Aller au contenu principal

Olivier Allain, délégué à l’agriculture du programme d’Emmanuel Macron
"Ramener de la valeur ajoutée vers les producteurs"

Le programme agricole d’Emmanuel Macron fait la part belle à la relance des filières en difficulté, grâce notamment à une meilleure répartition des marges et une amplification des aides à la modernisation du parc bâtiment.

Olivier Allain. "La convergence sociale et fiscale au niveau européen doit se faire."
© D. Poilvet
L’objectif numéro un du programme agricole d’Emmanuel Macron est de "garantir des prix justes pour que les agriculteurs puissent vivre de leur travail". Par quels moyens y parvenir ?

Le fait que le prix de vente ne couvre pas le coût de production est un véritable scandale. L’objectif d’Emmanuel Macron est de ramener de la valeur ajoutée des distributeurs vers les producteurs. Pour cela, le gouvernement organisera des états généraux de l’alimentation avec les représentants des agriculteurs, des industries de la transformation, de la distribution et les associations de consommateurs, afin de définir un partage équilibré de la valeur. Le coût de production sera un indicateur essentiel dans ce dispositif, sans qu’il soit coercitif. L’augmentation du prix payé aux producteurs n’a pas d’effet inflationniste sur les produits alimentaires. Depuis un an, le cours au MPB a augmenté de 50 %, mais le consommateur ne s’en est pas rendu compte.

La contractualisation entre les éleveurs, les abatteurs et/ou les distributeurs est-elle une solution ?

Pourquoi pas, tant qu’il répond à l’objectif d’atteindre un prix de vente suffisant pour garantir un revenu. Mais il est difficile de tirer des conclusions avant de débattre. Le gouvernement attendra des positions claires de la production sur ce sujet. Emmanuel Macron souhaite avant tout un travail de co-construction.

Emmanuel Macron veut aussi relancer l’Europe. Quels bénéfices peuvent en tirer les éleveurs ?

L’Europe peut actionner des outils de régulation adaptés à chaque filière en période de crise, mais cela prend souvent trop de temps. Il faut qu’elle ait plus de réactivité pour répondre au plus vite aux besoins des éleveurs. Par ailleurs, la convergence sociale et fiscale au niveau européen doit se faire. C’est vital pour que notre secteur agro-alimentaire retrouve de la compétitivité. Sur ce point, les prochaines élections allemandes qui auront lieu en septembre seront déterminantes.

Vous avez activement soutenu les aides PCAEA à la région Bretagne où vous étiez vice-président en charge de l’agriculture. Ces aides vont-elles continuer ?

Emmanuel Macron a proposé de lancer un plan de transformation agricole de cinq milliards d’euros sur cinq ans pour accompagner la modernisation des exploitations agricoles. Le parc bâtiment de la filière porc est ancien. Sa modernisation est vitale pour améliorer la rentabilité des exploitations, par de meilleures performances techniques et une baisse des coûts énergétiques. Elle doit aussi avoir un impact positif sur l’environnement et le bien-être animal afin de répondre aux souhaits des consommateurs. Ce plan sera géré au niveau des régions qui drainent les fonds européens Feader et ceux de l’État. Il sera négocié avec la profession.

Le droit au chômage pour tous, une proposition clé du candidat Macron, s’applique-t-il aux agriculteurs ?

L’objectif d’Emmanuel Macron est que tout le monde ait accès aux indemnités chômage, y compris les agriculteurs qui doivent arrêter de travailler. La cessation d’activité dans le milieu agricole est un sujet douloureux. Mais il est bien présent, notamment en période de crise.

Vous voulez aussi lancer une grande loi foncière. Pourquoi ?

Nous voulons renforcer la transparence des transactions agricoles en soumettant toutes les sociétés foncières au contrôle des Safer. L’objectif est d’éviter l’accaparement des terres par certaines de ces sociétés afin de mieux les répartir, notamment vers les exploitations porcines qui ont besoin d’accroître leur lien au sol.

L’augmentation du cours au MPB n’a pas eu d’effet inflationniste dans les rayons
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La végétation (ici un mélange moha –trèfles) est bien consommée par les animaux.
Un éleveur bio expérimente le pâturage des porcs charcutiers
Carl Sheard est éleveur de porcs bio dans la région des Pays de la Loire. Il expérimente la pratique du pâturage des porcs en…
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
"Plus de bien-être animal, moins d’impact environnemental dans notre élevage de porcs"
L’EARL de la Foutelais approvisionne la société Bordeau Chesnel en porcs charcutiers engraissés dans un bâtiment alternatif de…
Le nouveau bloc maternité de la Scea Binard se compose de deux salles de 90 places équipées de cases maternité « bien-être » pour un investissement total de 7 200 euros par place (dont un surcoût lié au terrassement).
Deux salles maternités de 90 places de truies conçues pour le confort de travail
La Scea Binard vient d’investir dans un bâtiment maternité doté de deux grandes salles de 90 places. Les associés de l’…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Kevin et Benjamin Coupu ont saisi l’opportunité d’un nouveau débouché de valorisation pour investir dans un bâtiment d’engraissement alternatif de porcs sur paille avec un raclage en V des déjections.
Jeune installé en porc : « Devancer les contraintes pour en faire des opportunités »
Kevin et Benjamin Coupu sont installés depuis 2018 sur l’exploitation familiale. Ils ont repris en complément une ferme voisine…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)