Aller au contenu principal

Pourriture acide : des doutes sur la responsabilité de la drosophile suzukii

La présence de Drosophila suzukii a été confirmée en Bourgogne et en Alsace. Est-elle, pour autant, responsable des dégâts de pourriture acide constatés dans le vignoble français ? La chose n’est pas avérée.

Originaire d’Asie du Sud-est, drosophila suzukii pond dans des fruits sains en cours de maturation ou mûrs. Elle est surtout connue pour causer 
d’importants dégâts sur les fruits rouges. Elle a été repérée en France pour la 
première fois en 2010.
Originaire d’Asie du Sud-est, drosophila suzukii pond dans des fruits sains en cours de maturation ou mûrs. Elle est surtout connue pour causer
d’importants dégâts sur les fruits rouges. Elle a été repérée en France pour la
première fois en 2010.
© DR

Drosophila suzukii, cet insecte d’origine asiatique, dont la présence est désormais confirmée dans certaines zones du vignoble français, a fait le buzz durant toute la période des vendanges. Mais les accusations dont elle a pu faire l’objet quant aux attaques de pourriture acide constatées ici ou là, ne sont pas, elles, confirmées. “ Nous avons piégé et identifié des drosophiles suzukii, un peu partout dans le vignoble alsacien ”, indique Céline Abidon, de la chambre d’agriculture de la région Alsace. “ Certes, cette année est marquée par la piqûre acétique. Mais les conditions du millésime s’y prêtaient. Il est donc difficile d’établir la part de responsabilité de la suzukii sur cette question. ” 2014, compte tenu de la météorologie, restera comme une année à drosophiles, renchérit Eve Gueydon du BIVB (Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne). “ Pour la première fois, cette année, nous l’avons identifié en Bourgogne. Nous avons quelques dégâts de pourriture acide mais qui restent localisé et qui ne mettent pas la vendange en péril. Mais il est impossible à ce jour de faire un lien entre suzukii et la pourriture acide, d’autant plus que celle-ci n’est pas majoritaire par rapport à la drosophile melanogaster qui est classiquement responsable de ces attaques. ”


Pas de présence avérée dans le Bordelais


Du côté de Bordeaux, la présence de suzukii n’est pas avérée. “ Nous avons bien vu partir quelques foyers de pourriture acide mais ce n’est pas la première fois et ceux-ci restent limités. L’état de la vendange, grâce aux conditions météo est plutôt satisfaisant. Nous nous posons bien évidemment la question de la présence de suzukii dans le vignoble et nous allons travailler avec des entomologistes pour la reconnaître. Mais il semblerait, compte tenu de son comportement, à savoir qu’elle mange entièrement les baies qu’elle serait plutôt responsable d’une perte de récolte que des attaques de pourriture acide ”, indique Carine Delacroix, conseillère viticole à l’Urablt (Union régionale agricole de Branne-Libourne-Targon). À noter toutefois que la Draaf Aquitaine a lancé une enquête (1) auprès des vignerons afin de préciser le niveau d’attaque de pourriture acide et les secteurs concernés. “ On parle beaucoup de suzukii mais, dans le vignoble saumurois, c’est essentiellement melanogaster qui est retrouvée ”, constate Nicolas Rubin, de la chambre d’agriculture du Maine-et-Loire. “ Nous sommes néanmoins en train de la rechercher dans le raisin atteint de pourriture acide. Un phénomène qui reste limité à quelques parcelles même si celui-ci est récurrent depuis quelques années. ”


(1) https://docs.google.com/ forms/d/1US-BuVVRa0m-YGI5NdR9T35E3N87C6JFlLg_hZj1vw4/viewform

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole