Aller au contenu principal

Lutte contre les ravageurs
Comment protéger le maïs bio des attaques de taupin ?

Le taupin est un ravageur redouté des maïsiculteurs. Quelles sont les parades possibles en culture bio ? Visite d’essai dans le Morbihan pour constater que l’association d’un bouclier protecteur à une plante appât donne de bons résultats.

Le taupin est un petit coléoptère redouté des maïsiculteurs. C’est sa larve qui occasionne les dégâts sur le maïs. Le symptôme le plus typique d’une attaque de taupins est la présence de perforations circulaires de 1 à 2 mm au collet de la plante, signe que le ver est passé par là. La larve peut également s’attaquer aux graines en terre entraînant un flétrissement des plantules.

En culture de maïs bio, comment aider la plante la plante à résister à ce ravageur ? C’est pour répondre à cette question que des essais sont organisés cette année par la chambre d’agriculture en partenariat avec la FRcuma et les sociétés Corteva Agroscience  et Monosem. La visite d’une des quatre plates-formes du dispositif expérimental était organisée le 14 juin. Les membres du groupe Innov’cultures d’Idréa (Initiatives pour le développement rural et agricole) se sont retrouvés sur le terrain avec les autres participants. La revue Terra était également présente pour diffuser l’information.

Dans son article, Claire Le Clève reprend les propos de Clarisse Boisselier, agronome de la chambre d’agriculture : «  Si l’on veut un système robuste, il faut actionner plusieurs leviers ». La parcelle expérimentale visitée a bien montré de combiner plusieurs techniques pour obtenir une protection optimale contre le taupin. Le maïs a été implanté avec distribution sur le rang au moment du semis d’un insecticide bio en micro-granulés. Un produit qui agit par ingestion. Mais « le temps que le produit se mette en route, il faut détourner le taupin du maïs », rapporte le journal. C’est alors qu’interviennent les plantes appâts qui ont été semées en même temps que le maïs, en inter-rang. Du triticale ou de l’avoine semées avec un semoir monograine adapté pour l’occasion. Bouclier protecteur insecticide + plante appât, la combinaison technique anti-taupin est détaillée dans Terra.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Bio.

Les plus lus

La viande de porc biologique peine à trouver des débouchés
Les Marches
La viande de porc biologique continue de manquer de débouchés. La production est en net recul.
La viande bio subit une baisse de sa consommation
Les Marches
En plus de subir l’érosion du bio, Bretagne Viande Bio ressent le désintérêt des consommateurs pour la viande en général, un…
L'agriculture bio sous pression aussi aux États-Unis  
Les Marches
Le nombre d’hectares devraient diminuer pour plusieurs grandes cultures bio. Le gouvernement tente donc de relancer la transition…
Grandes cultures : quel avenir pour les aides à la bio ?
Grandes Cultures
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
Portail Reussir
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Grandes Cultures
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Publicité