Aller au contenu principal

Abattage de bouquetins en Haute-Savoie

Dans le massif du Bargy, 37 % 
des bouquetins testés se sont avérés positifs.
Dans le massif du Bargy, 37 %
des bouquetins testés se sont avérés positifs.
© A. Conté

Début octobre, près de 200 bouquetins âgés de 5 ans et plus ont été abattus dans le massif du Bargy par les agents de l’ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage). Cette mesure exceptionnelle fait suite à la découverte d’un foyer de brucellose au sein de la faune sauvage de ce massif en 2013. C’est un cas de brucellose en 2012 chez un enfant de cette région qui a conduit au repérage de ce réservoir sauvage de la maladie. Ce cas humain avait été relié à un cheptel bovin infecté où le lait cru était transformé en fromage. 12 000 animaux testés de retour d’estive en 2012 s’étaient avérés tous négatifs : seul cet élevage était atteint.


La souche incriminée était la même que celle du dernier foyer détecté en Haute-Savoie, qui datait de 1999. Cela laissait suspecter qu’un foyer au sein de la faune sauvage avait permis le « relais silencieux » de la brucellose pendant treize ans, a expliqué Jean Hars, inspecteur en chef de la santé publique vétérinaire à l’ONCFS, intervenu lors des rencontres GTV Rhône-Alpes-VetagroSup.
Un programme de surveillance du grand gibier a donc été lancé.
Sur les 71 bouquetins capturés dans le massif, 37 % étaient positifs. Seuls 15 % des animaux de moins de 5 ans étaient positifs, contre 55 % des individus de plus de 5 ans et même 73 % pour les femelles de plus de 5 ans(1). En revanche sur 55 chamois, 30 cerfs et 44 chevreuils, seul un chamois testé s’était avéré brucellique.


Les bouquetins de 5 ans et plus étaient les plus touchés


Devant les risques de contamination des troupeaux d’élevage et de santé publique (la brucellose est transmissible à l’homme), l’abattage de tous les bouquetins de plus de 5 ans, une espèce protégée, a donc été décidé par le préfet par un arrêté du 1er octobre dernier.
De nouvelles captures seront effectuées au printemps afin d’évaluer la prévalence de la maladie dans la population restante.


(1) Avis de l’Anses du 22 juillet 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Un salarié a été embauché pour la traite du soir, cinq jours par semaine et un dimanche sur trois. © R. Marqué
Au Gaec Dyna'Milk en Ille-et-Vilaine : « Nous avons vendu le robot et réinvesti dans une salle de traite pour nos 125 vaches »
À l’occasion de son agrandissement, le Gaec Dyna’Milk a fait machine arrière sur la stratégie de traite. Les associés ont préféré…
Classement des groupes laitiers dans le monde, par chiffre d'affaires
Le top 20 des laiteries dans le monde en 2020
Les deux transformateurs laitiers leader en Chine poursuivent leur progression dans le classement Top 20 de la Rabobank pour…
"Le génotypage nous permet d'élever moins de génisses"
En ciblant le renouvellement sur les meilleures génisses et vaches, le Gaec Cadro atteint aujourd'hui 125 points d'ISU contre 101…
La forme des paddocks est modulable
Au lieu d’opter de façon cartésienne pour des paddocks rectangulaires, pourquoi ne pas adapter la forme des parcelles pour lever…
Le Gaec a choisi le tapis du constructeur Geoffroy (Nièvre) car il proposait une auge en acier galvanisée alors que, pour les concurrents, il fallait la construire. Elle est posée sur une dalle en béton. © CA 15
Dans le Cantal : un tapis d’alimentation pour gagner de la place dans la stabulation
Dans ce bâtiment rénové, le remplacement d’une table d’alimentation par un tapis d’affourragement a permis de doubler le nombre…
« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Portail réussir
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière