Aller au contenu principal

Négoce international
Création de Soufflet West Africa pour développer l'export de blé et d'ingrédients dans la région

Le Groupe Soufflet exporte environ 1.5 Mt par an en Afrique de l'Ouest
© Free Photos (Pixabay)

Le Groupe Soufflet a annoncé, le 6 avril, la création de Soufflet West Africa (SWA), une filiale appartenant en totalité aux Ets J. Soufflet. Son objectif est le développement « des activités sur la filière Blé-Farine-Pain en Côte d’Ivoire et dans la sous-région », selon le groupe.

« L'enjeu est essentiel : apporter proximité et réactivité à nos clients dans des régions en fortes croissances démographiques et économiques », explique le Groupe Soufflet. Ainsi avec l’appui des équipes de Soufflet Négoce et d’AIT, SWA d’une « porte d’accès aux marchés de la région » dont le potentiel est croissant avec « de fortes croissances démographiques et économiques » . Sont ainsi notamment visés la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, la Guinée-Conakri, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Libéria, le Togo et la Mauritanie.

Développer les ventes de blé français et d'ingrédients

Située à Abidjan, la structure comptant 3 opérateurs est déjà opérationnelle, explique Jean-François Lepy, directeur Négoce du Groupe Soufflet. L'objectif de SWA est de continuer d'exporter du blé et de développer ce débouché pour l'origine française."Le Groupe Soufflet exporte déjà dans cette zone près d'1.5 Mt de blé chaque année. Nous souhaitons bien entendu voir ce volume progresser. Pour cela, nous allons démontrer notre savoir-faire sur la filière Blé à l'export, en apportant un appui technique et en rassurant sur la qualité des produits finis" détaille Jean-François Lepy.

En plus du blé, la société SWA entend également accroître ses ventes d'ingrédients destinés à la fabrication de produits de boulangerie et viennoiserie français. En revanche, l'exportation de farine n'est pas envisagée via cette structure. "La farine française n'est pas du tout compétitive pour des raisons fiscales notamment", note Jean-François Lepy.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne