Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

L’œuf bio de la fourche à la fourchette

En côtes d’Armor, Denis Paturel a été un des moteurs du développement d’une production d’œufs structurée en filière, de la production des matières premières jusqu’à l’œuf conditionné et prêt à livrer.

Denis Paturel
© P. Le Douarin

Rien ne prédisposait particulièrement le costarmoricain Denis Paturel à faire une grande partie de sa carrière dans la production et la commercialisation des œufs bios. « A vingt ans, je voulais être inséminateur, mais à vingt ans mon chemin a bifurqué vers le métier de l’approvisionnement des agriculteurs en produits fertilisants et phytosanitaires », se remémore-t-il. Car avant d’être Bio, Denis a été un promoteur de l’agriculture conventionnelle, pure et dure, comme salarié dans une coopérative durant dix-huit ans. Sa lente évolution vers le Bio a commencé par un poulailler de 5000 pondeuses conventionnelles en plein air construit par son épouse Sylvie en 1987, à Pludual en Côtes d’Armor. « C’était les débuts de ce mode d’élevage et les premières années nous avons essuyé les plâtres, techniquement e économiquement. » C’est pour gagner mieux sa vie, et interpellé par la réussite de voisins agriculteurs en légumes Bio, que le couple décide de sauter le pas du Bio, en 1993 avec les poules et en 1994 avec les 13 ha de terres. « J’étais aussi un peu gêné aux entournures, car je me rendais compte des effets négatifs des produits dont je faisais la promotion. » C’est donc sans regret, et peut être avec un certain soulagement, qu’il quitte la coop en 1998. Mais il faut bien vivre et gagner sa croûte. Après que son épouse ait construit en 1997 un second poulailler de 6000 poules sur un second site, Denis crée la société Agrobio Europe en 1998, en partenariat avec le centre de conditionnement Trégor œufs de Tréglamus (22), près de Guingamp. Le centre apportait l’essentiel du capital et le débouché des œufs, Denis son expertise de la production d’œufs bio et celle de l’organisation de la production végétale acquise à la coopérative.

 

Le pied dans l’appro Bio puis la main dans le commerce

 

 « Nous avons réussi à convaincre des agriculteurs de se lancer en œuf Bio et à convertir leurs terres pour produire les céréales et des protéagineux destinés aux poules. Les fientes étaient aussi réutilisées sur les terres bio, résume Denis. C’était un modèle qui sécurisait les producteurs. Nous organisions les mises en culture et la production d’œufs avec le suivi technique et nous faisions en sorte d’ajuster l’offre et la demande. » Seul l’aliment était fabriqué à façon. Le concept convainc rapidement et en 2000, Agro Bio Europe investit dans une capacité de stockage de 5000 tonnes. Denis Paturel a été un des artisans du début de la structuration de filières longues Bio spécialisées en œuf. « Par la suite, le modèle a changé d’échelle avec l’implication des grands opérateurs coopératifs bretons » souligne -il. En effet, Agribio Europe avait un talon d’Achille, celui d’avoir un seul débouché pour le commerce de ses œufs. En 2006, le centre de conditionnement rencontre des difficultés, il change de capital et finit par être liquidé en septembre 2007. « Début 2007, le repreneur m’apprend que j’ai un an pour trouver de nouveaux débouchés », relate Denis Paturel. « Après avoir été salarié, éleveur et technicien-organisateur, il a fallu que j’apprenne vite le métier de commercial pour sauver la trentaine d’éleveurs qui m’avaient confiance. C’était ma responsabilité. » Il réussit à trouver des débouchés et à rétablir une situation saine et stable, mais la dynamique ne sera plus jamais la même. A la suite de l’arrêt du centre de conditionnement, Agribio Europe change aussi d’actionnaire majoritaire à partir de 2010. « J’étais toujours à l’opérationnel, mais je n’étais plus le maitre du jeu » relève Denis Paturel. En 2016, il quitte Agribio Europe sans regret, comme il s’y était engagé cinq ans auparavant. Aujourd’hui, il termine sa carrière en conseillant les éleveurs et les entreprises dans leur transition vers l’agriculture biologique. Il reste associé avec son fils Jérémy qui a repris l’exploitation des 12000 poules. Reconnu pour son expertise globale de la filière, Denis Paturel siège à l’Inao et au comité national de l’agriculture biologique (Cnab) comme « personnalité qualifiée » ; il représente le secteur œuf à la commission Bio du syndicat national des labels avicoles (Synalaf) ; il siège à la confédération française de l’aviculture (CFA) et à l’interprofession des œufs (CNPO). Enfin, depuis début 2019 il est le nouveau président d’Inter Bio Bretagne, la plateforme d’entreprises et acteurs bretons qui contribue au développement et la promotion de l’agriculture et des produits biologiques. Des postes qui le passionnent mais il compte bien passer le relais d’ici trois ans. « Place aux jeunes, mais ils ne sont pas légion. Nos métiers manquent d’éleveurs qui s’engagent… »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

L’influenza aviaire est hors de contrôle en Hongrie
Un sérotype H5N8 hautement pathogène de l’influenza aviaire a très largement diffusé dans le sud-ouest de la Hongrie, alors que…
Tristan Poincloux parle de P5 (5ème bâtiment) pour désigner sa nouvelle chaufferie à biomasse. " C'est comparable en matière d'investissement, de longévité et de rentabilité, mais avec beaucoup moins de temps passé." © P. Le Douarin
Avec sa chaudière à biomasse, Tristan Poincloux recherche de meilleures performances dans son poulailler
Spécialisé en poulet standard, Tristan Poincloux a investi pour réduire son coût de chauffage, mais aussi pour améliorer les…
Poulette non épointée en volière : il est important que les poulettes puissent appréhender au mieux leur environnement dès le jeune âge. © P. Le Douarin
Les conseils de l’Itavi pour limiter les risques de picage entre poules pondeuses
Le projet de recherche appliquée Casdar Epointage a permis d’élaborer un guide technique qui propose des actions pour limiter l’…
La voile repose sur un réseau de câbles tendus entre des poteaux latéraux à 4 mètres du sol © Deltex
Une volière pour protéger les canards mulards
Dans la Vienne, les frères Mitteault ont fait installer une volière pour leurs canards élevés en plein air, afin d’éviter de les…
Nouvelle éleveuse et ex-formatrice, Lucie Gantier fait profiter la filière œuf de sa maitrise de la communication positive sur les réseaux sociaux. © V. Bargain
« Le Covid-19 donne aux éleveurs une occasion de communication positive sur l’élevage avicole »
Pour Lucie Gantier, éleveuse de poules pondeuses plein air très engagée sur les réseaux sociaux, la crise sanitaire actuelle peut…
Éleveur et visiteur doivent se laver les mains soigneusement avant de revêtir l'équipement (charlotte, cotte et bottes) pour entrer dans la zone de vie des volailles. © Claire Jacquinet et Amandine ...
Règles de biosécurité : comment visualiser l’efficacité du lavage des mains
Grâce à une méthode pédagogique visuelle et pragmatique, une vétérinaire et une technicienne donnent un coup de jeune aux…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)