Aller au contenu principal
Font Size

Rentabilité des exploitations
Trois raisons pour investir dans les bâtiments d’élevage

Le CER France Côtes-d’Armor démontre sous trois angles différents que la relance des investissements est une nécessité pour maintenir la compétitivité des élevages.

Les investissements réalisés en élevage ces dernières années n’ont pas permis d’assurer un renouvellement suffisant des outils de production. Un constat réalisé lors d’une matinale organisée le Cerib (1) et les entreprises bretonnes spécialisées dans les produits béton à Saint-Brieuc le 4 octobre dernier, et qui milite en faveur d’une relance des constructions de bâtiments d’élevages. Georges Douguet, économiste au CER France Côtes d’Armor, a mis en avant l’intérêt d’investir en argumentant sur trois points essentiels dont l’objectif final est d’assurer la compétitivité des exploitations.

1 Améliorer la technicité

La baisse de 0,22 point d’indice de consommation global en dix ans (de 2006 à 2016) équivaut à une diminution du coût de production de 3,3 centimes par kilo de carcasse. Dans le même temps, la productivité a augmenté de 3,3 porcs par truie, pour atteindre 26 porcs vendus par truie et par an (critère CER France). « Logiquement, la moyenne devrait atteindre le niveau de performances des 10 % meilleurs actuels dans les dix prochaines années, soit 29 à 30 porcs par truie », analyse Georges Douguet. Une course à la performance rendue nécessaire par la corrélation démontrée entre la technique et l’économie. Mais pour cela, il faut investir. Une étude réalisée par le centre de gestion à partir des résultats Bretagne de 2014 démontre que les meilleurs résultats techniques sont obtenus dans les outils les plus récents, ayant le plus de capital d’exploitation (4 073 euros par truie pour les meilleurs techniquement contre 3 133 € pour les moins bon). Ce groupe se distingue par un meilleur coût de revient (+ 8 c/kg de carcasse par rapport aux élevages ayant les moins bons résultats techniques), un taux d’endettement plus faible (- 6 %) et une trésorerie nette globale moins déficitaire (+ 16 € par truie). « Un éleveur a quatre fois plus de chance d’avoir de meilleures performances économiques avec de bons résultats techniques », précise l’économiste. « La technique n’est pas le seul critère de la performance économique, mais elle permet de mieux résister aux crises ».

2 Renouveler l’outil de production

L’âge moyen du parc bâtiment est de 22 ans. Les investissements réalisés ces dernières années n’ont pas suffi à maintenir les outils de production en bon état. « Alors qu’entre 1990 et 1992, on investissait 33 centimes par kilo de carcasse en euros constants, les investissements se sont situés en 2015 et 2016 entre 9 et 11 centimes par kilo, après un pic à 16 centimes en 2015 et 2016 lié aux mises aux normes bien-être », déplore Georges Douguet. Toujours selon l’étude du CER France réalisée en 2014, les éleveurs qui ont investi le plus ont un coût de revient identique à la moyenne (1,56 €/kg de carcasse), malgré un capital d’exploitation ramené à la truie presque deux fois plus élevé que la moyenne (6 032 €, contre une moyenne de 3 688 € par truie), et un niveau de dettes totales nettement supérieur (166 €/100 kg contre 105 € pour la moyenne). « Mais ce sont de bonnes dettes, qui assurent de meilleures performances techniques, une meilleure cohérence de la chaîne de bâtiments et une amélioration des conditions de travail. Ces investissements permettent également une meilleure image de la production et un attrait renforcé du métier pour les plus jeunes. »

3 Avoir des bâtiments économes en énergie

Alors que la part des bâtiments et des équipements dans le coût de production est stable (11,7 % en moyenne sur cinq ans), celle de l’énergie ne cesse d’augmenter. Entre 2007 et 2016, les dépenses de gaz et d’électricité sont passées de 2,5 à 4,2 centimes pour 100 kg de carcasse. « Ce poste devient plus important que le montant des frais financiers depuis trois ans », prévient Georges Douguet, qui souligne que le choix de s’engager vers des économies d’énergie sera de plus en plus rentable.

(1) Le Cerib est un centre technique industriel de recherche et d’innovation créé en 1967 à la demande de la Fédération de l’industrie du béton. Il exerce son activité entre essais et évaluations, études et recherches, normalisation et certification, appui technique et transfert de connaissances, et dispose d’un centre de formation.

Le PCAEA booste les investissements

En 2016, les aides PCAEA ont été de 16,1 millions d’euros pour le porc en Bretagne, pour un montant d’investissement de 48,9 millions d’euros. « C’est de l’argent engagé par l’Europe, l’État et la Région, pour aider les agriculteurs à moderniser leurs bâtiments dans le but de produire mieux et moins cher », a rappelé Olivier Allain, vice-président de la région Bretagne en charge de l’agriculture, en introduction à la matinale du Cerib. « Un euro de PCAEA, c’est 6,25 euros d’investissement dans les élevages. Ces aides constituent la plupart du temps le coup de pouce qui décide l’éleveur d’investir. » Lors de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron s’était engagé à consacrer cinq milliards d’euros au soutien de l’agriculture française (voir Réussir Porc juin 2017, page 12). Pour Olivier Allain, également coordinateur des États généraux de l’alimentation, l’objectif est toujours d’actualité. « Nous avons pris du retard dans la modernisation de nos exploitations par rapport à nos concurrents. Une dynamique d’investissement est nécessaire pour maintenir les élevages dans nos régions. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)