Aller au contenu principal

DÉSHERBAGE MAÏS
AFFLUX DE NOUVEAUX HERBICIDES SUR MAÏS

Trois substances actives de plus et de multiples formulations et compositions innovantes : l’année 2010 est un grand cru en termes de nouveautés herbicides.

L’arsenal des herbicides du
maïs s’enrichit en post et prélevée.
L’arsenal des herbicides du
maïs s’enrichit en post et prélevée.
© S. Roupnel

Mais que se passe-t-il sur maïs ? Une quinzaine de nouveaux herbicides arrivent sur cette culture, dont trois produits présentant des substances actives jamais utilisées en France jusqu’à présent: tembotrione, tritosulfuron et péthoxamide. C’est une flambée d’innovations après des années de disette, mais il n’y a pas de révolution pour autant car ces matières actives appartiennent à des familles herbicides déjà existantes, les tricétones, les sulfonylurées et les acétamides en l’occurrence.

« Le produit Auxo contenant la tembotrione présente un large spectre d’action sur les adventices, un peu supérieur aux autres tricétones du marché (Callisto, Mikado), mais c’est dû à la présence de bromoxynil dans sa composition, juge Valérie Bibard, spécialiste désherbage maïs chez Arvalis. On retrouve une efficacité meilleure sur les renouées (liseron, des oiseaux et persicaire) que les autres tricétones. Utilisable en postlevée, Auxo doit être utilisé avec un adjuvant, Actimum semblant le plus assorti parmi les cinq qui ont été testés avec ce produit. »

TROIS NOUVELLES SUBSTANCES ACTIVES

Autre produit de post-levée apportant une nouvelle matière active: Biathlon (tritosulfuron). « Ce produit est également conseillé avec adjuvant. Il est à classer au même titre qu’une autre sulfonylurée du maïs, le nicosulfuron, avec une efficacité anti-dicotylédones surtout. Les sulfonylurées apparaissent intéressantes sur maïs en apportant un complément d’efficacité sur des dicotylédones nouvelles comme les renouées, la mercuriale, la pensée, l’ambroisie, l’erodium… »

Troisième nouvelle substance active, la péthoxamide est commercialisée en France au travers du produit Successor 600. « Il présente un spectre d’action plutôt orienté sur les graminées adventices. Il peut être utilisé en prélevée mais également en post-levée précoce, présente Valérie Bibard. Dans ce dernier cas, le mélange avec une sulfonylurée par exemple sera intéressant. La sulfonylurée détruira les graminées levées, et la péthoxamide prendra le relais en maîtrisant les relevées de ces adventices. La persistance d’action de Successor 600 peut être de 30 jours dans de bonnes conditions d’humidité du sol. » Le produit est très sensible aux conditions sèches avec une activité qui décroît nettement dans ces conditions.

ARRIVÉE DE MULTIPLES GÉNÉRIQUES

Le maïs voit l’arrivée de multiples produits génériques, notamment toute une gamme de spécialités à base de nicosulfuron depuis que cette matière active est passée dans le domaine public. « À grammage à l’hectare identique de nicosulfuron, les efficacités des différents herbicides le contenant sont les mêmes sur les adventices sensibles. On note malgré tout un léger effet des nouvelles formulations par rapport au nicosulfuron originel (Milagro) sur la rapidité d’action », souligne Valérie Bibard.

Les nouveaux produits à base de prosulfuron (Peak et Casper) viennent à la rescousse de la disparition d’Éclat. « Peak sera utilisé avantageusement en complément des Callisto et Mikado tandis que nous conseillerons Casper pour viser en particulier les vivaces comme les liserons et le rumex », précise la spécialiste d’Arvalis. ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Dans le Cantal, une récolte de seigle forestier dans une vieille prairies de dactyle. © V. Vigier
Dans le Cantal, 1 400 hectares de méteil semé dans des prairies vivantes
Le sursemis de méteil permet de régénérer des prairies dégradées sans les retourner. Retour d'expérience.
Avec 103 animaux pour deux stalles, le robot n’est pas saturé. La fréquentation du groupe des primipares est très bonne. © P. Arzul
[Premières lactations] Comment expliquer la sous-production dans cet élevage ?
Dans cet élevage robotisé, le travail sur les génisses paraît optimisé et pourtant il manque 4 kg de lait sur les premières…
« Nous sommes sur des années de mutations avec une prise de risques économiques, admettent Nicolas, Olivier et Vincent (de gauche à droite). Mais le choix d'être bien dans notre métier de paysan en innovant nous fait accepter d'avoir moins de prélèvements sur ces deux années. »  © Gaec La Niro
« En bio, nous faisons le pari de vivre à trois avec 80 hectares, 50 vaches et 3 hectares de légumes »
En Vendée, le Gaec La Niro vient d'installer un troisième associé, et d'investir dans un séchoir en grange thermosolaire. Son…
Aurélien Perret. « Dès que l’on a une fenêtre météo, on sait que le matériel est prêt sous le hangar et qu’on peut démarrer ! » © M. Coquard
« Nous avons notre propre ensileuse d’occasion »
Le Gaec de la Buissonnière, dans le Rhône, récolte l’herbe avec une ensileuse d’occasion achetée en copropriété. Cette solution a…
Les 35 éleveurs du collectif invitent les consommateurs à emprunter les ribines (petits chemins en gaélique) pour renouer le contact avec les agriculteurs.   © S. Duparc
En Ille-et-Vilaine, 35 éleveurs laitiers se lancent dans la création d'une fruitière
Pour mutualiser les contraintes que sont les investissements et le travail supplémentaire liés à la transformation du lait, 35…
 © V. Bargain
300 000 € investis dans un séchoir en grange thermovoltaïque
En Vendée, le séchoir thermovoltaïque du Gaec La Niro permet de sécher du foin, avec un rendement supérieur aux séchoirs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière