Aller au contenu principal

Marché des céréales
Offre limitée en céréales bio, une menace pour la dynamique de la demande ?

Avec la croissance de la consommation en produits bio se pose la question de l’offre. En céréales bio, ça tient… pour le moment, mais le marché se tend.

© Thierry Michel-La Dépêche-Le Petit Meunier

Si l’alimentation bio, et donc l’agriculture bio, a le vent en poupe depuis quelques années, des événements récents ont donné un coup de projecteur supplémentaire sur ce secteur. Il s’agit notamment de la crise sanitaire liée au coronavirus et la période de confinement/déconfinement qui y est associée. À cette occasion, il semble que le consommateur a redéfini certaines valeurs liées à l’alimentation et aux modes de consommation : le bio fait partie de cette évolution, associé aux notions de goût, de proximité/local ou encore d’amélioration de la qualité sanitaire.

Le coronavirus s’est traduit par une ruée sur certains aliments, dont la farine, le riz ou encore les pâtes. Et la version bio de ces produits a suivi le mouvement. Ceci est aujourd’hui avéré, au moins pour la période du confinement, les chiffres de l’Agence bio mais aussi ceux des différents cabinets d’études sur la consommation alimentaire en attestant. Naturellement, le déconfinement a tempéré cet effet d’aubaine mais les opérateurs producteurs, fabricants ou encore distributeurs constatent quasiment tous que le bio demeure à un haut niveau de dynamisme par rapport à l’avant crise. D’effet d’aubaine, on passe à une vraie tendance. Reste encore à la mesurer et à observer sa durée pour savoir si la tendance devient une habitude alimentaire structurelle.

Du point de vue de la production, de l’approvisionnement et donc de l’offre en matières premières céréalières bio, difficile de tirer des conclusions définitives à ce jour, d’autant que les regards sont aujourd’hui plus tournés vers les difficultés liées à la récolte 2020 que vers une stratégie à plus long terme.

Collecte, consommation et importations

La section bio de La Coopération agricole (75 % de la collecte nationale en blé tendre bio) indique qu’elle est en train de mener son enquête Moisson en ce moment et que les résultats seront connus à partir du 8 octobre. « Il n’y a donc pas de tendance pour le moment. Ce qui est certain, c’est que le volume de collecte bio ne suivra pas le conventionnel, car même si les rendements sont décevants, les surfaces se sont encore beaucoup développées ces deux dernières années », précise La Coopération agricole. On risque surtout d’enregistrer une très grande hétérogénéité entre différentes régions productrices.

Différentes structures de production interrogées avancent une collecte qui pourrait atteindre 190 000 à 200 000 t de blé certifié AB ou encore d’une baisse d’un quart en volume par rapport à l’an passé (en 2019, 190 000 t ont été produites en certifié AB et 60 000 t qualifiées C2). Sur la campagne 2018/2019, la meunerie bio avait utilisé 164 681 t de blé tendre et les Fab bio 63 535 t, selon le dernier rapport 2020 de l’Observatoire des prix et des marges de FranceAgriMer. Le marché risque donc d’être tendu.

Le même document fait état de 26 381 t de blé tendre bio importées en 2018/2019. Différents meuniers contactés estiment que la France pourrait importer entre 60 000 et 70 000 t pour la campagne actuelle. Ces volumes viendront majoritairement, a priori, d’Allemagne, d’Autriche ou encore d’Italie. Les origines Pays de l’Est et Russie font moins peur aujourd’hui qu’il y a trois ans, mais les opérateurs se posent des questions sur des blés qui pourraient venir d’Amérique du Sud.

Éviter les ruptures

Des solutions existent pour éviter des ruptures d’approvisionnement. L’une d’entre elles consiste à passer des contrats entre producteurs et collecteurs et/ou utilisateurs afin d’avoir une meilleure visibilité sur la demande et l’offre. Le travail en partenariat entre les différents acteurs de la chaîne est également fondamental sur le long terme pour faire correspondre volonté de production d’un produit fini et moyens à mettre en œuvre pour y parvenir. 

La plupart des meuniers ou pastiers qui travaillent le bio disent être couverts et ne pas s’inquiéter pour leur activité en propre et leurs marques. L’arbitrage se fait avec les blés bio utilisés pour la fabrication pour compte de tiers, notamment les MDD (sauf lorsque le cahier des charges le stipule comme pour le blé bio origine France utilisé par Alpina Savoie pour le compte de Carrefour). Autre élément à prendre en compte : éviter de basculer des volumes de blés meuniers, par exemple, vers la filière fabrication d’alimentation animale de façon trop précoce dans la campagne.

 

Lire la suite du dossier :

/ladepeche/pain-viennoiserie-gateau-une-croissance-soutenue-malgre-des-interrogations

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne