Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L’offre en cases maternité liberté s’étoffe

Dans les halls 7 et 8 du Space, les cases mise bas liberté ont constitué l’un des principaux points d’intérêt des éleveurs. Beaucoup de ceux qui ont un projet de construction de maternité intègrent désormais ce type équipement dans leur réflexion.

Pas moins de sept entreprises ont présenté un modèle de case mise bas liberté au Space. Certaines cases commercialisées dans les pays de l’Europe du Nord ont déjà du recul quant à leur fiabilité et leur efficacité. Les fabricants exclusivement français ont fait évoluer leur modèle depuis l’année dernière en le mettant en test dans des élevages de production. La grande nouveauté de cette année concerne à la fois Galvelpor et I-Tek, qui ont présenté une case liberté couplée à un système d’ascenseur permettant d’éviter les écrasements durant les premiers jours de lactation.

La case Welsafe Flex d’Aco-Funki optimise les surfaces

La case mise bas liberté conçue par Aco-FUnki permet une bonne occupation de l’espace, grâce notamment à son auge d’angle qui libère de la place de chaque côté des bat-flancs. Cette conception permet à l’éleveur d’entrer dans la case sans être en contact direct avec la truie. Elle dispose également d’une porte large pour faire entrer facilement l’animal. Le nid spacieux est équipé d’une trappe-guillotine pour bloquer facilement les porcelets. Un premier élevage de 750 truies a été équipé avec ces cases dans le Morbihan (voir Réussir Porc, février 2017, page 29).

Big Dutchmann ouvre en grand les bat-flancs de sa case liberté

La cage permettant de bloquer la truie durant la mise bas dispose d’un portillon arrière surdimensionné, permettant d’élargir facilement cette partie quand l’éleveur veut libérer la truie. Par ailleurs, le bat-flanc situé du côté du nid à porcelet s’élargit également par l’avant de la case. La truie bénéficie de ce fait d’une liberté de mouvement optimale.

Maternidtek, la case innovante d’I-Tek

I-Tek a conçu une case mise bas liberté qui regroupe un nombre important d’innovations. Les premiers jours de la mise bas sont sécurisés grâce à l’élévation de la truie. Les cloisons en contact avec la truie sont ajourées pour faciliter le contact social entre les animaux. La truie peut entrer dans la case par l’arrière ou par l’avant. Le nid à porcelet dispose d’un capot transparent permettant un contrôle rapide. Il peut être cloisonné en deux compartiments pour faciliter les soins aux porcelets. Enfin, I-Tek a conçu une ventilation individualisée pour chaque truie, avec une entrée d’air réglable manuellement située au nez de la truie.

Asserva invente la case mise bas aux cloisons amovibles

L’idée d’Asserva est d’utiliser les couloirs des maternités pour augmenter la taille des cases dans une configuration bien-être et truies en liberté. Les cloisons mises en mouvement par des vérins coulissent sur des glissières. Les couloirs n’existent que quand l’éleveur en a besoin. Asserva a breveté ce concept prometteur.

La case Coquelin sécurise l’éleveur

Quelques évolutions majeures depuis l’an dernier pour la case Coquelin. Deux barreaux ont été disposés au-dessus de l’auge pour faire un effet tunnel qui oblige la truie à s’aligner pour manger, ce qui facilite les interventions. L’arrière a été rehaussé pour protéger le portillon d’entrée dans la case. Les cloisons surélevées ont été réduites au strict minimum pour obtenir une visibilité maximale de toute la salle quel que soit l’endroit où se trouve l’éleveur. Le nid à porcelets se situe désormais près de la tête de la truie pour un meilleur contact visuel des porcelets à la mise bas. Le surcoût annoncé par rapport à une case conventionnelle est de 600 euros.

Galvelpor lance la Cosy-S liberté trois positions

Galvelpor décline sa case ascenseur Cosy-S en version liberté, avec trois positions pour la partie truie par rapport au reste de la case : un niveau zéro quand la truie est en liberté, un niveau + 4 cm dans la configuration truie bloquée et couchée, et un niveau + 25 cm quand la truie est bloquée et debout. Par ailleurs, la case dispose d’un large portillon d’entrée qui facilite l’entrée de la truie. L’entreprise annonce un prix public de 2 400 euros HT la case.

Schauer propose une case 100 % accessible du couloir

Les principaux composants de la case maternité liberté de Schauer sont directement accessibles depuis le couloir de la salle: l’auge de la truie, le nid à porcelets et l’augette pour l’alimentation des porcelets, qui peut se fixer sur le portillon d’entrée. L’entreprise autrichienne a d’ailleurs breveté cette façade astucieuse. L’agencement de cette case favorise la sécurité de l’éleveur, qui n’est jamais en contact direct avec la truie quand il entre dans la case. En France, un premier élevage de 400 truies a équipé sa maternité de 100 places avec ces cases (voir aussi page xx).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)