Aller au contenu principal

Céréales et oléoprotéagineux bio : des récoltes abondantes, un marché en déprime

Alors que les dernières récoltes s’achèvent et que la météo très pluvieuse empêche les semis d’automne, en céréales et protéagineux, la filière bio s’inquiète des difficultés du marché à redresser la barre. 

Les intempéries actuelles perturbent les semis en production bio.
© Karine Floquet

Si les bilans ne sont pas encore réalisés définitivement sur la collecte bio 2023, elle apparaît d’ores et déjà exceptionnelle, en rendements et en volumes, hormis pour certaines espèces comme le colza. Côté consommation, le retournement de marché, pas ou très peu anticipé dans l’euphorie de l’essor des années précédentes et des prix très attractifs, laisse les filières sonnées. Surtout celles touchées de surcroît par la grippe aviaire. Si la volaille de chair est boudée, produit d’appel en bio, la part de marché des œufs bio reste forte : elle atteint 19,4 % début 2023, en légère baisse néanmoins vis-à-vis de fin 2022, où elle dépassait les 20 %.

Baisse attendue des surfaces bio pour la récolte 2024

Dans ce contexte incertain, les fabricants d’aliments pour animaux restent prudents, se couvrent à fur et à mesure, en s’adaptant aux marchés. Fin septembre, selon FranceAgriMer, leurs utilisations en céréales bio auraient chuté de 22 % par rapport à l’an dernier. Les indices mensuels d’Itavi, relatifs aux matières premières pour l’alimentation des poulets de chair bio et pondeuses, accentuent au 3e trimestre leur repli, démarré début 2023. 

Côté alimentation humaine, en dehors des contrats pluriannuels à des niveaux supérieurs, les affaires sont réduites aux réapprovisionnements, avec des prix spot qui peuvent être très bas en dégagement, tout comme à l’export. D’autant plus qu’on observe l’arrivée de volumes bio ukrainiens sur le Benelux. D’après les opérateurs, les niveaux de déclassement en conventionnel sont importants, tout comme les arrêts annoncés de production bio, sans chiffres précis. 

La météo défavorable pour les semis risque de rebattre les cartes, en réduisant aussi les récoltes de la prochaine campagne.

Lire aussi : "Céréales et oléoprotéagineux bio : transactions timides et prudentes"

Les plus lus

Moissons 2024 : à quoi s'attendre pour la récolte française de blé tendre ?

Les pluies ont fortement affecté les cultures de blé tendre en France ces derniers mois, causant l'apparition de diverses…

Pellets d'aliment composé
Comment les taxes sur les importations de tourteau de tournesol russe vont affecter le marché français

Pour David Saelens, président de la branche nutrition animale de La Coopération agricole, le projet européen de taxation des…

« Nous ne voyons pas de raison pour que les prix du blé remontent à nouveau », déclare Philippe Chalmin

Pour Philippe Chalmin, économiste, la place de la Chine sur les marchés mondiaux devrait constituer le principal facteur de…

Logo Nutréa, "Une force pour l'élevage"
Nutrition animale : fermeture d’une usine d’aliments d’Eureden dans le Morbihan

La fermeture de l’usine Nutréa du site morbihannais de Languidic a été annoncée par Eureden pour le premier trimestre 2025. D’…

Épandage d'engrais sur blé tendre au printemps
InVivo s’attend à une taxation des engrais produits à partir d’énergies fossiles à l’horizon 2026

L’entreprise FertigHy, dont le groupe InVivo et Heineken sont actionnaires, prévoit la mise en place de taxes européennes sur…

Nutrition animale : vers une révision à la baisse des teneurs en mycotoxines

A l’occasion de sa journée annuelle de restitution, Oqualim s’est particulièrement concentré sur les mycotoxines pour…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne