Aller au contenu principal
Font Size

Ensilages maïs 2004
Adapter la complémentation à la richesse en amidon

Le cru de maïs ensilage 2004 est de qualité satisfaisante. Pour la complémentation, il faudra veiller à couvrir les besoins en azote soluble et limiter les apports en céréales.


« Le millésime maïs fourrage 2004 est de bonne qualité », estiment bon nombre de techniciens. Sans atteindre des records, les rendements sont semble-t-il très corrects sur l´Hexagone.
Dans les Côtes d´Armor, le Contrôle laitier signale « de bons rendements avec un rapport épis sur plantes dans la moyenne. » Dans différentes régions, comme en Lorraine et dans le Massif Central, les niveaux de rendements obtenus permettent de renflouer les stocks, mis à mal avec la sécheresse de 2003.
Dans les différentes régions, la majorité des ensilages ont été réalisés entre 30 et 35 % MS, soit le taux de matière sèche recommandé. Un bémol toutefois pour les ensilages récoltés tôt dans la saison. Ces derniers présentent des taux de matière sèche inférieurs, plus proches de 26-27 % MS. « Moins secs, les ensilages risquent d´être moins bien ingérés par les animaux », estime Benoît Portier de l´EDE du Finistère indiquant des taux de matière sèche en retrait (30 % MS en moyenne).
Des économies sur le concentré seront certainement possibles cette année. ©F. Mechekour

En termes de qualité, les maïs 2004 semblent assez riches en amidon, avec des taux souvent supérieurs à 30 %. « Inutile donc de forcer sur la complémentation en céréales, soulignent les techniciens. Il ne sera pas forcément nécessaire d´enrichir la ration avec du blé, car en augmentant la part de glucides fermentescibles, les risques d´acidoses guettent. » « Avec des ensilages riches en amidon et pauvres en cellulose, un apport de fibres sera indispensable pour faire ruminer les vaches », prévient encore Alain Bourges, du Contrôle laitier d´Ille-et-Vilaine.
La digestibilité apparaît globalement bonne et explique les valeurs énergétiques élevées. Des niveaux de concentration énergétique voisins de 0,91 UFL se retrouvent dans de nombreux départements. Ces valeurs atteignent même 0,92 à 0,93 UFL/kg MS en moyenne dans les Pays de la Loire.
Pour l´azote, les premières analyses annoncent des valeurs en baisse, avec une MAT de 7,1 % MS au niveau national. Des économies sur le concentré seront certainement possibles cette année, mais il faudra veiller à bien complémenter en azote soluble pour équilibrer les rations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le projet prévoit la construction sur le site de Houlbec-Cocherel d’une nouvelle stabulation en logettes pour 234 vaches laitières, en complément de celle existante pour 400 vaches.© DR
Un projet de 634 vaches dans l’Eure suspendu à la décision du Préfet
Pourra-t-il se faire ou pas ? Le projet d’une ferme de 634 vaches fait du bruit en Normandie. Le Préfet réclame quatre nouvelles…
 © D. Briand
Une astuce pour remplir les boudins de lestage
Dans l’Orne, Yoan Gallot, fils d’agricultrice, a créé une astuce pour faciliter le remplissage des boudins de lestage qui…
Vincent Battut. « Nous sommes passés récemment de 80 à 130 hectares. Donc, nous prévoyons d’augmenter le cheptel jusqu’à 110 vaches pour produire près d’un million de litres. » © Gaec Battut
« Je cherche à valoriser au mieux les effluents »
Vincent Battut, en Gaec avec sa mère dans le Puy-de-Dôme, élève 90 vaches sur 130 ha de prairie naturelle et produit 700 000…
Quentin Velut avec Galaxie élue « Vache de l’année 2019 ». Âgée de 8 ans, elle a produit plus de 82 000 kg de lait en six lactations (44,1 de TB, 34,1 de TP) et sans cellules (46 000) et vient de revêler. © E. Bignon
Quentin Velut sait faire vieillir ses vaches
L’EARL du Petit Ramard, dans le Rhône, s’est fait remarquer en décrochant le prix du meilleur éleveur Prim’Holstein et de la…
Covid-19 : 48 millions de litres de lait non produits en avril
Près de 40% des élevages laitiers ont réduit leur production en avril. Tous bénéficieront de l’aide de 320 €/1000 l prévu par le…
Rozenn et Gilles Héluard. « Nous essayons de valoriser au maximum les effluents pour limiter les achats d’engrais minéraux. » © Gaec Héluard
Au Gaec Héluard, les effluents couvrent la moitié des besoins en azote
Dans le Morbihan, Rozenn et Gilles Héluard valorisent au mieux les engrais organiques pour réduire la facture des engrais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière