Aller au contenu principal

Bilans FranceAgriMer
FranceAgriMer : nette révision à la baisse de la consommation de blé tendre des fabricants d’aliments

Le bilan français de blé tendre et des autres céréales s’alourdit, conséquence de révisions à la baisse des consommations intérieures et des exportations, rapporte FranceAgriMer (FAM).

© MabelAmber-Pixabay

Le maïs s’avère bien plus compétitif actuellement que le blé tendre aux yeux des fabricants d’aliments pour animaux français (FAB), incitant FranceAgriMer (FAM) à abaisser de 400 000 t entre octobre et novembre ses prévisions de consommation de ce dernier sur la campagne commerciale 2021/2022, à 4,75 Mt. « Le différentiel de prix entre le maïs et le blé tendre est actuellement de 50 €/t environ sur Euronext en spot », a précisé Marc Zribi, chef de l’unité grains et sucre de FAM, lors de la conférence de presse suivant le conseil spécialisé Grandes cultures en webinaire le 10 novembre. Le cours du blé tendre clôturait à 286 €/t sur l’échéance décembre sur le marché à terme européen le 9 novembre, et celui du maïs à 235,5 €/t sur janvier, confirmant les dires de l’expert.

 

 

Révision à la baisse de 400 000 t des exportations françaises 2021/2022 d’un mois sur l’autre

Autre poste revu en baisse : celui des exportations françaises sur l’UE et sur pays-tiers, de 200 000 t chacun d’un mois sur l’autre environ, soit 400 000 t au total, à respectivement 7,8 Mt et 9,4 Mt. « Nous nous attendons à une baisse des importations des FAB du Benelux en blé fourrager. Pour les pays-tiers, les origines argentines et australiennes sont très compétitives actuellement, malgré le fret. Les Argentins ont pour habitude de se placer sur l’Algérie, et l’Australie exporte du blé sur la Chine », déclare Marc Zribi.

Benoît Piètrement, président du conseil spécialisé Grandes cultures de FAM, a indiqué, au sujet du refroidissement des relations géopolitiques entre la France et l’Algérie, n’avoir « rien entendu en termes de craintes au sujet de conséquences sur les achats algériens de blé français. Mais bien entendu, je mets de gros guillemets ».

Les consommations nationales de la meunerie et de l’industrie des biocarburants 2021/2022 sont en revanche revues en hausse, mais ne suffisent pas à contrebalancer le recul des exportations et de la demande de la nutrition animale. Dans le détail, celle du segment panification est attendue à 2,75 Mt en novembre, contre 2,7 Mt en octobre, celle du segment amidonnerie/glutennerie à 2,7 Mt (2,6 Mt un mois plus tôt), celle de la biscotterie/biscuiterie à 1,135 Mt (1,130 Mt précédemment), et celle des alcools/biocarburants à 1,65 Mt (1,60 Mt en octobre).

Des stocks de blé tendre hexagonaux 2021/2022 à plus de 3 Mt

La production française de blé tendre 2021 a été revue à la hausse d’un mois sur l’autre, passant de 35,24 Mt en octobre à 35,45 Mt en novembre par Agreste. Cet élément constitue une autre justification à l'alourdissement du bilan hexagonal. Ainsi, les stocks de fin de campagne 2021/2022 passent de 2,359 Mt à 3,167 Mt sur la période.

Les premiers bilans maïs 2021/2022 ont été publiés par FAM. Il en ressort que la consommation nationale des FAB est attendue à 3,2 Mt, un niveau semblable à celui de 2020/2021 (3,225 Mt). « En octobre, nous pensions afficher un chiffre de 2,8-2,9 Mt, soit un niveau observé en 2019/2020. Mais au vu de l’attractivité actuelle du maïs en formulation, les opérateurs ont décidé de le relever significativement, à 3,2 Mt en novembre », explique Marc Zribi.

Plus de 4,7 Mt de maïs français exportées vers l’UE

Les exportations françaises de maïs sur l’UE sont attendues à 4,765 Mt en 2021/2022, contre 4,011 Mt en 2020/2021, et sur pays-tiers à 550 000 t, contre 465 000 t l’an dernier. Compte tenu de la nette révision à la hausse de la production nationale 2021 de maïs grains par Agreste, les stocks de fin de campagne sont prévus à 1,895 Mt, contre 1,793 Mt l’an passé.

Peu de changements en orges et en blé dur

En orge, les bilans 2021/2022 ont peu évolué d’un mois sur l’autre. Les utilisations intérieures de malt sont revues en hausse de 50 000 t entre octobre et novembre, mais sont contrebalancées par une baisse des exportations hexagonales du même ordre. La consommation des FAB est stabilisée à 1,1 Mt (1,436 Mt en 2020/2021). Les stocks de fin de campagne sont estimés à 1,407 Mt ce mois-ci, contre 1,310 Mt précédemment.

En blé dur, aucun changement notable n’est à rapporter, si ce n’est une hausse des réserves de fin de campagne 2021/2022 entre octobre et novembre, passant de 110 000 t à 157 000 t, suite à la légère révision à la hausse de la production française 2021 sur la période par Agreste, passant de 1,55 Mt à 1,59 Mt.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Alimentation animale : l'année 2022 sera encore plus tendue, selon Nutrinoë
Après une baisse de 2% des volumes d’aliments pour animaux produits en Bretagne en 2021, les fabricants bretons réunis au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne