Aller au contenu principal

Agir tôt contre les cellules

Problème de bâtiment, de machine à traire, de pratiques de traite… les causes des flambées de cellules étant multifactorielles, la prévention doit s’appuyer sur un diagnostic et une stratégie sans failles.

Les comptages cellulaires dans la zone rouge depuis 2008
Les comptages cellulaires dans la zone rouge depuis 2008
© B. Griffoul

Après avoir connu une forte dégradation en 2006, 2007 et 2008, la courbe des comptages cellulaires semble aborder une phase de stabilité tout en restant dans la zone rouge. « La situation se stabilise un peu en matière de dynamique d’infections depuis trois à quatre ans », indique Philippe Roussel, de l’Institut de l’élevage. « Le taux de nouvelles infections (mammites subcliniques) se situe autour de 8 % et le taux de guérison au tarissement s’est légèrement amélioré en 2014 (73,5 % contre 72 % en 2011). » Cette tendance est « surtout marquée dans les régions à spécialisation laitière ».

Mais cette évolution positive ne s’est pas répercutée sur les comptages cellulaires des tanks dont le niveau a stagné en 2014. « La fin programmée des quotas a certainement joué un rôle dans ce phénomène en poussant des éleveurs à garder des vaches à cellules. »

Pour faire face à une situation qui se dégradait, la France s’est dotée en 2011 d’un plan national de prévention et de réduction des mammites. Piloté par le Cniel, il intègre depuis 2014 la formation de conseillers spécialisés.

Les comptages cellulaires des tanks ont stagné en 2014

Les causes des infections mammaires étant multifactorielles (modèle environnemental, contagieux ou mixte), les conseils qui doivent être apportés aux éleveurs nécessitent de poser un diagnostic fiable et de proposer des solutions applicables dans les élevages à partir d’une approche commune à tous les intervenants. La hiérarchisation des préconisations est l’un des facteurs clés de réussite d’un plan de lutte.

Flambée de cellules suite à la mise en route d’un robot de traite, conditions de logement et d’hygiène de traite inadaptées, vaches incurables non réformées pour produire plus de lait… les trois reportages en élevages de notre dossier illustrent différentes situations et la manière dont les problèmes ont été abordés et résolus. Ils rappellent aussi que dans ce domaine rien n’est jamais définitivement acquis.

SOMMAIRE du dossier

P32 Des clés pour barrer la route aux germes

P38 Des taux de guérison faibles avec le staphylocoque doré

P40 « La ventilation de notre stabulation est insuffisante » Gaec de la Verne (71)

P42 « Il a fallu modifier le paramétrage du robot de traite » Élevage Jean-Luc Roumaud (22)

P44 « Réformer pour abaisser la pression microbienne » EARL de la forêt (38)

P48 Votre installation est-elle conforme et bien entretenue ?

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
Les associés et salariés du Gaec de la Branchette se sont organisés avec une grande polyvalence pour faciliter la répartion du travail et le remplacement. © Gaec de la Branchette
Au Gaec de la Branchette, près de 1,4 million de litres de lait bio pilotés au plus juste
En Ille-et-Vilaine, les cinq associés du Gaec de la Branchette produisent 1,360 million de litres de lait bio avec 180 vaches. Si…
dépotage à Méautis, Manche
Maîtres laitiers du Cotentin accélère sur le e-commerce
Le groupe coopératif normand Maîtres laitiers du Cotentin (MLC) démarre un partenariat avec C'est qui le patron…
L'effet sur la production de lait s’expliquerait, d’après des essais réalisés en station expérimentale, par l’augmentation de la matière sèche ingérée. © A. Conté
[Acides aminés] Boostez l’efficacité protéique de la ration des vaches laitières
La réduction du correcteur azoté de la ration est possible grâce à un meilleur équilibre en acides aminés. Elle permet un gain de…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière