Aller au contenu principal

Assemblée générale du Snia
Fabricant d’aliments cherche protéines “alternatives”

Si la nutrition animale adhère à la montée en gamme, elle s’interroge sur la capacité de l’agriculture française à subvenir à ses besoins en bio et non OGM.

© Terres Univia

Bio, local, nourris sans OGM, label, certifié… Les segmentations sont multiples en productions animales avec un même besoin : une nutrition animale spécifique qui doit, notamment, sécuriser ses apports de protéines. Car contrairement aux apports en énergie, cette fraction fait largement appel à l’importation même si la France est l’un des pays les moins dépendants dans l’UE. En effet, 52 % des apports protéiques totaux en nutrition animale sont hexagonaux, à comparer avec l’autonomie qui n’est que d’un tiers pour l’ensemble de l’UE.

Quelque 58 % des apports de protéines restent toutefois le fait des matières premières riches en protéines, en tête desquelles les tourteaux de soja suivis des tourteaux de colza et de tournesol, fourrages déshydratés, drêches de céréales et protéagineux contribuant dans une moindre mesure.

En 2028, l’approvisionnement en bio et non OGM pourrait atteindre 52 %

Selon Antoine Henrion, président de Terres Univia, qui intervenait à l’assemblée générale du Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale (Snia), le 17 mai à Rodez, les cinq principales filières animales françaises (volaille de chair, volaille de ponte, porc, bovin lait, bovin viande) pourraient au total multiplier par trois leur demande en alimentation alternative (bio et non OGM) dans les dix prochaines années.

Le bio resterait assez stable, aux alentours de 5 %. Ce secteur a, en effet, connu une belle croissance, puisque désormais la France produit 467 400 t d’aliments bio dans vingt-six usines, contre un tout petit peu plus de 300 000 t en 2015. Mais cette croissance devrait se calmer. La tendance sera plus à la relocalisation des approvisionnements d’où l’importance capitale du plan Protéines dans ce secteur.

Le plus gros des volumes deviendrait en fait non OGM. Actuellement, 183 usines sont certifiées Oqualim STNO, ce qui signifie qu’elles sont capables de garantir aux éleveurs le « nourri sans OGM (< 0,9 %) » ou le « issu d’animaux nourris sans OGM (0,9 %) » qui monte tant dans la filière Volailles que la filière Lait.

Mais il leur faudra des ressources : de 15 % actuellement, le segment non OGM pourrait en effet passer à 47 % dans dix ans avec une incertitude de taille : si l’ensemble des signes officiels de qualité se dirige vers du non OGM origine France, le secteur devrait trouver 19 % de ses ressources non OGM dans l’Hexagone. La charte Soja de France n’y suffira pas.

Et la France peut être encore plus vertueuse...
Selon Terres Univia, les apports protéiques origine France en nutrition animale pourraient passer de 52 à 62 %. Toutes les matières premières peuvent y contribuer. Ainsi, 24 % des protéines de la nutrition animale sont apportées par les céréales dont, cette campagne, des céréales moins habituelles dans les formules comme le blé dur. Sous l’effet des fortes pluies en fin de cycle, le mitadinage a largement affecté les récoltes du Sud-Ouest, sans oublier la moucheture dont l’ampleur ne s’était pas vue depuis huit ans… Ces deux critères de qualité déclassent, de fait, la récolte destinée à l’alimentation humaine mais n’affectent pas son potentiel en nutrition animale : cette dernière a donc bénéficié de ces apports protéiques avec des moyennes supérieures à 14 %…

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Agro Paris Bourse lance la 64e édition de la Bourse de commerce européenne

Les organisateurs attendent plus de 3 500 personnes au Grand Palais de Paris en décembre 2024.

Congrès des grains Nancy-Dijon 2024 : une nouvelle formule appréciée des nombreux participants

La bourse aux grains de Nancy a changé de mois et de formule pour rendre ce rendez-vous professionnel des opérateurs de la…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne