Aller au contenu principal

Médicaments d’origines végétales : l’ANMV ouvre la voie de leur autorisation

L’Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) propose ce jour une méthode d’évaluation adaptée aux substances végétales à visées thérapeutiques, dont la mise en marché n’est pas autorisée pour l’instant.

http://intranet.reussir.fr/accueil0.asp
Pour le moment, la réglementation sur les médicaments vétérinaires ne permet pas l'enregistrement thérapeutique des plantes, extraits et huiles essentielles
© iteipmai

Alternatives aux médicaments allopathiques de synthèse (antibiotiques…), les préparations à base de plantes (phytothérapie) ou d’huiles essentielles (aromathérapie) sont de plus en plus utilisées pour soigner les animaux.

 

En revanche, elles ne sont pas autorisées au plan réglementaire, faute de pouvoir s’inscrire dans la procédure d’autorisation de mise en marché d’un médicament vétérinaire. Leurs prescripteurs et utilisateurs sont donc hors la loi.

 

Pour l’instant, la procédure réglementaire ne leur est pas adaptée.  Contrairement à un médicament de synthèse, les produits végétaux ont une composition diversifiée et variable. Il leur manque la fixation des limites maximales de résidus (LMR), à savoir les quantités maximales de substances actives du médicament restant dans la denrée consommée et qui sont sans risque pour le consommateur.

Face à ce constat, l’Agence nationale du médicament vétérinaire a mené une expertise  très détaillée (300 pages) qui vient d’aboutir à une proposition de déblocage du verrou des LMR.

L’ANMV propose une méthode d’évaluation pour les plantes déjà validées dans d’autres réglementations, pour celles habituellement consommées, pour celles autorisées comme compléments alimentaires, pour celles employées en médecine humaine et pour celles reconnues non toxiques pour l’être humain.

La prochaine étape à franchir avant leur inscription sur une liste « LMR-équivalent » est de faire reconnaitre cette approche au niveau de l’Agence européenne du médicament (Ema).

Le rapport examine également le cas des substances végétales à la toxicité avérée et celles pour lesquelles les données sont manquantes. Pour ces dernières, leur autorisation en médecine vétérinaire sera à examiner au cas par cas, à la lumière d’études complémentaires.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Grippe aviaire : Où se trouvent les foyers ? (mise à jour du 01 décembre 2022)
La rédaction de Réussir Volailles vous propose de visualiser sur une carte interactive la localisation des foyers d’influenza…
Décrypter une facture d'électricité
Comment choisir son fournisseur d’électricité pour son exploitation agricole
Signer un nouveau contrat de fourniture d’énergie électrique ne s’improvise pas et ne se décide pas dans l’urgence. Le choix…
Grippe aviaire : opération de « dédensification » lancée dans l’Ouest [mise à jour du 7 décembre]
Pour contrer l’accélération de l’épizootie d’influenza aviaire dans une zone couvrant l’est de la Vendée et l’ouest des Deux…
Poule pondeuse : Les ambitions de croissance du couvoir Lanckriet
Basée dans la Somme, la société d’accouvage Lanckriet veut se développer sur l’ensemble du territoire.
Aurélien Jouault, directeur des partenariats chez Opéra-Énergie
Contrat d'électricité pour votre élevage : « N’attendez surtout pas le dernier moment »
Opéra Énergie est une société de conseil et de courtage en énergies (gaz et électricité). Aurélien Jouault, le directeur des…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)