Aller au contenu principal

" Le consommateur doit être informé de la présence de saccharose dans le vin " estime Marco Bertagni

Trois questions à Marco Bertagni, lobbyiste italien.

Marco Bertagni, représentant la filière de production des moûts et jus de raisin, demande à ce que l’étiquetage du saccharose soit obligatoire.
Marco Bertagni, représentant la filière de production des moûts et jus de raisin, demande à ce que l’étiquetage du saccharose soit obligatoire.
© DR

Marco Bertagni est un lobbyiste italien à l’initiative de la création de Must, un réseau européen des producteurs de moûts et jus de raisin, représentant 80 % des industries européennes du secteur, selon sa propre évaluation.


Pourriez-vous nous rappeler l’influence économique qu’a eue la réforme de 2008 sur la production de moûts et de jus ?


En 2010-2011, la production européenne de moûts et jus de raisin s’élevait à 4,6 millions d’hectolitres. Elle est tombée à 3,3 millions d’hectolitres en 2012-2103. La baisse la plus importante concerne les moûts concentrés rectifiés (MCR) utilisés pour l’enrichissement.


Must demande à ce que l’utilisation de saccharose soit inscrite sur l’étiquette. Est-ce que cela peut influencer le choix des consommateurs ?


Nous pensons que le consommateur doit être informé que le vin qu’il achète, a été produit avec
un ingrédient qui n’a rien à voir avec le raisin.
Nous pensons qu’une fois informé, il pourra revoir son choix et se tourner vers des vins, peut-être plus chers, mais qui sont faits uniquement avec des dérivés du raisin.


Quelle action comptez-vous mener ?


Nous avons formulé notre demande en matière d’étiquetage dès 2009. Nous nous efforçons d’introduire cette règle dans le cadre de la rédaction de la nouvelle OCM, si cela n’est pas possible nous demanderons une modification des règles d’étiquetage du vin.
Nous rencontrons certaines difficultés à fédérer les États autour de nos positions. Ceux où la
chaptalisation est interdite devraient a priori être derrière nous. Mais ils ont adopté une position assez floue parce qu’ils ont peur que l’étiquetage du sucre soit un premier pas vers
l’étiquetage d’autres produits exogènes au raisin et que la filière préfère cacher. Il est quelque part frustrant de voir la réglementation européenne clamer haut et fort défendre la transparence pour les consommateurs et qu’il n’en est rien dans la réalité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole