Aller au contenu principal

Kiwi
Jaune et rouge : pourquoi Peruzzo investit massivement dans le kiwi de couleur

Sa variété rouge Rossy devrait rester une niche mais avec sa variété jaune plus tardive, Peruzzo compte prendre le créneau vacant du kiwi jaune origine France, très demandé.

Jaune et rouge : Peruzzo investit massivement dans le kiwi de couleur
Le groupe Peruzzo va planter en France cet hiver 10 ha de kiwis rouges, à la fois en propre et chez des producteurs partenaires.
© Groupe Peruzzo

Un double constat a persuadé le groupe Peruzzo de franchir le pas et d’ajouter une casquette de producteur français et metteur en marché de kiwis jaunes et rouges à son rôle d’importateur de kiwis verts et jaunes : la quasi-absence de segmentation en rayon et la demande grandissante pour ce fruit insuffisamment disponible en volumes.

Demande dynamique, manque d’offre, gamme pas assez profonde

« On observe sur un marché français et européen un manque de fruits, d’autant plus cette année avec les épisodes de gel, alors que la demande est dynamique pour le kiwi vert, et très forte pour le kiwi jaune », analyse Sylvain Colleville, directeur du développement du groupe.

En parallèle, le kiwi en rayon manque cruellement de segmentation en rayon. Elle se limite à la déclinaison en calibre -petits fruits pour les barquettes et gros calibres pour le vrac- et deux couleurs -vert et jaune. « Déclinaison en rayon d’une dizaine de variétés en pommes, minimum quatre variétés de pêches nectarines sans compter les pêches plates et autres, idem en cerises… Les fruits prennent leur place en rayon. Mais le kiwi, qui est un indispensable du linéaire car systématiquement acheté, a une gamme pas assez profonde. Il y a de la place pour plus de références.

 

 

Peruzzo se lance en production

Juste avant le confinement, il y a un an et demi, Peruzzo acquiert donc la licence exclusive de production et de commercialisation en France pour deux variétés de kiwis, une rouge, HFR18, et une jaune, HFY01. L’obtenteur est l’italien Growing.

Les plantations sont prévues pour cet hiver 2022 (octobre-novembre), un peu avant le débourrage, et l’entrée en production, par les choix d’itinéraires techniques (taille, conduite de l’arbre…) prendra 3 ans. Les premières récoltes et commercialisations sont donc attendues pour 2025-2026.

 

Une dizaine d’hectares de kiwis jaunes et une dizaine de kiwis rouge, à la fois en propre et avec des producteurs partenaires, sont prévues :

  • Peruzzo plante 8 ha de kiwis jaunes en propre à Beaucaire dans le Gard (Camargue), en plein-air sous protection anti-pluie. « Nous avons acheté les terres pour ce projet. Il s’agit d’une seule exploitation de 15 ha d’un seul tenant, ce qui promet de nouveaux projets à suivre. »
  • Des petits producteurs installent « un hectare par-ci par-là » de kiwis rouges sous serre photovoltaïque, dans la région de Berre-l’Etang. « Nous avons également encore disponibles 2 500 pieds de kiwis jaunes, que nous allons sûrement tester sous serre photovoltaïques ».
  • Un producteur du Tarn-et-Garonne va planter 8 ha de kiwis rouges sous protection anti-pluie. « Cette installation coûte plus cher en investissements car le financement est en propre, au contraire de la serre photovoltaïque qui est financée par l’entreprise qui va revendre l’électricité produite. Mais le producteur était pressé. »
  • S’il obtient des aides, ce producteur plantera en plus 2 ha de kiwis jaunes.

Peruzzo est en recherche permanente de producteurs français partenaires, quelque que soit leur taille et importance. Actuellement, en comptant les prospects, une dizaine de producteurs sont déjà engagés. Le partenariat consiste en un contrat avec un engagement de mise en marché par le groupe Peruzzo de la totalité des volumes du producteur. Le débouché visé : la grande distribution française.

 

Pour 2023, ce sont à nouveau 20 ha supplémentaires (moitié rouge, moitié jaune) qui sont prévus. « 20 ha par an, cela devrait être notre rythme de croisière quelques années. Ensuite, nous adapterons le rythme de plantation aux réalités du marché. Nous ferons notamment un point lorsque nous aurons atteint 60 ha en rouge », souligne Sylvain Colleville.

Les ambitions sont plus larges pour le kiwi jaune : 200 ha d’ici 5-6 ans. « Le rouge va rester une niche mais je pense que le jaune va à terme atteindre les niveaux de consommation du vert. »

 

Une variété jaune longue conservation pour fournir un marché de début d’année vide

Le rouge est aussi plus cher à produire, en termes de main d’œuvre et de rendement à l’hectare : 20-25 t/ha pour la variété rouge de Peruzzo là où la jaune atteint 60 t/ha ! (25 à 40 t/ha pour le vert classique). « En plus d’être très productif, notre variété jaune présente de très beaux calibres. Et surtout, surtout, elle se conserve très longtemps après récolte. » Cette longue durée de vie permettra à Peruzzo de commercialiser son kiwi jaune à partir de février, lorsqu’il n’y a plus d’offre, jusqu’en juin selon la disponibilité des volumes.

« De février à juin, il y a un trou dans la raquette : il n’y a plus aucun volume français, italiens, portugais, et l’hémisphère Sud n’a pas encore commencé puisque les récoltes se font en mai et qu’il faut 40 jours de bateau. Il y a un gros manque à combler, j’ai hâte de disposer de nos kiwis jaunes origine France. »

 

Un Club pour venir « en outsider de Zespri »

Si la variété jaune plantée par Peruzzo, HFY01, n’a pas encore son nom commercial, la rouge, HFR18, est commercialisée sous le nom de Rossy. Le groupe Growing a établi des partenariats et accordé des licences dans le monde entier, et Peruzzo échange déjà avec les partenaires espagnol et portugais, bientôt italien, brésilien… pour commercialiser en France des volumes d’autres origines.

 

Un Club va être créé, une réunion est prévue à l’occasion de Fruit Logistica 2022 à Berlin. « Notre objectif est de venir en outsider de Zespri », reconnaît Sylvain Colleville.

 

Succès du kiwi jaune, succès du kiwi rouge : une question de couleur ?

Sylvain Colleville, directeur du développement du groupe Peruzzo, l’affirme sans aucune hésitation : « Le succès d’un fruit, c’est le goût. » Les trois types de kiwis présentent certes des couleurs très tranchées -vert, jaune, rouge- mais au niveau de la chair, à l’intérieur du fruit. Extérieurement ils sont sensiblement identiques, le jaune et le rouge étant imberbes. En revanche, le goût est extrêmement différent, « comme peuvent l’être une Granny et une Pink Lady : le vert a une certaine acidité que n’a pas le jaune qui est très sucré. Le rouge Rossy est très sucré mais son cœur rouge remet une acidité de fruits rouges et présente des notes de fruits rouges, de figue. » Le consommateur associe donc le goût et la couleur. Il achète la première fois par les yeux mais ré-achète si la promesse gustative est tenue.

 

Prix et marketing : les leviers pour développer le marché du kiwi rouge

La consommation du kiwi rouge semble actuellement drivée par les achats de curiosité. « Il y a pour le moment un équilibre offre-demande sur le marché du fait de la faiblesse de l’offre. Lorsqu’il y aura plus de volumes, il faudra faire progresser la demande. » Un important travail marketing sera à faire pour faire découvrir ce kiwi. « Nous prévoyons un budget par rapport aux volumes, ainsi qu’au niveau du Club. »

Le point de bascule se situera au niveau du prix, selon Sylvain Colleville. « Le déclencheur se fera autour d’un prix de 1 € le kiwi, estime-t-il. Actuellement, le kiwi rouge français, 90 t cette année par un seul opérateur, s’est vendu, prix Centrale, à 12 €/kg soit 2 €/kiwi. A titre de comparaison, le kiwi jaune français se vend de 3 €/kg à 5-6 €/kg, prix de gros. »

The referenced media source is missing and needs to be re-embedded.

 

Kiwi mais pas que… Les ambitions de Peruzzo

Pour le marché français, en particulier la grande distribution, Peruzzo ne cache pas son ambition de pousser son développement dans le kiwi, en tant que producteur. « Nous sommes toujours à la recherche de nouvelles variétés, innovantes sur tous les plans : calendrier, couleur, résistance, affinage… », confirme Sylvain Colleville. En parallèle, le groupe continue de se spécialiser fortement sur le melon. 100 ha de plantation en France et 50 ha au Maroc sont prévus pour cette année en France. Kiwi, melon, mais pas que. « Peruzzo se veut à la pointe de l’innovation variétale en mettant l’accent sur le goût et l’ambition de se développer en production en propre, toutes espèces », résume Sylvain Colleville sans en dévoiler davantage « pour le moment ».

Les plus lus

Parsada : ouverture ce 12 avril d'un appel à projets porté par FranceAgriMer

Initié au printemps 2023, le Plan stratégique pour mieux anticiper le potentiel retrait européen des substances actives et le…

Fraises hors sol cultivées en France
Fraise française : un bon début pour la commercialisation... à poursuivre

En retard par rapport à l’an dernier, la saison de la fraise française a bien commencé d’autant que la fraise espagnole est…

Prix des fraises françaises : il n'est « pas lié aux faibles quantités espagnoles », revendique l’AOPn

Les fraises espagnoles sont pour le moment quasi absentes de nos étals français. Pourtant, ce n’est pas cette absence ou cette…

PNR BARONNIES PROVENCALES
L’IGP Abricot des Baronnies sur la rampe de lancement

L’abricot des Baronnies, qui attendait ce printemps la toute dernière validation de son IGP, est d’ores-et-déjà en ordre de…

production de chou-fleur en Bretagne
Sica Saint-Pol de Léon : un chiffre d'affaires en hausse malgré les intempéries et la baisse des volumes

L’année 2023 a été très compliquée au niveau climatique, entraînant une baisse des volumes, mais avec un chiffre d’affaires de…

La production sous grands abris, anecdotique en termes de volumes, permet de former les nouveaux cueilleurs.
« Je n’ai jamais perdu d’argent avec l’asperge »

Dans le Maine-et-Loire, Guillaume Thomas produit de l’asperge sur 16 ha. Le producteur, adhérent à Fleuron d’Anjou, apprécie…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 354€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site filière Fruits & Légumes
Profitez de l’ensemble des cotations de la filière fruits & légumes
Consultez les revues Réussir Fruits & Légumes et FLD au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la filière fruits & légumes