Aller au contenu principal
Font Size

443 producteurs belges lâchés puis courtisés

FrieslandCampina collecte davantage de lait qu’elle ne peut transformer en Belgique et a donc décidé d’arrêter au 1er juillet 2016 la collecte de 443 de ses 912 livreurs belges. Pour assurer la continuité de la collecte de ces producteurs, elle a conclu un accord avec Milcolbel. Dès le 1er février, ils pourront être collectés par la coopérative belge. "Grâce à des investissements récents, Milcobel a les moyens de traiter de plus grandes quantités de lait", expliquent les coopératives dans un communiqué commun. Les producteurs qui font ce choix recevront une « intervention financière » de la part de FrieslandCampina de 30 euros/1 000 l sur les volumes livrés en 2015. Pour ceux qui décident de rejoindre Milcobel après le 1er février ou qui optent pour un autre acheteur, l’indemnité ne sera que de 5 euros/1 000 l.

Les transformateurs belges ont besoin de lait pour saturer leurs outils

La deuxième coopérative belge, la Laiterie des Ardennes (LDA), actionnaire majoritaire de Solarec, souhaite reprendre une partie de ces producteurs, notamment pour saturer son outil de transformation. « Aujourd’hui, nous collectons 700 millions de litres de lait, pour une capacité de transformation de 1 milliard. Nous avons plusieurs partenaires qui nous fournissent 130 millions de litres. Mais nous sommes régulièrement obligés d’acheter du lait en France ou en Allemagne pour faire tourner nos outils à 100 % », précise Olivier Clerx, responsable logistique du site du Hainaut de LDA.

« Nous avons réussi pour le moment à attirer un certain nombre de producteurs des Flandres, pour environ 20 millions de litres », avance-t-il. Pour convaincre les producteurs, la laiterie des Ardennes a des arguments de poids. « LDA rémunère actuellement ses producteurs à un prix de base de 260 euros/1 000 l, soit 30 euros/1 000 l de plus que Milcobel. En moyenne depuis 2012, le prix de LDA est de 306 euros/1 000 l, tandis que Milcobel rémunère à 297 euros/1 000 l. » Par ailleurs, l’acquisition du capital social pour les adhérents de LDA ne coûte au rien aux producteurs. C’est la coopérative qui verse 5 euros/1000 litres sur 10 ans pour atteindre 10 % de la référence en capital social.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Litière malaxée compostée aux Pays-Bas
Premier bilan des litieres malaxées compostées pour vaches laitières
Substituer la paille par un matériau qui peut être malaxé sur les aires de couchage est une alternative dans les régions manquant…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière