Aller au contenu principal
Font Size

6,4 milliards d’euros investis depuis 2012 par les entreprises européennes

Les leaders mondiaux renforcent leur présence dans les principaux pays importateurs, et y investissent fortement, seuls ou en partenariat avec des acteurs locaux.

Le chiffre d’affaires cumulé des dix principaux groupes laitiers mondiaux a augmenté de 145% entre 1996 et 2013.
Le chiffre d’affaires cumulé des dix principaux groupes laitiers mondiaux a augmenté de 145% entre 1996 et 2013.
© Thomas Haley/Danone

La partie émergée des investissements européen est colossale. 143 entreprises ont investi dans 250 projets pour 6,4 milliards d’euros entre 2012 et 2014. 50% de ces investissements ont été consacrés à des outils pour la fabrication d’ingrédients secs, 18% pour les fromages, 9% pour le lait et les boissons lactées, 6% pour les yaourts et desserts lactés, et 2% pour le beurre. Pour les acteurs français, ces investissements ont représenté 1 milliard d’euros entre 2012 et 2014, dans 44 départements.

Parmi les opérateurs européens, sept ont un CA supérieur à 4 milliards d’euros : DMK, Danone, Savencia, Lactalis, Sodiaal, Arla, FrieslandCampina. Les grands leader du vieux continent se sont plutôt fortement développés depuis la fin des années 2000, avec des outils qui se massifient et des sites dotés de capacité de traitement de plus d’un milliard de litres par an. Les investisseurs asiatiques sont aussi présents en Europe : Synutra avec Sodiaal, Biostime avec Isigny Sainte Mère, le chinois Beingmate avec l’irlandais Kerry, le japonais Morinaga avec l’allemand Milei...

Cinq groupes français parmi les vingt-sept leaders mondiaux

Le chiffre d’affaires cumulé des dix principaux groupes laitiers mondiaux a augmenté de 145% entre 1996 et 2013, à 103 milliards d’euros. « Cette croissance est avant tout une expansion en termes de volume, car l’augmentation du prix des produits laitiers a été modérée depuis 1996, explique Benoit Rouyer, économiste au Cniel, lors de la journée de marchés mondiaux du lait organisée par l'Institut de l'élevage début juin. Vingt-sept groupes ont un chiffre d’affaires supérieur à 3 milliards de dollars, dont la moitié sont européens et cinq français (Lactalis, Danone, Sodiaal, Bongrain, Bel). « Malgré une forte restructuration depuis vingt ans, la marché mondial des produits laitiers reste fragmenté. Ainsi, Lactalis, le leader mondial, n’a que 4% des parts de marché. Le degré de concentration est moindre que dans d’autres secteurs. La plupart des entreprises ont une activité de transformation peu internationalisée », expose Benoit Rouyer.

Des investissements massifs sont effectués dans les pays émergents par les leaders occidentaux : Lactalis et Danone en Inde; Arla, Danone, FrieslandCampina et Fonterra en Chine ; Mead Johnson à Singapour... Mais ces investissements ne concernent pas que les zones les plus compétitives : « On note là une volonté de proximité avec les marchés ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
La laiterie des Montagnes d’Auzances a créé la beurrerie dans des locaux existants pour fabriquer des petits volumes à forte valeur ajoutée. © LMA
Dans la Creuse : Le beurre de baratte pour sortir du marasme du lait UHT
La laiterie des Montagnes d’Auzances a lancé une fabrication de beure de baratte en partenariat avec Montlait pour pérenniser une…
Maïs fourrage: c'est le grain qui dicte le stade de récolte, pas les feuilles !
Récolter au bon stade le maïs fourrage est essentiel : il en va de la qualité et de la conservation  de l'ensilage. Ne vous…
Frédéric Lenglet avec Indienne, une croisée montbéliarde x rouge suédoise x prim’holstein x jersiaise. « Les 110 hectares accessibles depuis le siège d’exploitation ont permis d’accueillir 200 vaches tout en gardant un système très pâturant. » © A. Conté
« Sécuriser le système fourrager pour produire 1 million de litres de lait bio »
Dans la Sarthe, Frédéric Lenglet est en passe de produire 1 million de litres de lait bio avec des vaches à 5 000 litres. Ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière