Aller au contenu principal

Épamprage et désherbage sélectif
Sélectif d´Avidor ne pulvérise qu´en présence de végétaux

Le « Sélectif » d´Avidor, détecteur optique, permet, lors de la pulvérisation, de ne traiter que la végétation « cible ». Utilisable pour l´épamprage ou le désherbage, c´est un atout environnemental certain qui peut réduire jusqu´à quatre fois les doses appliquées.


Les volumes par hectare se réduisent et des économies sont possibles, tout en protégeant l´environnement, lorsque le traitement cible uniquement le végétal à détruire ou à fertiliser. La Chambre d´agriculture de l´Aude a organisé une démonstration du dispositif « Sélectif »(1) développé par Avidor. Deux appareillages ont été présentés : un équipement attelé à l´avant d´un tracteur pour effectuer de l´épamprage et un autre sur un quad pour désherber sous le rang de vigne.
La tête de l´appareil se compose d´un détecteur optique (capteur infrarouge), d´une connexion entre les têtes et le boîtier de commande, d´une buse de traitement et d´une diode de contrôle d´activation de la pulvérisation. L´objectif du capteur infrarouge de la tête est de détecter la végétation qui doit recevoir le produit.
Le rayon infrarouge fait la distinction entre la surface foliaire et le sol grâce à la différence de lumière reflétée soit par la plante soit par les autres éléments environnants.
Ainsi, le « Sélectif » déclenche la pulvérisation lorsqu´il détecte la présence d´une plante du fait de la diminution de la luminosité, celle-ci étant absorbée par la chlorophylle. Le conducteur du tracteur ou du quad peut sélectionner la sensibilité de détection du système en fonction de la cible à atteindre et de la densité de végétation.
Le système de détection des plantes se règle avant les applications de façon à établir un « point zéro » qui fixe le point de détection et donc de déclenchement de la pulvérisation. Le dispositif, alimenté par la batterie du véhicule, détecte les plantes à 30 cm du sol et réalise un spectre de couverture de 45 cm de largeur.
Pour l´épamprage, les deux têtes peuvent se fixer à l´avant du tracteur et recevoir éventuellement des buses anti-dérives.©J.-J. Biteau

Jusqu´à quatre fois moins de volume
Il existe trois vitesses de détection réglables depuis le boîtier de commande pour répondre aux différentes vitesses d´avancement : 5, 10 et 15 km/heure. Selon le technicien d´Avidor, « il est possible de réduire par quatre le volume apporté, avec une vitesse de déplacement d´environ 10 km/heure, conseillée avec un quad et une détection précise de l´application ».
Actuellement, le « Sélectif » est présent, en France, à une cinquantaine d´exemplaires dont une quarantaine en viticulture, surtout dans les Pays de la Loire. Il est monté sur tracteur enjambeur. Cet ensemble est compatible au positionnement global par satellite (GPS) de façon à effectuer une détection plus précise, adaptée à la vitesse réelle de déplacement. Le prix catalogue des deux têtes de détection et de pulvérisation, associées au boîtier de commandes, est d´environ 5000 euros HT.
La pulvérisation se déclenche uniquement si le capteur infrarouge détecte une plante. Le produit n´est pulvérisé que sur le végétal détecté. ©J.-J. Biteau

(1) Récompensé par un Sival d´Or en 2004 et par un trophée mis en place depuis deux ans par la lettre professionnelle : l´internet agricole & nouvelles technologies (Groupe TV Agri).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole