Aller au contenu principal

Nutrition animale : 1 550 recrutements prévus en 2018

© Lernestorod/ Pixabay

Les prévisions d’embauche en 2018 sont élevées avec plus de 1 550 postes ouverts (20 % en CDI, 23 % en CDD, 4 % en apprentissage et 53 % en intérim), signe habituel de reprise économique. Avec plus de 660 embauches en 2016, 71 % des entreprises de la nutrition animale ont recruté cette année-là contre seulement 44 % des entreprises de l’agroalimentaire dans son ensemble.

À noter la forte proportion de recrutements “non visibles”, via le bouche-à-oreille ou les chasseurs de têtes : seules 9 % des offres sont publiées… Si les entreprises embauchent une majorité d’ouvriers et d’employés (59 %), la nutrition animale se caractérise aussi par une part relativement élevée de techniciens et d’agents de maîtrise. Il y a dans le secteur de la place pour les jeunes (52 % de moins de 30 ans) mais aussi des plus vieux (6 % de plus de 50 ans), pour les hommes (63 %) et, de plus en plus, pour les femmes (37 %).

Souvent mal connu, le secteur propose pourtant des emplois pérennes avec une grande majorité d’embauche en CDI (57 %) assurant non seulement le remplacement des départs en retraite mais aussi la création nette d’emploi. Le contrat d’apprentissage monte en puissance, mais tous les potentiels ne sont pas encore remplis. Ainsi la formation BTS de l’Ensmic (École nationale supérieure de meunerie et des industries céréalières) n’a, cette année, que trois étudiants en alternance pour seize places ouvertes, comme le pointait Jérôme Lemoine, un des enseignants.

Des métiers sous tension

Mais 28 % des établissements ont rencontré des difficultés de recrutement, comme l’explique Caroline Cohen (directrice des études Emploi-Formation à Opcalim qui réalise chaque année une analyse spécifique du secteur), lors du symposium annuel de Tecaliman qui s’est tenu le 13 mars à Nantes, dans les métiers du transport, de la conduite de process, du magasinage et de la préparation de commandes. De son côté, Tecaliman a réalisé un sondage en ligne, non exhaustif, montre la réalité des tensions dans les métiers de la production et de la maintenance.

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Céréales : quels sont les principaux désaccords entre analystes privés et l'USDA au sujet des bilans mondiaux ?

Le rapport de l'USDA du 12 juin s'est avéré plutôt baissier pour les prix mondiaux du blé et du maïs.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne