Aller au contenu principal

Génétique
Un gain d’1,3 porcelet sevré pour la Naïma 2.0 de Choice

En intégrant de nouveaux critères de sélection en 2014, Choice a augmenté la prolificité de sa truie Naïma 2.0 tout en améliorant ses capacités laitières et la qualité des porcelets.

En quatre ans de sélection, les lignées pures dont sont issues les truies Naïma 2.0 ont gagné simultanément un porcelet né vif et plus d’un sevré par portée. Ce résultat est le fruit d’une réorientation des critères de sélection, opérée en 2014. « L’objectif était de mettre l’accent sur la qualité, l’autonomie et la rusticité du porcelet sevré, et de proposer une truie Naïma 2.0 qui puisse s’adapter à tous les types d’élevages, en phase avec les objectifs de bien-être de l’animal et de l’éleveur (temps de travail), de robustesse et de résilience. » Pour l’ingénieur R & D Pierre-Yves Lannuzel, « l’amélioration de la prolificité ne doit pas se faire au détriment de la qualité des porcelets. Notre approche est d’améliorer le nombre de porcelets sevrés par leur mère biologique. » Pour y parvenir, cinq nouveaux critères de sélection ont été introduits : la qualité des nés vifs, le poids et l’homogénéité à la naissance, le poids au sevrage, le nombre de tétines et la production de lait et de colostrum. Lors d’une réunion d’éleveurs organisée fin février 2019 dans le Finistère, Choice a dévoilé les performances 2018 de ses lignées pures. En quatre ans, le nombre de porcelets nés-vifs a progressé d’1 porcelet sans détériorer le poids du porcelet à la naissance qui se maintient à 1,4 kg (contre 1,35 kg en 2014). Le poids de portée à la naissance a grimpé de 2 kg pour atteindre 21 kg, signe de l’amélioration des qualités utérines de la truie. En parallèle, la truie a gagné une tétine (soit 15,8 en moyenne) pour pouvoir allaiter le porcelet supplémentaire. Enfin, la sélection sur la capacité laitière des truies et la production de colostrum a permis d’atteindre 13,2 porcelets sevrés/portée (+1,3) en lignées pures, tout en améliorant le poids des porcelets sevrés de 240 g (7,7 kg). Au final, le poids de portée au sevrage a grimpé de 13 kilos.

Recours à de nouvelles technologies de « rupture »

Choice a par ailleurs renforcé sa sélection sur les critères de production. La filiale porc du sélectionneur multiespèces groupe Grimaud s’adosse à de nouvelles technologies, telles que l’imagerie (qualité de carcasse) et les système DAC (indice de consommation, croissance). « En cinq ans, l’âge à 115 kg sur des lignées femelles (M6 Landrace) a diminué de 7 jours, tandis que l’épaisseur de muscle a progressé de 4 mm quand celle de gras a diminué de 2,5 mm. » Les puces RFID sont aussi utilisées pour sélectionner sur la robustesse via la collecte de données de frères et sœurs de lignées pures en élevages de production.

Ces efforts de sélection commencent à porter leurs fruits sur le terrain. « Les résultats GTTT 2018 des élevages utilisateurs de la truie Naïma2.0 (moyenne du tiers supérieur) montrent un poids de portée au sevrage de plus de 100 kg, un nombre de porcelets sevrés par truie réformée supérieur à 80, avec un taux de renouvellement des truies de 36 % », a présenté le directeur des ventes Arnaud Guérin.

Les ventes de Naïma 2.0 ont progressé de 13 % depuis 2016, pour atteindre 35 000 cochettes en 2018, avec une part de marché revendiquée de 15 % en France.

Une offre de lignées mâles qui s’étoffe

Après son verrat Excelium, lancé début 2017, qui se distingue par son efficacité alimentaire, Choice a annoncé la mise en tests dans les prochains mois de trois nouvelles lignées mâles sur le marché français. Il s’agit du P81, venant des États-Unis, qui se caractérise par un très bon IC et des animaux très calmes, adapté à des élevages souhaitant arrêter la coupe des queues. Les deux autres (P26 et P50) sont de race Duroc et destinés à des marchés différenciés, notamment sur la qualité de viande.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)