Aller au contenu principal
Font Size

" Le consommateur doit être informé de la présence de saccharose dans le vin " estime Marco Bertagni

Trois questions à Marco Bertagni, lobbyiste italien.

Marco Bertagni, représentant la filière de production des moûts et jus de raisin, demande à ce que l’étiquetage du saccharose soit obligatoire.
Marco Bertagni, représentant la filière de production des moûts et jus de raisin, demande à ce que l’étiquetage du saccharose soit obligatoire.
© DR

Marco Bertagni est un lobbyiste italien à l’initiative de la création de Must, un réseau européen des producteurs de moûts et jus de raisin, représentant 80 % des industries européennes du secteur, selon sa propre évaluation.


Pourriez-vous nous rappeler l’influence économique qu’a eue la réforme de 2008 sur la production de moûts et de jus ?


En 2010-2011, la production européenne de moûts et jus de raisin s’élevait à 4,6 millions d’hectolitres. Elle est tombée à 3,3 millions d’hectolitres en 2012-2103. La baisse la plus importante concerne les moûts concentrés rectifiés (MCR) utilisés pour l’enrichissement.


Must demande à ce que l’utilisation de saccharose soit inscrite sur l’étiquette. Est-ce que cela peut influencer le choix des consommateurs ?


Nous pensons que le consommateur doit être informé que le vin qu’il achète, a été produit avec
un ingrédient qui n’a rien à voir avec le raisin.
Nous pensons qu’une fois informé, il pourra revoir son choix et se tourner vers des vins, peut-être plus chers, mais qui sont faits uniquement avec des dérivés du raisin.


Quelle action comptez-vous mener ?


Nous avons formulé notre demande en matière d’étiquetage dès 2009. Nous nous efforçons d’introduire cette règle dans le cadre de la rédaction de la nouvelle OCM, si cela n’est pas possible nous demanderons une modification des règles d’étiquetage du vin.
Nous rencontrons certaines difficultés à fédérer les États autour de nos positions. Ceux où la
chaptalisation est interdite devraient a priori être derrière nous. Mais ils ont adopté une position assez floue parce qu’ils ont peur que l’étiquetage du sucre soit un premier pas vers
l’étiquetage d’autres produits exogènes au raisin et que la filière préfère cacher. Il est quelque part frustrant de voir la réglementation européenne clamer haut et fort défendre la transparence pour les consommateurs et qu’il n’en est rien dans la réalité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole