Aller au contenu principal

Lait : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière lait dédiée aux agriculteurs, éleveurs de vaches laitières.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

« Adoptez les nouvelles armes digitales »

Face aux attaques des antiviande et des antilait, les acteurs de l’élevage doivent aller à la rencontre des communautés sur le web, affirme Caroline Faillet, spécialiste internet.

Ne laissez pas quelques dogmatiques faire disparaître la viande et le lait parce qu’ils auraient pour seul atout de mieux maîtriser la guerre digitale. » Face aux acteurs des filières ruminants réunis lors de la convention Idele 2025 le 20 décembre dernier, la netnologue Caroline Faillet n’a pas mâché ses mots. Vous avez perdu la guerre du web 1.0, tirez-en les leçons. Soyez plus présents sur les réseaux sociaux, pendant la diffusion d’émissions anti-élevage par exemple : répondez en direct sur twitter à une fausse information. Utilisez le web dans une approche de dialogue avec la société civile. Bref, appropriez-vous ces nouvelles armes digitales comme le font les antiviande et antilait".

Dialoguer avec la société sur les réseaux sociaux

Le digital est un nouveau champ de bataille sur lequel le citoyen-consommateur a pris une forme de pouvoir en quinze ans, explique cette spécialiste du net. Un pouvoir qui s’est affirmé au fil de trois révolutions numériques. D’abord sur le web 1.0, celui des moteurs de recherche, qui a donné aux citoyens le pouvoir de s’informer. « Les premiers à s’en être emparés, ce sont les 'antitout' (antiviande amis aussi antivaccin, antilaine de roche…). Ils ont diffusé leur thèse dans l’opinion en maîtrisant les techniques de référencement sur google et d’infiltration de Wikipédia… C’est le début de la désinformation. » Puis, avec le Web 2.0 celui des réseaux sociaux, les associations ont bien compris sa capacité à mobiliser les foules, comment susciter l’envie de partage en proposant des informations non vérifiables avec une dimension émotionnelle (par exemple une video montrant un veau appelant sa mère). « Sous la pression de l’opinion qui s’érige en tribunal populaire guidé par l’émotion, elles vont jusqu’à obliger les politiques à prendre position, en mettant des caméras dans les abattoirs par exemple ».

Aujourd’hui, on vit la troisième révolution numérique avec le web 3.0. C’est celui des données (data), de l’émergence de services inédits qui apportent une aide à l’organisation, à la décision, à la mise en relation. Il donne au citoyen le pouvoir d’être un prescripteur, un loueur de biens (uber), un financeur (crowdfounding)… « Les associations ont trouvé de nouvelles armes de mobilisation de l’opinion comme change.org, un outil de pétitions qui a permis de collecter 277 000 pétitions contre l’abattoir d’Alès. Ou comme le « sauvetage » de Moka et Fauvette, deux petits veaux achetés grâce au financement participatif. »

Ne pas reproduire avec le net les « armes d’avant »

Le problème du monde agricole, analyse Caroline Faillet, c’est que « ses organisations n’ont pas vraiment bien compris le mode d’emploi de ces technologies digitales ». Elles les utilisent pour se défendre mais en reproduisant les « armes d’avant ». En faisant avec le web 1.0, « des sites vitrines qui ne sont que des plaquettes en papier glacé sur internet ». Avec le web 2.0, des pages facebook ou comptes twitter qui s’apparentent à des communiqués de presse : « les organisations prêchent la bonne parole mais ne sont pas allées à la rencontre des communautés pour répondre". Alors avec le web3.0, "ce serait bien de ne pas voir dans les data qu’un moyen de cibler mieux les publicités dans une approche descendante, conclut-elle. Cette guerre digitale nécessite une approche de dialogue, de coopération avec la société civile. Le lait et la viande ont besoin de vérité. Ils ont besoin de renouer une relation de confiance avec les consommateurs, et aussi de redonner confiance aux éleveurs en les fédérant en communautés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Vignette
« Nos aménagements améliorent les conditions du pâturage hivernal »

« En 2018, nos 145 vaches laitières, Prim'Holstein et croisées, ont pâturé 330 jours : un record,…

Stefan Nether, INTL-FCStone. " Le marché à terme est un outil pour fixer sa marge. "  © A. Conté
Marché à terme : la balle est dans le camp des industriels
La société de courtage INTL-FCStone a organisé à Paris une conférence pour mettre en avant l'intérêt du marché à terme des…
Les maïs ensilages 2019 affichent 0,92 UFL/kg MS, 29,7 % d’amidon et 52 % de dDNF en moyenne.  © E. Bignon
La qualité des maïs ensilages est au rendez-vous
Malgré les aléas climatiques, les maïs affichent des valeurs moyennes correctes(1). Le cru 2019 est plus riche en…
Montbéliarde : L’élevage Morel conserve son titre !

L’élevage Baptiste Morel dans le Doubs a conservé sa première place au palmarès des meilleurs…

Pas si facile de mettre en place une procédure de désinfection !
Alors que tout semble fait dans les règles, on se heurte parfois à un échec. Analyse du cas d’un élevage de 150 vaches pourtant…
Le poids de l’index de synthèse Repro dans l'ISU est passé de 22 % à 25 %. © F. Mechekour
Un nouvel ISU en race Prim’Holstein

L’OS Prim’Holstein a fait évoluer la formule de l’ISU. La nouvelle mouture de l'ISU sera appliquée lors de l’indexation…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière