Aller au contenu principal

Filière avoine
Ca bouge dans les boissons à base d’avoine

Surfant sur les aspects nutrition, santé et allergène, l’avoine a le vent en poupe en alimentation humaine, en particulier aux Etats-Unis, mais pas que…

L'avoine est de retour dans les régimes alimentaires
© Hans Braxmeier/Pixabay

Oatly, le pionnier suédois dans les années 90 de la boisson végétale à base d’avoine et relancé en 2013, a annoncé, le 14 juillet, une levée de fonds de 200 M$ pour développer ses capacités de production et embaucher en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Le principal investisseur est Blackstone Group. Orkila Capital et Rabo Corporate ont également participé à l’opération et quelques célébrités comme Oprah Winfrey et Natalie Portman ont également abondé cette levée de fonds. Tous ces nouveaux venus rejoignent les investisseurs initiaux que sont Verlinvest-CR JV et les fondateurs (à l’origine porteurs d’un projet de recherche de l’université suédoise de Lund).

En 2019, Oatly avait ouvert une première usine de production aux Etats-Unis (un investissement de 15 M$) d’une capacité de 750 000 gallons par mois de boisson à base d’avoine. L’entreprise distribue ses produits dans une vingtaine de pays et emploie 550 collaborateurs dans des bureaux situés à New-York, Londres, Berlin, Amsterdam, Helsinki, Shanghaï et Hong Kong.

En France, elle lance une boisson à l’avoine enrichie ainsi qu’une boisson à l'avoine Barista Edition, exclusivement avec Monoprix, dans un certain nombre de villes. On peut aussi trouver une liste de cafés qui proposent les boissons Oatley sur Oatfinder. En Europe, Oatley milite pour l’affichage de l’emprunte carbone de ses productions.

Oatley n’est pas le seul intervenant de taille internationale à investir sur ce marché. En janvier 2020, le Californien Califia Farm, connu à l’origine pour presser des jus à partir de fruits non conformes à la vente et qui s’est orienté ensuite vers les boissons végétales alternatives au lait, a levé 225 M$ pour se renforcer sur ce marché (café brassé froid, boisson à base d’avoine, boisson à base d’amande…) tout autour du monde.

L’opération a été menée par le fonds institutionnel d’investissement du Qatar (QIA), accompagné par une société d’investissements singapourienne Temasek, le fonds de la famille Bronfman (Claridge), le fonds Green Monday Ventures et une famille latino-américaine très présente dans le secteur du café.

Grain Millers, spécialiste des produits à base d'avoine basé dans le Minnesota et présente sur toute l'Amérique du Nord, vante les mérites de cette céréale : texture, goût, faible en gluten, riche en fibre, facile à digérer, composition nutritionnelle...

Et en France ?

En France, on a récolté 428 678 t d’avoine pour le compte de la campagne 2018/2019, cultivées sur 91 819 ha. Même s'il n'y a pas le même engouement pour cette céréale dans l'Hexagone par rapport aux Etats-Unis, FranceAgriMer commence à suivre l'avoine dans se bilans. Environ 40 % de cette production est autoconsommée et environ 10 000 t sont utilisées dans les industries alimentaires. En alimentaire, une fois le grain décortiqué, on l’utilise notamment sous forme de flocon mais aussi en biscuiterie, pour des galettes ou encore du müesli. Elle peut aussi servir comme épaississant et stabilisant pour les soupes, les gâteaux, les fromages à tartiner et certaines bières. Mais son principal débouché hexagonal demeure l’alimentation animale. On retrouve l’avoine également en usage industriel (médicaments, adhésifs et abrasifs) et en cosmétologie et soin du corps. A noter qu'en 2019, la coopération agricole a collecté 18 000 t d'avoine bio.

Bjorg, Bridge ou encore Biocoop sont présents sur les segments alimentaires. La coopérative bio Corab, qui travaille avec Biocoop, collecte entre 1 000 et 1 500 t d’avoine nue chaque année pour fabriquer ensuite des flocons et des « laits ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Alimentation animale : l'année 2022 sera encore plus tendue, selon Nutrinoë
Après une baisse de 2% des volumes d’aliments pour animaux produits en Bretagne en 2021, les fabricants bretons réunis au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne