Aller au contenu principal
Font Size

Les Volailles d’Albret relance son parc label rouge

La coopérative landaise des Volailles d’Albret a fêté ses 50 ans d’indépendance et de gouvernance basée sur la proximité et l’innovation.

© volaillesdalbret.fr/volaillelabelrouge.com

Après avoir créé leur usine d’aliments Alibret en 2014, les Volailles d’Albret se lancent un autre défi. « Il faut profiter des 2 à 3 % de croissance de la production label rouge de ces trois dernières années pour se développer au-delà de notre propre renouvellement fixé à 15 bâtiments par an », a expliqué Luc Berginiat, son directeur, lors de la célébration des 50 ans de la structure, devenue coopérative en 1992. Hervé Labesque et son conseil d’administration ont validé une offre qui ouvre la porte à de nouveaux éleveurs ou permet d’agrandir des sites. Le but est de construire cinquante nouveaux bâtiments label en moins de deux ans.

Une offre packagée

Statiques à lanterneau, les bâtiments seront équipés d’une régulation automatique d’ambiance, d’une pesée automatique et d’une transmission des données d’élevage pour maximiser la qualité et les performances. Avec des aides à la construction, la recherche de performance, l’aliment maîtrisé, et un montage du dossier assuré, la coopérative entend drainer de nouveaux éleveurs aspirant à trouver des interlocuteurs proches de leurs préoccupations et capables de les assister dans cette nouvelle production.

Hervé Labesque, président des Volailles d’Albret, se montre confiant. "Notre structure peut réagir très vite grâce à sa taille optimisée. Nous apportons des réponses rapides aux éleveurs, sans distinction de taille et de moyens vis-à-vis des adhérents. Notre fierté d’éleveur, c’est de continuer à produire que de la qualité et de devenir un acteur incontournable. » C’est aussi, une façon de perpétuer l’œuvre entreprise par les fondateurs, présents à cet anniversaire et fiers de cette continuité.

 

50 ans d’indépendance

En 1964, une poignée d’éleveurs locaux s’engageaient à valoriser une production qualitative et à sécuriser leurs débouchés à travers l’association de défense du Poulet Bazadais. Sous l’égide de Claude Lalondrelle, son président fondateur, l’association s’est muée en Sica, avant de devenir la coopérative Les Volailles d’Albret en 1992. Les années 2000 verront la mise en œuvre d’une stratégie de modernisation et d’organisation tout en gardant les fondamentaux : proximité et réactivité envers les adhérents, structure à taille humaine, production régulière et qualitative pour ses clients.

Partenaire historique de l’abattoir de Bazas, la coopérative a su profiter des interlocuteurs successifs pour passer de 500 volailles par semaine à 100 000 actuellement avec LDC, arrivé en 1992.

En chiffres

200 adhérents sur six départements (Dordogne, Gers, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques)

22,9 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014 :

5,2 millions de volailles en 2014 (80 % Volailles Gascogne et 20 % Volailles des Landes)

34 000 tonnes d’aliment livrées par Alibret

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio
Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être…
Les canards Grimaud Frères sexés dans l’œuf dès 2021
Le sélectionneur Grimaud Frères a mis au point un procédé pour déterminer au stade embryonnaire le sexe des canards barbarie et…
Sur le modèle utilisé fin 2018 par Seleggt, les œufs contenant des mâles sont retirés par un bras automatique, après avoir subi le test de détection du sulfate d'œstrogène. © Seleggt
L’Itavi fait un état d’avancement des recherches sur l’ovosexage des poussins
Plusieurs solutions techniques de sexage de l’embryon de poulet in ovo sont en cours de développement dans le Monde, avec des…
 © P. Le Douarin
« Orvia commercialisera des canetons mulards ovosexés en 2021 »
Avec la finalisation du prototype de sexage in ovo de ses canetons, le président du groupe Orvia, Benoît Gourmaud, annonce une…
En développant la volaille traditionnelle chez les petits fermiers africains, comme ici en Éthiopie, l'objectif est d'apporter aux populations rurales une source de protéines et de revenu à travers les œufs et la viande.  © Hendrix Genetics
Sasso contribue au développement du poulet villageois en Afrique
Le sélectionneur de souches colorées Sasso est impliqué dans deux projets de développement de l’aviculture rurale africaine,…
Bernard Guignard a commencé à planter massivement en même temps  qu'il a fait construire. © L. Vuillen
Des poulets sous les cerisiers et les abricotiers
Dans la Drôme près de Romans sur Isère, Bernard Guignard a associé l’élevage des poulets label rouge de l’Ardèche avec la…
Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)