Aller au contenu principal
Font Size

Filière orge et houblon
[Coronavirus Covid 19] Les brasseurs indépendants demandent des mesures concrètes face au Coronavirus

Avec l'arrêt des ventes en restauration hors domicile notamment, les brasseurs indépendants sont malmenés. Leur syndicat représentatif, le SNBI, demande au gouvernement d'intervenir.

© cerdadebbie (Pixabay)

Pour les brasseurs indépendants (produisant moins de 200 000 hl), les temps sont durs avec la fermeture des commerces de restauration hors domicile, des bars et pubs, annulation des spectacles et festivals… Certains ont adopté un système de livraison à domicile sans contact, d’autres ont arrêté la pression pour remplir et vendre des fûts. Mais le compte n’y est pas. Et cela au moment de l'arrivée du printemps et de l’été, périodes synonymes de grands évènements festifs.

D’où l’initiative du Syndicat national des brasseurs indépendants (SNBI) qui propose des mesures « pour la sauvegarde des 1 800 brasseurs artisans et indépendants français », représentant 5 000 emplois directs. C’est aussi un appel pour préserver l’amont, fournisseur de matières premières agricoles comme l’orge, le malt ou encore le houblon, ce dernier étant en pleine renaissance en France aujourd’hui. Le syndicat en appelle au gouvernement pour mettre en place les mesures suivantes :
- Exonération totale des charges sociales et patronales pendant toute la durée du confinement, sans perte des droits générés par ces cotisations (chômage, retraite) ;
- Exonération totale des charges fiscales directes pendant la durée de la crise ;
- L’annulation des taxes sur l’alcool (droits accises) jusqu’au 31 décembre 2020 ;
- L’éligibilité automatique au fonds de solidarité pour tous les brasseurs indépendants dont le chiffre d’affaires est inférieur à 2 millions d’euros ;
- La suspension des mensualités des prêts sans aucun frais, ni intérêt ;
- L’éligibilité automatique au prêt de trésorerie garanti par l’état sans garantie, ni assurance additionnelle ;
- La reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle sanitaire, afin que les assureurs appliquent les clauses de perte d’exploitation ;
- La dispense de licence, au même titre que les viticulteurs, dans les caveaux de nos brasseries artisanales, dès la fin du confinement ;
- La création d’un code APE particulier pour les brasseurs indépendants dès la sortie du confinement, afin que nous puissions au plus vite, rejoindre une convention collective adaptée à la taille et à la typicité de nos entreprises.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Blé tendre : vers une récolte biologique 2020 qualitative à défaut de quantité
Comme pour les blés non-bio, les conditions météos de l’automne-hiver puis du printemps ont marqué les semis et les conditions de…
Avril/DSM: Construction d'un site de production de protéines de colza pour l'alimentation humaine sur Dieppe au premier trimestre 2022
Les groupes Avril et Royal DSM ont annoncé le 15 juillet avoir finalisé leur partenariat, visant la construction d'une unité de…
Une récolte française 2020 de blé tendre à 29-31 Mt ?
Le chiffre de 32-33 Mt de blé tendre récolté en France en 2020 n’est plus d’actualité. Les surfaces sont revues à la baisse, et…
Agreste abaisse son estimation de récolte française de blé tendre 2020 à 29,7 Mt
Le ministère de l'agriculture français a également revu en repli ses prévisions en orges et en colza.
Jean-François Lépy (Soufflet Négoce) : Peu de disponibilité en blé tendre et en orge pour l'export d'ici la fin de l'année
Les prix de l'orge et potentiellement du blé tendre pourraient trouver du soutien auprès de la demande chinoise, d'après Jean-…
Ca bouge dans les boissons à base d’avoine
Surfant sur les aspects nutrition, santé et allergène, l’avoine a le vent en poupe en alimentation humaine, en particulier aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne