Aller au contenu principal

Porc : Actualité agricole et agroalimentaire de la filière porcine dédiée aux agriculteurs, éleveurs de porcs.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Le Gaec de la Baie des champs mise sur l’économie circulaire

FAF, vente directe, méthanisation… Dans la Vienne, Yves Debien et Éric Sabourin ont investi dans de nouvelles activités qui valorisent leur élevage de 200 truies.

« Avec le campus universitaire de Poitiers à 6 km de l’élevage et, l’hôpital à 7 km, il était impossible d’envisager le développement de notre exploitation par l’augmentation de la taille de notre atelier porcin », souligne avec lucidité Yves Debien, associé à Éric Sabournin, au Gaec de la Baie des champs à Sèvres-Anxaumont, dans la Vienne. Qu’à cela ne tienne, les idées n’ont pas manqué pour faire du développement autrement. Aujourd’hui, ce ne sont pas moins de cinq activités différentes qui ont été créées en parallèle à l’élevage de porc, toutes en lien plus ou moins direct. Aux côtés des 200 truies naisseur engraisseur, les exploitants ont progressivement augmenté les surfaces cultivables. Aujourd’hui, ils ont 340 hectares de cultures, qui servent bien sûr à approvisionner la FAF de l’élevage en matière première (maïs, blé, orge, avoine). « Le modèle céréales + porcs n’a jamais été aussi efficace qu’aujourd’hui. Grâce à lui, nous n’avons pas connu les crises des cultures de ces dernières années. Et nous maîtrisons notre coût alimentaire en limitant les achats extérieurs. » Les besoins protéiques sont en partie couverts par du tourteau de colza produit sur place. « Nous avons investi en Cuma dans une huilerie qui valorise notre production de graines de colza en huile, et qui nous procure un tourteau gras riche en protéines », détaille Yves Debien. De ce fait, le tourteau de soja non OGM n’entre qu’à hauteur de 5 % en moyenne dans les rations. Il n’est plus utilisé dans l’aliment de finition.

Un magasin de vente directe

Toujours dans l’optique d’augmenter la plus-value des productions, les deux éleveurs ont créé un magasin de vente directe de produits issus de l’élevage. Il est géré par Juliette Debien, la fille d’Yves. Quarante tonnes de porcs y sont vendues chaque année. Les animaux de l’élevage sont abattus chaque semaine à l’abattoir proche de Cooperl Saint-Maixent. Le magasin est ouvert au grand public les vendredis et samedis. Une partie des pièces nobles (jambons, longes, filets mignons) sont transformées en produits de charcuterie sèche. « Nous sommes dans la zone de production du jambon de Bayonne et de l’IGP porc du Sud-Ouest. Ces deux signes de qualité nous permettent d’ajouter de la plus-value à notre production, en complément du cahier des charges porc bien-être de la Cooperl », se félicite l’éleveur. Le magasin est aussi un puissant vecteur de communication. Des week-ends portes ouvertes sont l’occasion de faire découvrir l’élevage aux clients, qui comprennent ainsi qu’une production conventionnelle bien maîtrisée peut fournir des produits de qualité.

La méthanisation valorise le lisier

Il n’y a pas que la viande de porc à être valorisée au Gaec de la Baie des champs. Dernière activité en date, la méthanisation a vu le jour en 2016, avec la création d’une unité de 330 kW en cours de doublement. Outre le lisier, elle utilise de l’ensilage de cive (cultures intermédiaires à vocation énergétique), des résidus de cultures, des biodéchets alimentaires et des déchets d’industrie agroalimentaire, issus notamment de l’abattoir de Saint-Maixent. La chaleur produite par la cogénération sert à chauffer les bâtiments d’élevage, les maisons (notamment un château situé à proximité) et les serres maraîchères d’un agriculteur bio installé à proximité. 40 % du digestat liquide est épandu via le réseau d’irrigation. La fraction solide issue d’une séparation de phase est dirigée vers une plate-forme de compostage créée par les deux éleveurs en 2006. Elle valorise aussi les déchets verts des communes et des collectivités avoisinantes.

Une économie circulaire durable

L’ensemble des activités développées au Gaec de la Baie des champs autour de la production porcine correspond parfaitement à la notion d’économie circulaire, un concept économique qui s’inscrit dans le cadre du développement durable. Ce qui est considéré comme un déchet d’une activité est recyclé en matière première d’une autre activité, assurant ainsi leur pérennité. « Nos activités nous permettent aussi de vivre en bonne harmonie avec notre voisinage. Elles permettent aussi d’employer 11 salariés », détaille Yves Debien. L’éleveur ne se fait aucun souci dès qu’il aborde le sujet de la transmission de l’exploitation. « À partir du moment où elle dégage une bonne rentabilité et qu’elle a une bonne cohérence sociétale et environnementale, les jeunes ne peuvent qu’être intéressés », conclut-il.

En savoir plus

Le Gaec de la Baie des champs

200 truies naisseur engraisseur
340 ha de cultures
Fabrique d’aliments à la ferme
Plate-forme de compostage de déchets verts
Huilerie (en Cuma)
Magasin de vente directe
Unité de méthanisation

L’outil Cooperl Saint-Maixent mise sur la qualité

_RPO269_DOSS_BAIE-DES-CHAMPS_SP.JPG
Didier Moulin, directeur de l'abattoir Cooperl Saint-Maixant.

L’abattoir de la Cooperl situé près de Poitiers est le plus gros outil d’abattage et de découpe de la région Nouvelle-Aquitaine. 16 500 porcs, 300 coches de réforme et 360 gros bovins y sont abattus chaque semaine. « Notre situation géographique excentrée par rapport à la principale zone de production du Grand Ouest, nous impose de miser sur une différenciation basée sur la qualité pour pérenniser notre activité », explique Didier Moulin, le directeur du site. Le ramassage des animaux s’effectue dans un rayon moyen de 160 km autour de l’abattoir. Il est délimité au nord par la Loire, à l’est par la région tourangelle, au sud par la ville d’Angoulême et à l’ouest par l’océan. « Le surcoût logistique induit par ce grand périmètre n’est pas rédhibitoire si la production est bien valorisée », explique-t-il. En complément des productions constituant le socle de base de la coopérative (Le porc français, porc sans antibiotique, nourri sans OGM et filière qualité carrefour), l’abattoir bénéficie de l’IGP jambon de Bayonne et de sa déclinaison IGP porc du Sud-Ouest qui valorise l’ensemble de la carcasse. Il se démarque également de ses deux homologues bretons par une production importante de porcs BBC (bleu blanc cœur) et bio. Au total, pas moins de 6 000 porcs par semaine bénéficient de ces signes de qualité. « Cette différenciation nous permet d’aborder de nouveaux marchés », se félicite Didier Moulin, qui a piloté successivement la mise en place des normes Iso 9001 (norme internationale de management de la qualité), l’Iso 50001 (amélioration de la performance énergétique), IFS Food qui permet de travailler en marques distributrices et BRC food, un référentiel britannique permettant de valoriser des pièces de découpe en Grande-Bretagne. Le référentiel USDA est le dernier certificat obtenu par l’abattoir en 2017. Il autorise désormais l’accès des produits de Saint-Maixent-l’École au marché lucratif nord-américain, « un marché premium sensibilisé aux notions d’antibiorésistance et non OGM notamment », conclut Didier Moulin.

En chiffres

Le site de Cooperl Saint-Maixent

600 salariés
16 500 porcs abattus par semaine
12 600 porcs découpés par semaine
300 coches de réforme abattues par semaine
360 gros bovins abattus par semaine
150 millions d’euros de chiffre d’affaires par an
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Vignette
Les trois quarts des abattages en Bretagne sont aux mains de quatre groupes
À partir des données d’Uniporc Ouest, les chambres d’agriculture de Bretagne dressent un portrait de l’abattage de porcs de la…
Vignette
Perspectives de prix du porc : Vers une hausse notable des cours en 2019
En 2019, la production porcine européenne devrait se stabiliser, alors qu’en France elle augmenterait à nouveau. Une consommation…
Vignette
La Chine face au trafic de viande contaminée par la fièvre porcine africaine (FPA)
Lors d’une conférence de presse le 1er mars à Beijing (Pékin), le ministère de la Sécurité publique a fait le point…
Vignette
Lur Berri s’engage dans la qualité duroc
Le groupe coopératif basé au Pays Basque développe une offre premium de qualité de viande avec des porcs charcutiers 50 % Duroc.…
Vignette
La hausse du prix du porc au Marché du porc breton se confirme

Après la pause des jours fériés, les cours ont à nouveau repris leur progression,

Vignette
Le Gaec de la Baie des champs mise sur l’économie circulaire
FAF, vente directe, méthanisation… Dans la Vienne, Yves Debien et Éric Sabourin ont investi dans de nouvelles activités qui…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Articles en libre accès
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT'Hedbo Porc (tendances et cotations de la semaine)