointent Pascal Lebrun, président de l’Organisation métier lait, et Jean-Luc Rabillard, président du conseil de surveillance de la branche lait. Fin 2015 et début 2016, nous étions en situation d’excédents. Ce n’est plus le cas en ce début d’année. Pour la campagne 2017-2018, les éleveurs peuvent livrer 103 % de leur référence sans dévalorisation. S’il s’avère que la coopérative a besoin de davantage, nous augmenterons le 'prêt' à 5 %."

Il n’y a pas de volume B. Pour inciter à livrer de façon linéaire sur l’année, la référence annuelle est répartie linéairement sur chaque trimestre. Les dépassements du troisième trimestre ne sont pas pris en compte. Le pourcentage en dépassement des autres mois est soumis à dévalorisation, s’il y a dépassement du droit commercial annuel en fin de campagne. "Nous réfléchissons à une prime à la régularité pour inciter celle-ci. L’autre enjeu important, c’est la prévision pour optimiser nos outils industriels et mieux déterminer les volumes que l’on peut attribuer."

Un prix qui tienne compte des valorisations d’Eurial

Concernant le prix, Agrial démarre le travail d’harmonisation qui est politiquement très sensible. "Notre objectif est d’être prêts pour 2018-2019. L’idée est d’avoir une seule grille de paiement à la qualité sanitaire et à la richesse du lait. L’objectif est aussi que la formule de prix reflète les valorisations d’Eurial, la branche industrielle laitière d’Agrial. Et qu’elle tienne compte de l’environnement concurrentiel. Au final, le lait sera payé différemment. Certains individuellement toucheront moins et d’autres plus, mais le lait ne sera pas payé moins dans son ensemble. Par rapport à nos valorisations, il est évident que nous ne payons pas assez la matière grasse et peut-être un peu trop la matière protéique. Une piste serait de mieux rémunérer la richesse, et mécaniquement de réduire le prix de base. Cette mécanique a été mise en place pour payer le lait bio. Enfin, nous démarrons un travail sur un prix garanti pour les jeunes. Cela existe en caprin ; c’est un prix minimum."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière