Aller au contenu principal

Certification
AB et HVE : une histoire mouvementée

Agriculture biologique et Haute Valeur environnementale sont aujourd’hui considérés comme deux labels officiels complémentaires, mais cela n’a pas toujours été le cas.

Cette année, la filière pomme du Limousin AOP entend certifier 100 % de ses vergers HVE. Plus de 20 % d’entre eux sont en agriculture biologique.  © Claire Tillier
Cette année, la filière pomme du Limousin AOP entend certifier 100 % de ses vergers HVE. Plus de 20 % d’entre eux sont en agriculture biologique.
© Claire Tillier

Depuis la création de la certification Haute Valeur environnementale (HVE) en 2008, sa cohabitation avec le label officiel de l’agriculture biologique (AB) n’a pas été un long fleuve tranquille. Pour rappel, la HVE avait été créée pour valoriser les pratiques agroécologiques de certains vignerons qui ne pouvaient pas passer en agriculture biologique. Dès le début, pourtant timide de la certification environnementale, le secteur biologique était sur ses gardes.

En 2009 par exemple, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) s’inquiétait d’une « dénaturation de la HVE ». « La qualification Haute Valeur environnementale vient d’être dénaturée par le vote des sénateurs », indiquait-elle, en demandant aux parlementaires de « rester vigilants à ne pas confondre les intérêts marketing de ceux qui sont le plus enclins à communiquer avec l’engagement de ceux qui s’engagent véritablement à changer leurs pratiques telles que le réclame la société. »

« HVE : les bios redoutent les distorsions », pouvait-on aussi lire en septembre 2010 dans FLD à la suite de l’assemblée générale du Synabio où « la certification HVE avait été au centre des débats » ; le Synabio jugeant que « le terme HVE lui-même » était « source de confusion ».

Valoriser des pratiques agroécologiques différentes

Dix ans plus tard, le secteur biologique est lui aussi critiqué. La préservation de l’environnement est devenue une préoccupation majeure dans les attentes sociétales, et la notion de HVE a gagné du terrain. Désormais, les acteurs du bio s’engagent aussi dans la HVE, présentée comme une certification complémentaire. Pour un agriculteur en bio, s’engager dans la certification HVE lui permet par exemple de valoriser ses efforts en matière de biodiversité et de maintien des éléments naturels (haies, arbres…) dans son exploitation.

« Bio et HVE permettent de valoriser des pratiques agroécologiques différentes, mais complémentaires qui concourent toutes à une amélioration de l’impact de l’activité agricole sur l’environnement », résumait, en 2016, le ministère de l’Environnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’Algérie ouverte au blé russe dès le prochain appel d’offres ?
Thierry de Boussac, représentant du Synacomex au sein du conseil spécialisé des céréales, a expliqué qu’il n’était pas impossible…
Céréales bio : récolte française hétérogène, en baisse d'une année sur l'autre
Hormis en Hauts-de-France et dans le Nord-Est, la collecte 2020 de céréales bio est estimée en moyenne entre 25 à 35 % inférieure…
Récolte de blé tendre, morne campagne !
La récolte française de blé tendre et celles des pays de l’UE apparaissent globalement décevantes en volume. La qualité est…
OleoZE : Objectif de commercialisation de 300 000 t de graines de colza et de tournesol à l’horizon 2023 via la plateforme digitale
La société industrielle Saipol a détaillé la stratégie à moyen terme de sa plateforme de commercialisation en ligne de graines…
Un tournesol bas carbone pour Axéréal
Après le colza, c’est au tour du tournesol de rentrer dans une logique de transition agroécologique.
La Fop appelle le gouvernement à aider la filière oléagineux et protéagineux
Entre premiers chiffres de production et plan de relance économique, la Fop interpelle le gouvernement.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne