Aller au contenu principal

Ensilage de maïs
Adapter la finesse de hachage au matériel de distribution

Les mélangeuses à pales modifient peu la taille des particules, contrairement aux mélangeuses à vis horizontales, aux recycleuses. selon des essais menés en Vendée.


Les préconisations en terme de finesse de hachage du maïs datant d´une quinzaine d´années « sont toujours d´actualité », a souligné Gildas Cabon, d´Arvalis, lors d´une journée technique organisée le 15 juin par le Contrôle laitier et la FDCuma de Vendée. « Par contre, le maïs, les vaches et le matériel de distribution ont évolué. »
Le hachage fin, caractérisé par environ 10 % de particules moyennes sur un tamis à mailles de 1 cm, favorise la bonne conservation, l´ingestion de l´ensilage par les vaches et sa bonne valorisation. Le risque acidose doit s´évaluer à l´échelle de la ration avant d´incriminer la trop grande finesse de hachage. Le chargement de l´ensilage et sa distribution ont une influence sur la finesse des particules à l´auge.

La taille des particules mesurée par tamisage
Pour aider les éleveurs à définir une finesse de hachage optimum au moment de la récolte en fonction de leur matériel de distribution, la FDCuma et le contrôle laitier de Vendée ont testé l´influence de neuf types de mélangeuses. La taille des particules a été mesurée par tamisage avant et après différentes durées d´utilisation des mélangeuses. Les essais n´ont porté que sur du maïs seul (sans mélange avec d´autres fourrages). « Après 2 minutes et 30 secondes de mélange, la proportion de particules moyennes (entre 1 et 2 cm) est restée stable (23 %) avec la mélangeuse à pales alors qu´elle a commencé à baisser avec tous les autres matériels », a commenté Michel Seznec, animateur à la FDCuma 85. Au bout de 4 à 5 minutes de mélange, la proportion de particules moyennes n´a quasiment pas été altérée. Par contre, « avec une recycleuse, un chargement avec fraise ou les mélangeuses à vis horizontales, la proportion de particules moyenne a baissé d´environ 25 % ». Les mélangeuses à pales-balles entières ou à une ou deux vis horizontales et à bol (une ou deux vis) ont donné des résultats intermédiaires avec une baisse de 10 à 15 %.

Ces résultats sont intéressants mais doivent être interprétés avec prudence notamment parce qu´ils n´ont été obtenus qu´avec deux mesures par machine. Ils ne permettent donc pas de conclure de façon catégorique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Christophe Vermet. « Nous inséminons des vaches dès 45-60 jours avec un niveau de production laitière de 50 kg. » © F. Mechekour
« Nous misons sur des inséminations précoces après vêlage »
Le Gaec des Onze Ecluses, en Ille-et-Vilaine, produit 815 000 l de lait avec un robot. Pour y parvenir, les associés font en…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière