Aller au contenu principal
Font Size

Les types de clôtures pour protéger les élevages précisés

En application de l’arrêté ministériel du 16 octobre 2018 sur les mesures de biosécurité en élevage, l’instruction technique « clôtures » (1) décrit les dispositifs à mettre en œuvre pour empêcher l’intrusion de sangliers dans les exploitations et les contacts directs entre sangliers et porcs. Pour les élevages en plein air, une double clôture ou un seul grillage électrifié des deux côtés est obligatoire afin d’éviter l’intrusion de sangliers, ainsi que les contacts groin à groin entre sangliers et porcs. Dans le cas de porcs reproducteurs ou pubères, les exigences sont plus drastiques (forcément un grillage, pas de clôture électrique). L’instruction impose également un passage canadien ou une double barrière pour protéger les entrées des engins agricoles. Les parcours en rotation doivent être protégés un mois avant la mise en place des porcs pour éviter qu’ils soient contaminés par des sangliers. Pour les élevages en bâtiments avec courette ou dans un hangar, il faut soit des barrières pleines, soit des murets de 1,3 mètre minimum. Si les barrières sont ajourées, le contact groin à groin doit être empêché par une deuxième barrière ou une clôture électrique. Les dispositions à prendre pour les passages extérieurs d’animaux entre bâtiments et pour clôturer la zone professionnelle en zone réglementée sont également précisées.

L’instruction technique et un tableau de synthèse de son contenu sont disponibles sur le site biosécurité Ifip : biosecurite.ifip.asso.fr/.

isabelle.correge@ifip.asso.fr
(1) DGAL/SDSPA/2019-389
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les études démontrent des contaminations par les mouches à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments d'élevage. © Elanco
Les mouches peuvent transmettre la fièvre porcine africaine
Des études scientifiques démontrent le rôle important des mouches dans la transmission des maladies du porc.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)