Aller au contenu principal

GPS, la plateforme qui croise santé animale et performances des lots de poulets

La plateforme de suivi épidémiologique GPS relie des indicateurs de santé aux résultats techniques des lots de poulets pour mesurer l’efficacité des mesures sanitaires, à l’échelle d’un élevage ou d’un groupement.

poulet lourd sur perchoir
Utilisée depuis 2019 au sein du groupe LDC, la plateforme intranet GPS centralise les données techniques et de santé de lots de poulets.
© A. Puybasset

Utilisée depuis 2019 au sein du groupe LDC, la plateforme intranet GPS centralise les données techniques et de santé de lots de poulets. Initialement créée pour la surveillance épidémiologique des virus de la bronchite infectieuse (BI) et de la maladie de Gumboro, – deux maladies à impact économique majeur –, elle permet de faire le parallèle entre la circulation des virus sur le terrain et les performances en élevage, afin d’adapter les plans de prévention.

Lire aussi : Automatiser la détection sonore des symptômes respiratoires des volailles

Elle intègre désormais les données de l’ensemble des lots de poulets abattus au sein du groupe LDC. Avec son tableau de bord à entrées multiples et une présentation sous forme de cartographies, cet outil de pilotage facilite l’interprétation des résultats, un travail qui était jusqu’à présent fait manuellement à l’aide de tableurs.

Des cartographies avec code couleur des lots, par exemple l'indice de performances à l'échelle d'un groupement (en haut) et les bilans de sérologie sur la BI (en bas).
Des cartographies avec code couleur des lots, par exemple l'indice de performances à l'échelle d'un groupement (en haut) et les bilans de sérologie sur la BI (en bas) offrent une vue synthétique des données..

« Accessible en interne par l’ensemble des organisations de production et en externe par les vétérinaires qui suivent les lots en élevage, la plateforme permet le partage, en toute transparence, d’un même niveau d’information et un gain de temps, dans un objectif global d’amélioration de la filière de production de poulets », explique Xavier Gautier, vétérinaire et responsable qualité du pôle amont de LDC.

Des cartographies avec code couleur des lots, par exemple l'indice de performances à l'échelle d'un groupement (en haut) et les bilans de sérologie sur la BI (en bas).

Monitoring de la circulation virale

La plateforme est alimentée à partir de données d’élevages recueillies par les OP : indicateurs techniques (indice de performance, indice de consommation, poids et âge d’abattage), économiques (marge poussin-aliment) et sanitaires (taux de saisies et de mortalité, part de lots non traités). « Les données épidémiologiques (analyses par sérologie pour la BI et par PCR avec séquençage pour la maladie de Gumboro) sont quant à elles issues du plan de surveillance en continu réalisé dans cinq abattoirs du groupe, situés dans le Grand Ouest (six lots analysés par semaine) », explique le vétérinaire. Elle regroupe aussi les résultats des audits qualité réalisés au couvoir. L’accès à certaines données confidentielles est limité selon le type d’utilisateur (marge PA, données couvoir, par exemple).

Prioriser les axes de prévention sanitaire

La plateforme GPS offre différents niveaux lectures. Elle présente une vue synthétique d’un groupe d’élevages liés à un opérateur ou d’une zone géographique, tout en donnant la possibilité de cibler individuellement un élevage. Par exemple, l’outil peut servir à vérifier la qualité de la vaccination à l’échelle d’un couvoir ou d’un groupement, à suivre la circulation des virus sauvages, à démontrer l’efficacité d’un vaccin…

Élargir la base des données

Pour Julien Flori, vétérinaire de Chêne Vert Conseil, cette plateforme de gestion des données ouvre la voie du suivi sanitaire de génération 2.0. « C’est un superbe outil, une mine d’or, à mieux exploiter par les vétérinaires pour améliorer le suivi sanitaire. Face à l’afflux de données, il y a probablement un travail de pédagogie pour les aider à se l’approprier. L’enjeu est aussi de l’enrichir à partir de nos propres données sanitaires. Les vétérinaires du groupe Chêne Vert y sont disposés ! »

Jocelyn Marguerie, vétérinaire du groupe Réseau Cristal

« Un outil qui facilite le pilotage de la maladie et de la prise vaccinale »

 

 
Jocelyn Marguerie, vétérinaire en volailles du groupe Réseau Cristal
Jocelyn Marguerie, vétérinaire du groupe Réseau Cristal © P. Le Douarin

« La plateforme GPS est un outil d’aide au diagnostic pour le vétérinaire ou le technicien. Il rentre dans la gestion globale de la santé de l’élevage. En croisant les données épidémiologiques et technico-économiques, il facilite le pilotage de la maladie et de la prise vaccinale, en complément des autres sources de données de santé dont nous disposons (analyses du laboratoire, prescriptions, audit). Je m’en sers aussi dans la préparation du bilan sanitaire annuel en élevage. L’analyse des données à l’échelle d’un couvoir ou d’une OP est utile pour proposer des axes d’amélioration pour l’année à venir (par exemple, le renforcement de la prévention vaccinale sur une pathologie). »

Les résultats des lots visualisés sur des cartographies

 

 
Xavier Gautier, vétérinaire et responsable qualité du pôle amont de LDC
Xavier Gautier, vétérinaire du groupe LDC : « La plateforme permet le partage, en toute transparence, d’un même niveau d’information et un gain de temps. » © A. Puybasset

Le portail intranet de la plateforme GPS, doté d’un accès personnalisé et sécurisé, se présente sous forme d’un tableau de bord avec quatre onglets : résultats techniques, évolutions des indicateurs, qualité de la vaccination, analyses sérologiques. Pour chaque critère sélectionné (technique ou de santé), les résultats des lots abattus sur une période donnée sont différenciés par des codes couleurs sur une carte géographique, ce qui facilite la lecture. Il est possible de faire des tris à choix multiples pour filtrer selon l’organisation de production, le couvoir, le fabricant d’aliment et de réaliser une analyse dynamique dans le temps.

Les plus lus

En 2022, le poulet lourd non sexé a encore amélioré sa marge brute (+88 en deux ans), dépassant même le lourd sexé.
Enquête avicole : Les marges des volailles de chair ont grimpé en 2022

L’enquête avicole des chambres d’agriculture portant sur les lots de volailles de chair abattus en 2022 en Bretagne, Pays de…

Éric Dumas, président du Cifog : « Nous demandons la prolongation de la campagne de vaccination des canards ainsi que la poursuite de l’accompagnement financier de ...
La filière foie gras se remplume

Le secteur du foie gras retrouve l’optimisme avec le retour d’une offre sanitairement maîtrisée et la montée en gamme des…

L’atelier avicole facilite la transmission de l'exploitation

Lors du recensement agricole de 2020, il a été demandé quel serait le devenir de l’exploitation à horizon trois ans lorsque l’…

pour entrée si besoin
La hausse de l’âge des exploitants avicoles devient préoccupante

L’analyse des données du recensement agricole 2020, réalisée par l’Itavi fin 2023, montre que comparativement aux autres…

Bureaux de MHP à Kiev. L'accord avec l'UE profitera surtout aux actionnaires de MHP et peu au peuple ukrainien.
137 000 tonnes de filets de poulet ukrainien sans droits

La prolongation des mesures commerciales autonomes pour l’Ukraine a finalement été largement validée par les eurodéputés le 23…

Olivier Mevel est enseignant maître de conférences à l’université de Bretagne occidentale en sciences de gestion, commerce, logistique et distribution. Il est aussi ...
Olivier Mével : « La filière du poulet label rouge devrait se réarmer ! »

Selon Olivier Mevel, consultant en stratégie et marketing des filières alimentaires, la filière Label rouge souffre d’un…

Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)