Aller au contenu principal
Font Size

BILAN PROVISOIRE DES ACAL
2 408 demandes de cessation d’activité laitière

2 408 producteurs ont déposé une demande d'Acal, pour un litrage moyen de 162 000 litres. Il est en progression de 16 % par rapport à l’année dernière.

Malgré la crise, le nombre de producteurs souhaitant arrêter totalement ou partiellement leur activité laitière ne connaît pas de progression fulgurante par rapport aux précédentes campagnes. Le dernier bilan provisoire des Acal (aides à la cessation d’activité laitière) dressé par FranceAgriMer fait état de 2408 demandes (contre 2146 la campagne précédente), pour un litrage d’environ 390 149 tonnes.

En revanche, le litrage moyen des demandeurs continue à progresser (162 000 litres cette campagne contre 140 000 litres la campagne précédente). Par ailleurs, le quota libérable reste dans la moyenne des trois dernières campagnes. Rappelons que les quotas repris contre indemnité par l’État sont redistribués gratuitement via les CDOA aux producteurs prioritaires. Par ailleurs, le quota peut aussi faire l’objet d’une reprise via le dispositif des TSST (rachat de quotas sans terre).

DES ÉCARTS RÉGIONAUX

Certaines régions enregistrent un nombre de demandeurs plus important que la normale : ce sont sans grande surprise les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes qui se trouvent dans ce peloton de tête des plus grands utilisateurs des Acal.

D’autres régions résistent beaucoup mieux : ce sont la Basse- Normandie, la Bretagne, Les Pays de la Loire ainsi que la Franche-Comté. L’enveloppe disponible est constituée d’environ 16 millions d’euros pour cette campagne ; elle représente les sommes versées par les producteurs en dépassement de leur quota lors de la précédente campagne.

Le coût moyen des quotas étant d’environ 11 centimes d’euro du litre (du fait du barème dégressif de l’indemnité versée pour les quotas repris), il est clair que le besoin de financement est près de trois fois supérieur au niveau de l’enveloppe. Les producteurs souhaitant rentrer dans le dispositif de TSST (rachat de quotas sans terre) aurontils les moyens de financer ce différentiel cette campagne ? On ne le sait pas encore… ■

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Lait.

Les plus lus

Les systèmes avec litière malaxée compostée réclament des bâtiments très ouverts.  © C. Pruilh
« En litière malaxée, la clé est un couchage sec pour les vaches »
L'EARL Dijs dans le Calvados et le Gaec de Goirbal dans le Morbihan ont opté pour des plaquettes de bois, avec un objectif de 15…
Le Gaec compte 4 associés, 6 salariés, dont 2 mi-temps, et un apprenti. L’atelier lait emploie 3,5 UTH, la transformation 2,5 UTH et la vente 1,5 UTH.  © V. Bargain
[ Lait bio ] Le Gaec de Rublé veut être autonome à tous les niveaux
Au Gaec de Rublé, en Loire-Atlantique, l’autonomie pour la production, la commercialisation et désormais l’énergie est un point…
Angeline, Thierry et Emmanuel Ciapa. Les trois associés emploient un apprenti et un salarié cinq mois par an. © Ciapa
Être éleveur dans un désert laitier
Être isolé dans une région de grandes cultures pose de nombreuses difficultés : suivis technique et vétérinaire…
Sorgho fourrager sursemé dans une prairie permanente après un travail superficiel du sol au covercrop. Par son effet sur la plisse de la prairie, il permet une meilleure implantation du sursemis prairial réalisé ensuite  à l'automne.  © S. Guibert
Du sorgho sursemé et pâturé pour le creux d’été
Comment rendre les prairies productives pendant les quatre mois d'été? Frédéric Lenglet, dans la Sarthe, a sursemé en juin 2019…
Benjamin Boileau, avec sa fille Lily. Cent hectares autour de la ferme sont pâturables. © V. Bargain
Cinq races pour des croisements trois voies
Le Gaec de Rublé en Loire Atlantique a réalisé un gros travail sur la génétique pour l’adaptation du troupeau au…
Un matériel d’épandage doit être capable « d’approcher la dose moyenne préconisée à tout moment du chantier d’épandage, explique l’Institut de l’élevage. Cet objectif est difficilement accessible. » © CA Bretagne
Le DPA, un réel progrès pour l'épandage du fumier
La maîtrise du dosage du fumier épandu reste perfectible. Le DPA, qui tend à se développer, apporte un réel gain de précision.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Réussir lait
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière Réussir lait
Consultez les revues Réussir lait au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière laitière