Aller au contenu principal

Ensilages maïs 2004
Adapter la complémentation à la richesse en amidon

Le cru de maïs ensilage 2004 est de qualité satisfaisante. Pour la complémentation, il faudra veiller à couvrir les besoins en azote soluble et limiter les apports en céréales.


« Le millésime maïs fourrage 2004 est de bonne qualité », estiment bon nombre de techniciens. Sans atteindre des records, les rendements sont semble-t-il très corrects sur l´Hexagone.
Dans les Côtes d´Armor, le Contrôle laitier signale « de bons rendements avec un rapport épis sur plantes dans la moyenne. » Dans différentes régions, comme en Lorraine et dans le Massif Central, les niveaux de rendements obtenus permettent de renflouer les stocks, mis à mal avec la sécheresse de 2003.
Dans les différentes régions, la majorité des ensilages ont été réalisés entre 30 et 35 % MS, soit le taux de matière sèche recommandé. Un bémol toutefois pour les ensilages récoltés tôt dans la saison. Ces derniers présentent des taux de matière sèche inférieurs, plus proches de 26-27 % MS. « Moins secs, les ensilages risquent d´être moins bien ingérés par les animaux », estime Benoît Portier de l´EDE du Finistère indiquant des taux de matière sèche en retrait (30 % MS en moyenne).
Des économies sur le concentré seront certainement possibles cette année. ©F. Mechekour

En termes de qualité, les maïs 2004 semblent assez riches en amidon, avec des taux souvent supérieurs à 30 %. « Inutile donc de forcer sur la complémentation en céréales, soulignent les techniciens. Il ne sera pas forcément nécessaire d´enrichir la ration avec du blé, car en augmentant la part de glucides fermentescibles, les risques d´acidoses guettent. » « Avec des ensilages riches en amidon et pauvres en cellulose, un apport de fibres sera indispensable pour faire ruminer les vaches », prévient encore Alain Bourges, du Contrôle laitier d´Ille-et-Vilaine.
La digestibilité apparaît globalement bonne et explique les valeurs énergétiques élevées. Des niveaux de concentration énergétique voisins de 0,91 UFL se retrouvent dans de nombreux départements. Ces valeurs atteignent même 0,92 à 0,93 UFL/kg MS en moyenne dans les Pays de la Loire.
Pour l´azote, les premières analyses annoncent des valeurs en baisse, avec une MAT de 7,1 % MS au niveau national. Des économies sur le concentré seront certainement possibles cette année, mais il faudra veiller à bien complémenter en azote soluble pour équilibrer les rations.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Amédée Perrein, gérant de la société Silphie France. « La silphie améliore l’autonomie en protéines. Elle peut être distribuée à des vaches laitières à hauteur de 30 %. » © Silphie France
La silphie, une pérenne remise au goût du jour
Avec plus de 3 000 hectares implantés en France 2021, la surface en silphie a été multipliée par trois par rapport à 2020. Après…
Le kernza est loin d'avoir livré tous ses secrets.  © O. Duchene
Le kernza, une graminée pérenne
Encore très peu connu, le kernza est une plante multiusage : fourrage, grain, agronomique, voire énergétique.
Le moha est plutôt destiné à la fauche. Ici, une variété tardive, pour optimiser la valeur alimentaire.  © Cérience
Le moha, pour produire en peu de temps
Plus utilisé que le millet perlé, le moha est réputé monocoupe. Il est pourtant capable de repousser et d'offrir une deuxième…
Laurent Bernadieu, éleveur. Au fond, la stabulation des vaches et le poulailler en prolongement. © B. Griffoul
Laurent Bernadieu dans les Landes : « Je ne me voyais pas faire autre chose que du lait »
Un subtil équilibre entre plusieurs activités, dont un atelier laitier d’une cinquantaine de vaches bien géré. Telle est la…
En bonnes conditions, avec un semis fin mai, le teff grass peut être exploité de début juillet à octobre. © Emergence
Le teff grass doit encore être apprivoisé
De bonne valeur alimentaire, multicoupe et aimant la chaleur : le teff grass est prometteur. Mais l'implantation est très…
L’augmentation de la densité énergétique de la ration est efficace, d'autant que les concentrés produisent moins de chaleur ruminale que les fourrages.  © F. Mechekour
[Stress thermique] Quelles solutions pour limiter son impact sur le bilan énergétique des vaches ?
Une vache en situation de stress thermique diminue son ingestion. Certains leviers alimentaires permettent de limiter son impact…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière