Aller au contenu principal

Grande consommation/Covid-19
Les ventes perdues en hyper et super depuis le début de la crise sanitaire atteignent 2,5 Md€

Le secteur des bières a été particulièrement touché

Les pertes de ventes en bière depuis le début de la crise sanitaire sont importantes en hyper et supermarchés.
© NielsenIQ

NielsenIQ, spécialiste mondial en termes d'analyse du comportement des consommateurs, a publié, le 9 avril 2021, une estimation des ventes perdues pour un certain nombre de produits en France dans les réseaux super et hypermarchés depuis l’apparition du Coronavirus en mars 2020 et les mesures sanitaires prises pour le contenir. Le manque à gagner provient bien sûr « des quantités présentes dans les points de vente, insuffisantes pour répondre à la frénésie d’achat des consommateurs - parfois irrationnelle ».

Selon ce spécialiste des marchés des produits de grande consommation, ces ventes non effectuées s’élèvent à 2,5 Md € sur un an, tous produits confondus. Si les produits de BVP et les pâtes s’en sortent plutôt bien (ni le pain, ni la farine n’apparaissent dans les 10 produits ayant manqué le plus de ventes), l’addition est plus lourde pour les bières, segment « malmené en rayons en 2020 ».  Au final, les ventes manquées en bière représentent 209 M€ dans le réseau considéré et constituent le plus mauvais score de l’ensemble des produits sous revue. C’est plus que les boissons gazeuses (119 M€), le café (111 M€), le lait longue conservation (109 M€) ou encore le papier hygiénique (85 M€). NielsenIQ souligne que les bières font partie « des catégories structurellement “rupturistes”.

Les analystes de NielsenIQ rappellent au passage toute l’importance de la gestion des stocks et de la prévision de commandes alors même qu’un troisième confinement vient d’être décidé et à l’approche des beaux jours. Odile Nonat, directrice Retail Europe Intelligent Analytics de l’entreprise, rappelle que « 30 % des clients se rendent dans de nouveaux magasins lorsqu'ils ne trouvent pas ce qu'ils cherchent et que 70% achètent une autre marque lorsqu'un produit recherché est en rupture de stock ».

Pour sa part, Laurent Beneditti, directeur analytique programmes collaboratifs de NielsenIQ, se projette sur les mois de mai et de juin, en général de bons mois de ventes et de consommation pour les bières avec le retour des beaux jours : “avec l’accélération des vaccinations, les Français vont plus que jamais aspirer à socialiser et à retrouver familles et amis. Différents facteurs qui vont exercer une pression sur des catégories comme les produits pour barbecue, les vins rosés, les alcools, les boissons rafraîchissantes... Mettre en place les bons modèles analytiques et des approches collaboratives pour éviter les ruptures de stock sera une nouvelle fois essentiel pour que les enseignes et les marques ne passent pas à côté de millions d’euros de ventes potentielles."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Fabrications d'aliments pour animaux en baisse de 1,2 Mt en 2022, selon le Snia
A l’occasion de sa conférence de presse de rentrée, le 31 août, le Snia confirme une baisse probable de 1,2 Mt de la production…
La remise en cause des exportations ukrainiennes par Vladimir Poutine dope les prix du blé et du maïs
Le Président russe, Vladimir Poutine a laissé entendre le 7 septembre que les conditions des accords du 24 juillet sur la…
Nutrition animale : le groupe Michel affiche une croissance de 2% pour la période 2021-2022
  Dans un marché en berne, le groupe familial breton Michel annonce une belle croissance en 2021-2022.
Hausse des prix de la farine insuffisante pour compenser la flambée des coûts, alertent les meuniers
Une lettre d’information de l’ANMF (association nationale de la meunerie française) fait le point sur la hausse des coûts de…
La nutrition animale recherche plus de sobriété énergétique
La nutrition animale, consommatrice d’électricité mais aussi de gaz pour la granulation, cherche des solutions pour une plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne