Aller au contenu principal
Font Size

DÉSHERBAGE MAÏS
AFFLUX DE NOUVEAUX HERBICIDES SUR MAÏS

Trois substances actives de plus et de multiples formulations et compositions innovantes : l’année 2010 est un grand cru en termes de nouveautés herbicides.

L’arsenal des herbicides du
maïs s’enrichit en post et prélevée.
L’arsenal des herbicides du
maïs s’enrichit en post et prélevée.
© S. Roupnel

Mais que se passe-t-il sur maïs ? Une quinzaine de nouveaux herbicides arrivent sur cette culture, dont trois produits présentant des substances actives jamais utilisées en France jusqu’à présent: tembotrione, tritosulfuron et péthoxamide. C’est une flambée d’innovations après des années de disette, mais il n’y a pas de révolution pour autant car ces matières actives appartiennent à des familles herbicides déjà existantes, les tricétones, les sulfonylurées et les acétamides en l’occurrence.

« Le produit Auxo contenant la tembotrione présente un large spectre d’action sur les adventices, un peu supérieur aux autres tricétones du marché (Callisto, Mikado), mais c’est dû à la présence de bromoxynil dans sa composition, juge Valérie Bibard, spécialiste désherbage maïs chez Arvalis. On retrouve une efficacité meilleure sur les renouées (liseron, des oiseaux et persicaire) que les autres tricétones. Utilisable en postlevée, Auxo doit être utilisé avec un adjuvant, Actimum semblant le plus assorti parmi les cinq qui ont été testés avec ce produit. »

TROIS NOUVELLES SUBSTANCES ACTIVES

Autre produit de post-levée apportant une nouvelle matière active: Biathlon (tritosulfuron). « Ce produit est également conseillé avec adjuvant. Il est à classer au même titre qu’une autre sulfonylurée du maïs, le nicosulfuron, avec une efficacité anti-dicotylédones surtout. Les sulfonylurées apparaissent intéressantes sur maïs en apportant un complément d’efficacité sur des dicotylédones nouvelles comme les renouées, la mercuriale, la pensée, l’ambroisie, l’erodium… »

Troisième nouvelle substance active, la péthoxamide est commercialisée en France au travers du produit Successor 600. « Il présente un spectre d’action plutôt orienté sur les graminées adventices. Il peut être utilisé en prélevée mais également en post-levée précoce, présente Valérie Bibard. Dans ce dernier cas, le mélange avec une sulfonylurée par exemple sera intéressant. La sulfonylurée détruira les graminées levées, et la péthoxamide prendra le relais en maîtrisant les relevées de ces adventices. La persistance d’action de Successor 600 peut être de 30 jours dans de bonnes conditions d’humidité du sol. » Le produit est très sensible aux conditions sèches avec une activité qui décroît nettement dans ces conditions.

ARRIVÉE DE MULTIPLES GÉNÉRIQUES

Le maïs voit l’arrivée de multiples produits génériques, notamment toute une gamme de spécialités à base de nicosulfuron depuis que cette matière active est passée dans le domaine public. « À grammage à l’hectare identique de nicosulfuron, les efficacités des différents herbicides le contenant sont les mêmes sur les adventices sensibles. On note malgré tout un léger effet des nouvelles formulations par rapport au nicosulfuron originel (Milagro) sur la rapidité d’action », souligne Valérie Bibard.

Les nouveaux produits à base de prosulfuron (Peak et Casper) viennent à la rescousse de la disparition d’Éclat. « Peak sera utilisé avantageusement en complément des Callisto et Mikado tandis que nous conseillerons Casper pour viser en particulier les vivaces comme les liserons et le rumex », précise la spécialiste d’Arvalis. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière